share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le polième (Bernard Noël)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le polième (Bernard Noël)

Le polième (Bernard Noël)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le polième (Bernard Noël)"

    " Bernard Noël n'a jamais cessé d'ajouter à la poésie, à la littérature et à l'art... la politique. Il faut le dire ici, non pas seulement parce qu'on ne le dit généralement pas, mais parce qu'on le tait : la politique ne constitue pas pour lui un souci moins essentiel ni moins constant que : la poésie, la littérature, l'art. Pas, pour autant, plus constant ni plus essentiel. Il s'agit d'équilibrer un rapport, pas de faire que le déséquilibre s'inverse. " " A la poésie ne se séparant pas de la politique (de la révolution), ne cessant pas de séduire (follement) ni d'attirer (fatalement), ainsi que Bernard Noël la reconnaît les rares fois qu'il consent à la reconnaître (qu'il consent de reconnaître en écrire, écriture à laquelle il consentirait à l'extrême de s'identifier), j'ai donné ce nom : " polième ". Pour former quel mot ? La compression (la contraction, la concrétion) de la polis et de la poiêsis. "

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 76  pages
    • Dimensions :  1.4cmx13.0cmx19.2cm
    • Poids : 99.8g
    • Editeur :   Nouvelles Editions Lignes Paru le
    • Collection : LIGNES
    • ISBN :  2355260613
    • EAN13 :  9782355260612
    • Langue : Français

    D'autres livres de Michel Surya

    Matériologies : Volume 3, Humanimalités précédé de L'idiotie de Bataille

    Kafka a appelé " métamorphose " ce moment où l'homme ancien est devenu son propre rebut. Et c'est ce qui a résulté d'une telle métamorphose que Michel Surya appelle ici " humanimalité ". Humanimalités est le troisième volume d'une série intitulée Matériologies, dont les deux premiers ét...

    Contre-attaques, N° 1 : Michel Surya

    Première perspective, Michel Surya : ce volume prend le poids de sa pensée. Il vient en premier, son bas matérialisme prend le monde par les hauts. C'est une âme qui travaille. Contre-attaques aligne les armes de l'attaque littéraire en politique. Ecrire, penser, rendre (au) public : voilà ce ...

    Voir tous les livres de Michel Surya

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    " Bernard Noël n'a jamais cessé d'ajouter à la poésie, à la littérature et à l'art... la politique. Il faut le dire ici, non pas seulement parce qu'on ne le dit généralement pas, mais parce qu'on le tait : la politique ne constitue pas pour lui un souci moins essentiel ni moins constant que : la poésie, la littérature, l'art. Pas, pour autant, plus constant ni plus essentiel. Il s'agit d'équilibrer un rapport, pas de faire que le déséquilibre s'inverse. " " A la poésie ne se séparant pas de la politique (de la révolution), ne cessant pas de séduire (follement) ni d'attirer (fatalement), ainsi que Bernard Noël la reconnaît les rares fois qu'il consent à la reconnaître (qu'il consent de reconnaître en écrire, écriture à laquelle il consentirait à l'extrême de s'identifier), j'ai donné ce nom : " polième ". Pour former quel mot ? La compression (la contraction, la concrétion) de la polis et de la poiêsis. "