share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Vénitienne et autres nouvelles

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Vénitienne et autres nouvelles

La Vénitienne et autres nouvelles

  (Auteur)


Prix : 54,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Vénitienne et autres nouvelles"

Ce recueil réunit les premiers textes de prose écrits en anglais par l'auteur de Lolita mais également des nouvelles russes restées inédites, ou bien n'ayant pas refait surface depuis leur publication au début des années vingt, dans différents journaux émigrés de Berlin. Dans ces nouvelles, il flotte un air de nostalgie et haute poésie, et comme la prémonition que le rire et le lyrisme désenchanté sont les grandes figures de style d'une littérature de l'exil. Les protagonistes sont pour la plupart des artistes et des jeunes expatriés, partagés entre plusieurs lieux de résidence, Berlin, l'Angleterre, Zermatt, un port du sud de la France ou bien les anciens domaines d'une enfance russe. Invariablement, la mémoire, sinon son reflet poétique, apaise comme un baume réparateur les plaies encore ouvertes de l'expatriation. Ainsi, dans le lutin, un esprit des forêts russes vient rendre visite au narrateur dans son pays d'adoption. Dans Bruits, évocation admirable d'une liaison de jeunesse en Russie. Nabokov paraît trouver le secret de son art : rendre l'ordinaire extraordinaire ; Dans un coup d'aile, Kern voit sa vie comme " une suite mouvante de paravents multicolores ". Dans la Vénitienne, Nabokov installe les trompe-l'oeil et les pièges de son œuvre future. Littéralement fasciné par un portrait de dame de Sebastiano del Piombo dans un château anglais, un étudiant de Cambridge pénètre dans le tableau puis se fige et disparaît dans la réalité de l'art. Comme dans Bois laqué et Le rire et les rêves deux essais qui ont valeur de manifeste littéraire. Nabokov s'interroge sur le pouvoir de transfiguration de la littérature et paraît ouvrir ici une large fenêtre sur la mise en abîme de ses univers secrets.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 249 pages
  • Dimensions :  2.0cmx10.8cmx17.0cm
  • Poids : 81.6g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070386244
  • EAN13 :  9782070386246
  • Classe Dewey :  810.54
  • Langue : Français

D'autres livres de Vladimir Vladimirovich Nabokov

Ada ou l'ardeur

Le château d'Ardis - les Ardeurs et les Arbres d'Ardis - voilà le leitmotiv qui revient en vagues perlées dans Ada, vaste et délicieuse chronique, dont la plus grande partie a pour décor une Amérique à la clarté de rêve - car nos souvenirs d'enfance ne sont-ils pas comparables aux caravelle...

Prix : 114 DH

Autres rivages

"Cette autobiographie, dans l'édition revue et augmentée, retrace l'enfance et l'exil européen de ...

Prix : 107 DH
Invitation au supplice

Cincinnatus C..., condamné à mort, est détenu dans une prison extraordinaire, nantie d'un personnel non moins bizarre. Importuné par d'étranges visiteurs qui viennent le tourmenter dans son cachot, chacun à sa manière, rongé par la peur du supplice dont il ignore la date, le détenu ne cesse...

Prix : 69 DH

Voir tous les livres de Vladimir Vladimirovich Nabokov

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ce recueil réunit les premiers textes de prose écrits en anglais par l'auteur de Lolita mais également des nouvelles russes restées inédites, ou bien n'ayant pas refait surface depuis leur publication au début des années vingt, dans différents journaux émigrés de Berlin. Dans ces nouvelles, il flotte un air de nostalgie et haute poésie, et comme la prémonition que le rire et le lyrisme désenchanté sont les grandes figures de style d'une littérature de l'exil. Les protagonistes sont pour la plupart des artistes et des jeunes expatriés, partagés entre plusieurs lieux de résidence, Berlin, l'Angleterre, Zermatt, un port du sud de la France ou bien les anciens domaines d'une enfance russe. Invariablement, la mémoire, sinon son reflet poétique, apaise comme un baume réparateur les plaies encore ouvertes de l'expatriation. Ainsi, dans le lutin, un esprit des forêts russes vient rendre visite au narrateur dans son pays d'adoption. Dans Bruits, évocation admirable d'une liaison de jeunesse en Russie. Nabokov paraît trouver le secret de son art : rendre l'ordinaire extraordinaire ; Dans un coup d'aile, Kern voit sa vie comme " une suite mouvante de paravents multicolores ". Dans la Vénitienne, Nabokov installe les trompe-l'oeil et les pièges de son œuvre future. Littéralement fasciné par un portrait de dame de Sebastiano del Piombo dans un château anglais, un étudiant de Cambridge pénètre dans le tableau puis se fige et disparaît dans la réalité de l'art. Comme dans Bois laqué et Le rire et les rêves deux essais qui ont valeur de manifeste littéraire. Nabokov s'interroge sur le pouvoir de transfiguration de la littérature et paraît ouvrir ici une large fenêtre sur la mise en abîme de ses univers secrets.