share_book
Envoyer cet article par e-mail

Atlan les Détrempes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Atlan les Détrempes

Atlan les Détrempes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Atlan les Détrempes"

    Atlan (1913-1960), qui est surtout connu pour ses empâtements, parcourus de tracés noirs comme gravées dans le signe qui précéderait le temps de la Lettre, a su renouveler sa technique, surtout à partir de 1957, grâce à la fluidité du procédé de la détrempe. Le matériau ici va susciter une nouvelle expression. Le transfert de la couleur délayée mais vivace, de l’huile sur le carton lisse, nouveau support, crée la détrempe. Une couche picturale apte à la fluidité, à la manipulation virtuose, aux variations de la densité et de l’épaisseur des pâtes, et, en conséquence, à l’agencement des formes. Le rendu final, au premier abord, pourra ressembler à une simple esquisse, ou apparaître comme un équivalent de la densité formelle des huiles. L’intérêt qu’Atlan suscitait chez des artistes tels que Sofù Teshigawara, grand maître de l’art floral, ou Taro Okamoto, explique en partie la renommée et la diffusion de son œuvre au Japon. Il n’est pas étonnant qu’il ait eu une influence sur la calligraphie moderne japonaise. La détrempe, dans ce qu’elle comporte tout à la fois de discipline et d’autonomie, peut s’apparenter à l’art du zen et du sumiye. Cette expérience et cette technique sont commentées et méditées ici par le philosophe et critique Jean-Luc Nancy, auteur d’un magnifique texte sur le Plaisir au dessin, rédigé à l’occasion de l’exposition du même nom organisée en 2008 par le musée des Beaux-arts de Lyon. Jean-Michel Atlan quitte l'Algérie pour Paris en 1930, où il étudie la philosophie à la Sorbonne. En 1941, il commence à peindre, puis il est arrêté en 1942, à la fois pour son activisme de résistant et parce qu'il est juif. Mis en prison, il échappe aux camps d'extermination en simulant la folie. Interné à l'hôpital Sainte-Anne, il en sort à la Libération. Quelques mois plus tard, il publie en novembre 1944 un recueil de poèmes qu'il illustre, Le sang profond et présente en décembre 1944 sa première exposition à la galerie l'Arc-en-Ciel.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Relié
    • 142  pages
    • Dimensions :  2.8cmx31.0cmx38.0cm
    • Poids : 2440.3g
    • Editeur :   Hazan Paru le
    • Collection : Beaux Arts
    • ISBN :  2754104399
    • EAN13 :  9782754104395
    • Langue : Français

    D'autres livres de Jean-Luc Nancy

    L'impératif catégorique

    Il ne s'agit pas de morale. Il s'agit de ce qui nous oblige, de ce qui fait de nous des êtres-obligés : une loi au-delà de la loi, qui nous est donnée et à laquelle nous sommes abandonnés. ...

    Identité

    Ces fragments, arrachés par la stupéfaction : l'État dont je suis citoyen lance un débat national sur l'identité nationale. Serait-elle perdue ? serait-elle devenue décidément trop indécise ? serait-elle en danger ? Mais l'État n'est jamais que l'instrument de la nation : ce n'est pas à...

    Le Plaisir au dessin

    Dess(e)in (c'est le même mot) : désir de faire venir la forme, c'est-à-dire l'idée. Dessin : idée sensible, ligne qui porte puissance d'infini. Dessin graphique, sans doute, mais aussi mélodique, rythmique, filmique, poétique. C'est un des opérateurs communs de tous les arts. Son plaisir,...

    Voir tous les livres de Jean-Luc Nancy

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Atlan (1913-1960), qui est surtout connu pour ses empâtements, parcourus de tracés noirs comme gravées dans le signe qui précéderait le temps de la Lettre, a su renouveler sa technique, surtout à partir de 1957, grâce à la fluidité du procédé de la détrempe. Le matériau ici va susciter une nouvelle expression. Le transfert de la couleur délayée mais vivace, de l’huile sur le carton lisse, nouveau support, crée la détrempe. Une couche picturale apte à la fluidité, à la manipulation virtuose, aux variations de la densité et de l’épaisseur des pâtes, et, en conséquence, à l’agencement des formes. Le rendu final, au premier abord, pourra ressembler à une simple esquisse, ou apparaître comme un équivalent de la densité formelle des huiles. L’intérêt qu’Atlan suscitait chez des artistes tels que Sofù Teshigawara, grand maître de l’art floral, ou Taro Okamoto, explique en partie la renommée et la diffusion de son œuvre au Japon. Il n’est pas étonnant qu’il ait eu une influence sur la calligraphie moderne japonaise. La détrempe, dans ce qu’elle comporte tout à la fois de discipline et d’autonomie, peut s’apparenter à l’art du zen et du sumiye. Cette expérience et cette technique sont commentées et méditées ici par le philosophe et critique Jean-Luc Nancy, auteur d’un magnifique texte sur le Plaisir au dessin, rédigé à l’occasion de l’exposition du même nom organisée en 2008 par le musée des Beaux-arts de Lyon. Jean-Michel Atlan quitte l'Algérie pour Paris en 1930, où il étudie la philosophie à la Sorbonne. En 1941, il commence à peindre, puis il est arrêté en 1942, à la fois pour son activisme de résistant et parce qu'il est juif. Mis en prison, il échappe aux camps d'extermination en simulant la folie. Interné à l'hôpital Sainte-Anne, il en sort à la Libération. Quelques mois plus tard, il publie en novembre 1944 un recueil de poèmes qu'il illustre, Le sang profond et présente en décembre 1944 sa première exposition à la galerie l'Arc-en-Ciel.