share_book
Envoyer cet article par e-mail

La théorie de l'émotion

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La théorie de l'émotion

La théorie de l'émotion

  (Auteur)


Prix : 213,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La théorie de l'émotion"

De 1884 à nos jours, les conceptions avancées par William James sur L'émotion font débat. Georges Dumas proposait qu'on en laisse la discussion aux physiologistes. On a trop oublié, en effet, qu'avant d'être professeur de psychologie puis de philosophie, James soutint sa thèse de médecine à Harvard et y enseigna la Physiologie de 1872 à 1880. Aussi sa théorie selon laquelle l'émotion ne serait "rien autre que la sensation des effets corporels réflexes de ce que nous appelons son "objet" " (ce dont il déduira qu'en voyant son enfant mort on était triste " parce qu'on pleurait ", et non qu'on pleurait parce qu'on était envahi par une immense affliction) est celle d'un médecin cherchant à " donner corps " aux vécus psychiques, et d'un physiologiste qui avait déjà réduit le " sentiment de l'effort " aux seules sensations de la contraction musculaire effectuée. Un vaste mouvement de recherches neuropsychologiques, inauguré par Sir Charles Sherrington, a opposé aux conceptions jamesiennes le rôle de nombreuses formations encéphaliques interconnectées à l'origine des vécus et des expressions émotionnels. Cependant, James garde des partisans chez les psychophysiologistes actuels, et certains faits semblent toujours plaider en sa faveur. Voilà qui justifie que l'on réédite, dans sa lettre, ce que James a écrit, tant sur an plan doctrinal que dans ses réponses aux objections de W. Wundt, W.-L. Worcester, et autres contemporains.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 170  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.6cmx21.4cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   L'harmattan Paru le
  • Collection : Psychanalyse et civilisations
  • ISBN :  2296008933
  • EAN13 :  9782296008939
  • Langue : Français

D'autres livres de William James

Le pragmatisme

Qu'est-ce que le pragmatisme ? Un des rares termes de la langue courante qui vienne de la philosophie, qui plus est de la philosophie américaine. Le psychologue et philosophe William James, frère du célèbre romancier, compare le pragmatisme au corridor de l'hôtel-philosophie : chaque chambre...

Précis de psychologie

William James (1842-1910) est une des figures les plus importantes de la psychologie du début du XXème siècle. Ses analyses de la conscience ont inspiré des romanciers comme Virginia Woolf ou James Joyce et des philosophes comme Husserl, Bergson ou Whitehead. Il est aussi à l'origine d'une [...

Essais d'empirisme radical

N'admettre que ce dont on puisse faire l'expérience et rendre justice à tout ce qui peut être objet d'expérience. Voilà en une phrase le programme de William James dans cet ouvrage, dont la simplicité n'a d'égale que la radicalité. Il s'agit bien d'un programme philosophique, mais qui [.....

Prix : 134 DH
Philosophie de l'expérience

" Je me fatigue et je vous fatigue, je le sais, en cherchant vainement à décrire par des concepts et des mots ce qui, selon moi, excède en même temps toute conceptualisation ou verbalisation. Tant que l'on continue de parler, l'intellectualisme demeure sans conteste maître du terrain. On ne ...

Voir tous les livres de William James

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

De 1884 à nos jours, les conceptions avancées par William James sur L'émotion font débat. Georges Dumas proposait qu'on en laisse la discussion aux physiologistes. On a trop oublié, en effet, qu'avant d'être professeur de psychologie puis de philosophie, James soutint sa thèse de médecine à Harvard et y enseigna la Physiologie de 1872 à 1880. Aussi sa théorie selon laquelle l'émotion ne serait "rien autre que la sensation des effets corporels réflexes de ce que nous appelons son "objet" " (ce dont il déduira qu'en voyant son enfant mort on était triste " parce qu'on pleurait ", et non qu'on pleurait parce qu'on était envahi par une immense affliction) est celle d'un médecin cherchant à " donner corps " aux vécus psychiques, et d'un physiologiste qui avait déjà réduit le " sentiment de l'effort " aux seules sensations de la contraction musculaire effectuée. Un vaste mouvement de recherches neuropsychologiques, inauguré par Sir Charles Sherrington, a opposé aux conceptions jamesiennes le rôle de nombreuses formations encéphaliques interconnectées à l'origine des vécus et des expressions émotionnels. Cependant, James garde des partisans chez les psychophysiologistes actuels, et certains faits semblent toujours plaider en sa faveur. Voilà qui justifie que l'on réédite, dans sa lettre, ce que James a écrit, tant sur an plan doctrinal que dans ses réponses aux objections de W. Wundt, W.-L. Worcester, et autres contemporains.