share_book
Envoyer cet article par e-mail

Love, etc.

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Love, etc.

Love, etc.

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Love, etc."

Stuart et Oliver sont de vieux amis et, même s'ils diffèrent sur certains points (cette manie de la précision et ce goût des dictionnaires qu'a Oliver !), ils partagent beaucoup de choses à commencer par la même femme, Gillian. Enfin, affirmer qu'ils la partagent est peut-être exagéré, il serait plus juste de dire qu'ils se la disputent. Une classique histoire de trio amoureux ? Pas vraiment, car Julian Barnes, au lieu de confier le récit à un narrateur omniscient a choisi de donner la parole à chacun des protagonistes qui, conformément à un proverbe russe placé en exergue du roman, "ment comme un témoin oculaire". Il en résulte un enchevêtrement de rancoeurs, de mensonges, de remords, de culpabilité qui transforment le marivaudage en une véritable analyse chirurgicale des sentiments, sans que l'auteur renonce jamais à son humour très britannique. Le roman adapté à l'écran par Marion Vernoux dans un film interprété par Charles Berling, Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg, a obtenu le prix Femina étranger en 1992. --Gérard Meudal

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 377  pages
  • Dimensions :  2.2cmx11.4cmx17.4cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070389359
  • EAN13 :  9782070389353
  • Langue : Français

D'autres livres de Julian Barnes

Quelque chose à déclarer

Dix-sept chapitres dans lesquels J. Barnes déclare son amour pour la France, un amour indéfectible qui touche tous les domaines, depuis la cuisine, en passant par le sport, la chanson jusqu'à la ...

Prix : 95 DH
La table citron

C'était son congé annuel. Ses deux jours de permission. Il s'était fait couper les cheveux comme d'hab, avait fait nettoyer son blazer comme d'hab. Il était un homme ordonné, avec des désirs et des plaisirs ordonnés. Même si ces plaisirs n'étaient plus aussi intenses qu'ils l'avaient été....

Prix : 80 DH

Rien à craindre

Faut-il avoir peur de la mort ? Dans ce livre, qui n'est ni un roman, ni un essai, ni une autobiographie, Julian Barnes interroge ses amis de toujours - de Montaigne à Jules Renard - mais aussi ses parents et son frère, un des plus grands spécialistes d'Aristote. Tous ont beaucoup de choses à di...

Prix : 84 DH

Voir tous les livres de Julian Barnes

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Stuart et Oliver sont de vieux amis et, même s'ils diffèrent sur certains points (cette manie de la précision et ce goût des dictionnaires qu'a Oliver !), ils partagent beaucoup de choses à commencer par la même femme, Gillian. Enfin, affirmer qu'ils la partagent est peut-être exagéré, il serait plus juste de dire qu'ils se la disputent. Une classique histoire de trio amoureux ? Pas vraiment, car Julian Barnes, au lieu de confier le récit à un narrateur omniscient a choisi de donner la parole à chacun des protagonistes qui, conformément à un proverbe russe placé en exergue du roman, "ment comme un témoin oculaire". Il en résulte un enchevêtrement de rancoeurs, de mensonges, de remords, de culpabilité qui transforment le marivaudage en une véritable analyse chirurgicale des sentiments, sans que l'auteur renonce jamais à son humour très britannique. Le roman adapté à l'écran par Marion Vernoux dans un film interprété par Charles Berling, Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg, a obtenu le prix Femina étranger en 1992. --Gérard Meudal