share_book
Envoyer cet article par e-mail

La petite fille sur la photo: La guerre d'Algérie à hauteur d'enfant

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La petite fille sur la photo: La guerre d'Algérie à hauteur d'enfant

La petite fille sur la photo: La guerre d'Algérie à hauteur d'enfant

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La petite fille sur la photo: La guerre d'Algérie à hauteur d'enfant"

« J’ai longtemps pensé que l’Algérie n’était pas mon histoire. Je suis pourtant née à Oran en 1959 et suis l’une de ces milliers d’enfants rapatriés en 1962. Comme beaucoup de pieds-noirs, mes parents avaient tourné la page, ne vivaient pas dans la nostalgie, mais je rejetais même le peu qu’ils disaient d’eux. On n’est pas pied-noir quand on a 17 ans. « Et puis, il y a dix ans, je suis tombée sur un journal qui commémorait les 40 ans des accords d'Evian, avec une photo en noir et blanc à la une : une petite fille, dans les bras de son père, sur la passerelle d'un paquebot. Marseille, juillet 1962. Et j'ai pleuré, toute seule, le journal entre les mains. « Mais que savais-je de ce pays que plus personne chez moi ne semblait regretter ? Je me suis donc lancée dans une sorte d'enquête pour essayer de reconstituer cette histoire à hauteur d'enfant. Voici donc le journal de ce passé recomposé, d’une quête qui m’a menée jusqu’en Algérie, d'une mémoire qui s'est cherché des souvenirs chez les miens et les autres : Jacques Attali, Julien Dray, Mehdi Charef, un fils de colon, un jeune engagé dans l’OAS, une victime d’attentat du FLN, une fille de harki, celle d’un professeur communiste. Au final, ce puzzle m’a permis d'approcher ce qui “nous” est arrivé. » B.B.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 224  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.4cmx21.4cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : Documents
  • ISBN :  2213666431
  • EAN13 :  9782213666433

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« J’ai longtemps pensé que l’Algérie n’était pas mon histoire. Je suis pourtant née à Oran en 1959 et suis l’une de ces milliers d’enfants rapatriés en 1962. Comme beaucoup de pieds-noirs, mes parents avaient tourné la page, ne vivaient pas dans la nostalgie, mais je rejetais même le peu qu’ils disaient d’eux. On n’est pas pied-noir quand on a 17 ans. « Et puis, il y a dix ans, je suis tombée sur un journal qui commémorait les 40 ans des accords d'Evian, avec une photo en noir et blanc à la une : une petite fille, dans les bras de son père, sur la passerelle d'un paquebot. Marseille, juillet 1962. Et j'ai pleuré, toute seule, le journal entre les mains. « Mais que savais-je de ce pays que plus personne chez moi ne semblait regretter ? Je me suis donc lancée dans une sorte d'enquête pour essayer de reconstituer cette histoire à hauteur d'enfant. Voici donc le journal de ce passé recomposé, d’une quête qui m’a menée jusqu’en Algérie, d'une mémoire qui s'est cherché des souvenirs chez les miens et les autres : Jacques Attali, Julien Dray, Mehdi Charef, un fils de colon, un jeune engagé dans l’OAS, une victime d’attentat du FLN, une fille de harki, celle d’un professeur communiste. Au final, ce puzzle m’a permis d'approcher ce qui “nous” est arrivé. » B.B.