share_book
Envoyer cet article par e-mail

Regrets sur ma vieille robe de chambre

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Regrets sur ma vieille robe de chambre

Regrets sur ma vieille robe de chambre

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : 28,00 DH TTC


En stock.
Commandez vite, il ne reste  que 3 exemplaires !
Date de livraison estimée le lundi 12 décembre 2016.

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Regrets sur ma vieille robe de chambre"

Diderot vient de recevoir de Mme Geoffrin une somptueuse robe de chambre écarlate : «A présent, j’ai l’air d’un riche fainéant», écrit-il, et ce cadeau est l’occasion d’une méditation sur le luxe et son bon ou mauvais usage, et sur l’habit, qui fait ou ne fait pas le moine. Tout autant que sa nouvelle robe de chambre, un autre cadeau, un tableau de Joseph Vernet accroché à son mur, avait frappé ses visiteurs. Or c’est précisément l’œuvre du peintre qu’au mois d’août 1767 Diderot admire au Salon qui se tient au Louvre. Et tout à coup, sans préavis, il suppose qu’il a quitté Paris pour des montagnes proches de la mer : le souffle coupé, il s’enthousiasme pour ce spectacle de la nature et le commente devant l’abbé précepteur qui l’accompagne dans sa promenade.Ecrits peu après le Salon de 1767 qui accueille la Promenade Vernet, les Regrets seront intégrés au Salon de 1769 – mais, en dépit de la chronologie, ils constituent bien pour nous une introduction à la pensée plus ample que l’évocation de Vernet fait naître sous la plume de Diderot. Au-delà de la question du beau, c’est de l’art et de la vie sociale qu’il traite ici en philosophe – et ce que les Regrets sur ma vieille robe de chambreaffirment en un bref et brillant fragment de tonalité familière, la Promenade nous le fait retrouver dans une méditation admirablement réglée et souveraine.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 96 pages
  • Dimensions :  0.8cmx10.8cmx16.8cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Libretti
  • ISBN :  2253087777
  • EAN13 :  9782253087779
  • Classe Dewey :  844.5
  • Langue : Français

D'autres livres de Denis Diderot

Supplément au voyage de Bougainville

C'est en 1772, un an après la parution du Voyage autour du monde du baron de Bougainville que l'auteur de Jacques le Fataliste imagine de lui donner ce " supplément ", sous la forme d'un dialogue plaisant et malicieux, non dépourvu d'audace philosophique. On y voit notamment l'aumônier de ...

Prix : 20 DH
Jacques le Fataliste

Deux personnages déambulent en philosophant. On ne sait qui ils sont. On ne sait d'où ils viennent. On ne sait où ils vont. Tout ce que l'on sait, c'est que l'un est le maître de l'autre. Bientôt on se demandera lequel. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ...

Prix : 36 DH

Le Neveu de Rameau

Maîtriser les connaissances et les outils nécessaires à l'étude d'une œuvre intégrale, voilà l'objectif de cette collection. L'élève doit avoir une vision synthétique de l'œuvre : connaître sa genèse et sa structure, appréhender les personnages à travers leur portrait, leur rôle et ...

Prix : 25 DH
Supplément au voyage de Bougainville

En 1766, l'explorateur français Bougainville entame son voyage autour du monde et relate son expérience dans la " Description d'un voyage autour du monde ". En réaction, Diderot publiera son " Supplément au voyage de Bougainville ", critique du colonialisme et de l'esclavage. C'est également de...

Prix : 25 DH

Voir tous les livres de Denis Diderot

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Diderot vient de recevoir de Mme Geoffrin une somptueuse robe de chambre écarlate : «A présent, j’ai l’air d’un riche fainéant», écrit-il, et ce cadeau est l’occasion d’une méditation sur le luxe et son bon ou mauvais usage, et sur l’habit, qui fait ou ne fait pas le moine. Tout autant que sa nouvelle robe de chambre, un autre cadeau, un tableau de Joseph Vernet accroché à son mur, avait frappé ses visiteurs. Or c’est précisément l’œuvre du peintre qu’au mois d’août 1767 Diderot admire au Salon qui se tient au Louvre. Et tout à coup, sans préavis, il suppose qu’il a quitté Paris pour des montagnes proches de la mer : le souffle coupé, il s’enthousiasme pour ce spectacle de la nature et le commente devant l’abbé précepteur qui l’accompagne dans sa promenade.Ecrits peu après le Salon de 1767 qui accueille la Promenade Vernet, les Regrets seront intégrés au Salon de 1769 – mais, en dépit de la chronologie, ils constituent bien pour nous une introduction à la pensée plus ample que l’évocation de Vernet fait naître sous la plume de Diderot. Au-delà de la question du beau, c’est de l’art et de la vie sociale qu’il traite ici en philosophe – et ce que les Regrets sur ma vieille robe de chambreaffirment en un bref et brillant fragment de tonalité familière, la Promenade nous le fait retrouver dans une méditation admirablement réglée et souveraine.