share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Nécrophile

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Nécrophile

Le Nécrophile

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Nécrophile"

En 1972, à la Bibliothèque noire de Régine Deforges, Le Nécrophile paraissait dans la presque totale indifférence. Seuls quelques journalistes remarquèrent l'incroyable, l'élégant et le très immoral objet littéraire qui venait de surgir. Un homme exhume des cadavres fraîchement mis en terre, et les aime physiquement, moralement, spirituellement, jusqu'à ce que leur état de décomposition trop avancé fasse qu'il ne puisse plus les garder. Rien ne nous est épargné dans ses amours qui entre toutes les anomalies humaines sont celles sans doute suscitant la plus grande horreur. "La nécrophilie n'est ni tolérée des gouvernements ni approuvée des jeunesses contestataires." Le vivant résiste au mort tant qu'il peut, il ne s'accouple point à lui. Gabrielle Wittkop nous entraîne au contraire dans cet infernal ballet amoureux, nous projette contre la peau satinée des morts parmi les effluves de fleurs fanées, de bombyx, de cierge et d'encens. Il y a comme une prière, une quête de pureté dans cette descente aux enfers. La mort fascine le vif. Le nécrophile la poursuit en chancelant, dévoré intérieurement par sa passion jusqu'à ce que la déraison l'emporte. Écrit "à la mémoire de C.D., tombé dans la mort comme Narcisse dans son image", le texte de Wittkop connut un destin particulier : deux fois réédité, ses stocks soldés s'évaporèrent à chaque fois. Étrange pour un livre montrant ce que nous ne saurions voir : l'autre image, combien terrible, de cet être que nous rejetons et que nous fûmes peut-être ! --Stelio Paris

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • Dimensions :  1.0cmx11.0cmx18.0cm
  • Poids : 95.3g
  • Editeur :   La Musardine Paru le
  • Collection : Lectures Amoureuses
  • ISBN :  2842710185
  • EAN13 :  9782842710187
  • Classe Dewey :  843.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Gabrielle Wittkop

Sérénissime assassinat

En littérature, Venise semble fort bien se prêter au mal et aux maladies. Juan Manuel de Prada, avec La Tempête en avait déjà fait l'éclatante démonstration. Gabrielle Wittkop ajoute une pierre à l'édifice érigé en l'honneur d'une Venise pestiférée et maléfique avec ce court roman [...

Carnets d'Asie

" Mes carnets d'Asie ne sont rien que des notes personnelles, impressions griffonnées sur mes genoux, au bord d'une rizière ou dans un bus de fer-blanc, couvrant des pages et des pages barbouillées de sueur ou étoilées de pourpre par un moustique gorgé mais vaincu ". En revisitant ses souvenir...

Le necrophile

En 1972, à la Bibliothèque noire de Régine Deforges, Le Nécrophile paraissait dans la presque totale indifférence. Seuls quelques journalistes remarquèrent l'incroyable, l'élégant et le très immoral objet littéraire qui venait de surgir. Un homme exhume des cadavres fraîchement mis en ter...

Voir tous les livres de Gabrielle Wittkop

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

En 1972, à la Bibliothèque noire de Régine Deforges, Le Nécrophile paraissait dans la presque totale indifférence. Seuls quelques journalistes remarquèrent l'incroyable, l'élégant et le très immoral objet littéraire qui venait de surgir. Un homme exhume des cadavres fraîchement mis en terre, et les aime physiquement, moralement, spirituellement, jusqu'à ce que leur état de décomposition trop avancé fasse qu'il ne puisse plus les garder. Rien ne nous est épargné dans ses amours qui entre toutes les anomalies humaines sont celles sans doute suscitant la plus grande horreur. "La nécrophilie n'est ni tolérée des gouvernements ni approuvée des jeunesses contestataires." Le vivant résiste au mort tant qu'il peut, il ne s'accouple point à lui. Gabrielle Wittkop nous entraîne au contraire dans cet infernal ballet amoureux, nous projette contre la peau satinée des morts parmi les effluves de fleurs fanées, de bombyx, de cierge et d'encens. Il y a comme une prière, une quête de pureté dans cette descente aux enfers. La mort fascine le vif. Le nécrophile la poursuit en chancelant, dévoré intérieurement par sa passion jusqu'à ce que la déraison l'emporte. Écrit "à la mémoire de C.D., tombé dans la mort comme Narcisse dans son image", le texte de Wittkop connut un destin particulier : deux fois réédité, ses stocks soldés s'évaporèrent à chaque fois. Étrange pour un livre montrant ce que nous ne saurions voir : l'autre image, combien terrible, de cet être que nous rejetons et que nous fûmes peut-être ! --Stelio Paris