share_book
Envoyer cet article par e-mail

Jeronimus, Tome 1 : Un homme neuf

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Jeronimus, Tome 1 : Un homme neuf

Jeronimus, Tome 1 : Un homme neuf

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Jeronimus, Tome 1 : Un homme neuf"

    Après le très remarqué Abdallahi, Christophe Dabitch et Jean-Denis Pendanx reviennent avec un nouveau triptyque historique, Jeronimus, qui raconte le drame du Batavia, navire amiral de la Compagnie des Indes hollandaise au 17e.Un drame resté célèbre en Hollande et en Australie. Une narration dense et passionnante. des planches de peintures évocatrices et flamboyantes. 29 octobre 1628, le Batavia quitte le port d'Amsterdam. À son bord, 341 personnes, dont 38 femmes et enfants: des marins, des artisans, des soldats, des officiers et quelques passagers qui voyageront sur le Château arrière, le lieu de l'élite du navire. Le navire appartient à la toute-puissante Compagnie hollandaise des Indes orientales, la VOC. Il doit rejoindre Java pour y charger les épices qui font la richesse des actionnaires de la Compagnie. Amsterdam est alors le plus grand entrepôt d'Europe ; la Hollande vit un âge d'or de prospérité et de liberté. On dit Amsterdam tolérante, les esprits libres et les opprimés viennent de toute l'Europe s'y réfugier. Parmi les hommes présents sur le Batavia, Pelsaert, Commandeur responsable des affaires commerciales, vrai patron du navire, même s'il n'est pas marin, le capitaine Ariaen, responsable du bateau mais sous les ordres de Pelsaert et Jeronimus Cornelisz, un apothicaire de Haarlem, qui fuit la terre des hommes, incapable de se remettre de la mort par la syphilis de son bébé, et de la suspicion sur sa femme que cela a engendrée. Au coeur de ce monde d'hommes, Lucretia. Après plusieurs mois en mer, elle devient l'objet de conquêtes, discrète de la part de Jéronimus, plus directe de la part du commandeur et du capitaine. Mais le Batavia n'arrivera jamais à Java. Le nom de ce navire deviendra le synonyme d'une terrible expérimentation sur des îles perdues au large de l'Australie. Une expérience humaine menée par Jeronimus Cornelisz, que rien ne semblait prédestiner à jouer ce rôle.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 80  pages
    • Dimensions :  1.2cmx24.2cmx30.2cm
    • Poids : 662.2g
    • Editeur :   Gallisol Paru le
    • ISBN :  2754801855
    • EAN13 :  9782754801850

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Après le très remarqué Abdallahi, Christophe Dabitch et Jean-Denis Pendanx reviennent avec un nouveau triptyque historique, Jeronimus, qui raconte le drame du Batavia, navire amiral de la Compagnie des Indes hollandaise au 17e.Un drame resté célèbre en Hollande et en Australie. Une narration dense et passionnante. des planches de peintures évocatrices et flamboyantes. 29 octobre 1628, le Batavia quitte le port d'Amsterdam. À son bord, 341 personnes, dont 38 femmes et enfants: des marins, des artisans, des soldats, des officiers et quelques passagers qui voyageront sur le Château arrière, le lieu de l'élite du navire. Le navire appartient à la toute-puissante Compagnie hollandaise des Indes orientales, la VOC. Il doit rejoindre Java pour y charger les épices qui font la richesse des actionnaires de la Compagnie. Amsterdam est alors le plus grand entrepôt d'Europe ; la Hollande vit un âge d'or de prospérité et de liberté. On dit Amsterdam tolérante, les esprits libres et les opprimés viennent de toute l'Europe s'y réfugier. Parmi les hommes présents sur le Batavia, Pelsaert, Commandeur responsable des affaires commerciales, vrai patron du navire, même s'il n'est pas marin, le capitaine Ariaen, responsable du bateau mais sous les ordres de Pelsaert et Jeronimus Cornelisz, un apothicaire de Haarlem, qui fuit la terre des hommes, incapable de se remettre de la mort par la syphilis de son bébé, et de la suspicion sur sa femme que cela a engendrée. Au coeur de ce monde d'hommes, Lucretia. Après plusieurs mois en mer, elle devient l'objet de conquêtes, discrète de la part de Jéronimus, plus directe de la part du commandeur et du capitaine. Mais le Batavia n'arrivera jamais à Java. Le nom de ce navire deviendra le synonyme d'une terrible expérimentation sur des îles perdues au large de l'Australie. Une expérience humaine menée par Jeronimus Cornelisz, que rien ne semblait prédestiner à jouer ce rôle.