share_book
Envoyer cet article par e-mail

Jeronimus, Tome 2 : Naufrage

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Jeronimus, Tome 2 : Naufrage

Jeronimus, Tome 2 : Naufrage

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Jeronimus, Tome 2 : Naufrage"

    Ce qu'on en pense sur la planète BD, par Benoît Cassel Authentique, l'histoire de Jeronimus est restée célèbre en Hollande et en Australie. En 1629, cet apothicaire jusqu'alors discret et rangé, devait révéler une âme de psychopathe, lors d'un naufrage au large de Java (on en restera là pour maintenir le suspens). Le premier tome de la trilogie prévue installait le personnage, sans laisser présupposer de la suite des évènements. On y découvrait la tragédie familiale, la décision du voyage et l'ambiance tendue et sordide à bord du Batavia. D'emblée ce second tome franchit un pas dans l'état d'esprit de Jeronimus. Jusqu'alors tiraillée entre son éducation religieuse et ses fréquentations libertaires, l'humanité de Jeronimus semble définitivement altérée à partir de la perte de son fils. La conjoncture particulière à bord du Batavia est le révélateur de son tempérament quasi méphistophélique. On le découvre instigateur d'un complot, sournois, calculateur... Documenté et didactique, le scénario de Christophe Dabitch prend son temps pour exposer les dispositions psychologiques qui se nouent à bord. Certains peuvent trouver la narration, s'appuyant souvent sur une voix-off descriptive, fastidieuse. Elle a néanmoins un double mérite. Primo, elle installe précisément les moeurs et le contexte social, animés par moult débats religieux et philosophiques sur la condition humaine. Secundo, elle permet à Jean-Denis Pendanx d'exprimer tout son art en peintures directes, parfois lors de longues séquences muettes. Chacun case est un tableau peaufiné, précis, travaillé... splendide ! A force de contemplation, il arrive souvent au lecteur de sortir du récit. L'artiste brille particulièrement quand il s agit de représenter la mer tourmentée, le navire chahuté, la folie des hommes... soit précisément tous les sujets abordé par cette histoire. A suivre dans un dernier album qu'on prévoit particulièrement éprouvant... --http://www.planetebd.com/BD/bande-dessinee-Jeronimus-7504.html Graviphore.be, 16 avril 2009 Toujours aussi bonne impression après la lecture du deuxième volet. Les textes de Dabitch sont un modèle du genre. Aucun mot n'est inutile. Chaque information renforce la dramaturgie psychologique du huis clos. Tous les ressorts conduisent à Jeronimus. Pour mieux nous éclairer sur les circonstances qui peuvent faire qu'un homme ordinaire accède au pouvoir par la seule force de la politique. Les huiles de Pendanx nous guident au cours d'un voyage sans retour. Moi qui juge souvent ce traitement trop sucré lorsqu'il est adapté à la bande dessinée, je reste sous le charme des couleurs. Le fait que les plans soient souvent serrés et le nombre de cases par planche réduit ajoute à la lisibilité. Mais le plus fort reste la mutation presque imperceptible du visage de Jeronimus à mesure que le temps passe et que sa propre mutation psychologique opère. Du grand art ! --http://www.graphivore.be/critiques.php?critiqueid=4624 Sud Ouest, 22 avril 2009, par Jean-Marc Lernould Dabitch et Pendanx livrent le deuxième tome de « Jeronimus », inspiré d'événements réels qui se sont déroulés au XVIIème siècle. Apothicaire hollandais, Jeronimus s'exile pour fuir l'intolérance religieuse de ses concitoyens, et s'embarque à bord d'un navire de la puissante Compagnie des Indes, un état dans l'état. Le premier tome a planté le décor, le microcosme de ce navire, réplique en miniature des inégalités sociales, et cette insupportable promiscuité alimente des envies de mutinerie. Dans cette deuxième partie, les alliances se tissent afin de s'approprier la barre du bateau dont le capitaine est alité, malade. La tension monte, car malgré l'immensité des océans, dont on n'a d'ailleurs pas encore exploré tous les recoins, les mutins en puissance savent que le passage à l'acte équivaut à un point de non retour. On suit les tractations dans la pénombre du vaisseau, complots qui se précisent à mesure que grandit l'audace des frustrés, mais l'histoire va basculer littéralement avec le naufrage du bateau sur des récifs. La donne change : deux îlots, en fait de vulgaires bancs de sable, vont servir de refuge aux rescapés, tandis que le capitaine et le commandeur s échappent en chaloupe pour chercher du secours. A deux doigts de la noyade, Jeronimus atterrit sur l'une des îles, et ce simple adjoint du commandeur va faire figure de seule autorité, et bientôt exercer les pleins pouvoirs sur les survivants. On sent les prémices du drame, à savoir que cette puissance nouvelle va entraîner ce nouveau chef vers une utopie inhumaine, qui occupera les pages du troisième et dernier tome à venir. Le huis clos du bateau, ce « Batavia » qui n'est que le reflet d'une société inégalitaire, s'accompagne d'un texte, souvent en voix off, réduit au strict minimum. Les auteurs jouent sur les cadrages, les couleurs et les ombres, les échanges de regards pour traduire une ambiance qui suinte le complot. A l'inverse, les scènes de naufrage peintes par Jean-Denis Pendanx sont époustouflantes de violence et montrent un bateau ravagé par les lames, frêle coquille finalement, et théâtre surréaliste peuplé de marins ivres qui attendent joyeusement la mort. Bref, le graphisme de « Jeronimus » reste sublime. On devine que le huis clos inéluctable qui attend les naufragés sera tout autant implacable. --http://bd.blogsudouest.com/2009/04/22/%C2%AB-jeronimus-%C2%BB-deuxieme-partie-de-dabitch-et-pendanx-futuropolis/

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 91  pages
    • Dimensions :  1.4cmx24.6cmx30.2cm
    • Poids : 780.2g
    • Editeur :   Gallisol Paru le
    • Collection : BAND DESS ADULT
    • ISBN :  2754802185
    • EAN13 :  9782754802185

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Ce qu'on en pense sur la planète BD, par Benoît Cassel Authentique, l'histoire de Jeronimus est restée célèbre en Hollande et en Australie. En 1629, cet apothicaire jusqu'alors discret et rangé, devait révéler une âme de psychopathe, lors d'un naufrage au large de Java (on en restera là pour maintenir le suspens). Le premier tome de la trilogie prévue installait le personnage, sans laisser présupposer de la suite des évènements. On y découvrait la tragédie familiale, la décision du voyage et l'ambiance tendue et sordide à bord du Batavia. D'emblée ce second tome franchit un pas dans l'état d'esprit de Jeronimus. Jusqu'alors tiraillée entre son éducation religieuse et ses fréquentations libertaires, l'humanité de Jeronimus semble définitivement altérée à partir de la perte de son fils. La conjoncture particulière à bord du Batavia est le révélateur de son tempérament quasi méphistophélique. On le découvre instigateur d'un complot, sournois, calculateur... Documenté et didactique, le scénario de Christophe Dabitch prend son temps pour exposer les dispositions psychologiques qui se nouent à bord. Certains peuvent trouver la narration, s'appuyant souvent sur une voix-off descriptive, fastidieuse. Elle a néanmoins un double mérite. Primo, elle installe précisément les moeurs et le contexte social, animés par moult débats religieux et philosophiques sur la condition humaine. Secundo, elle permet à Jean-Denis Pendanx d'exprimer tout son art en peintures directes, parfois lors de longues séquences muettes. Chacun case est un tableau peaufiné, précis, travaillé... splendide ! A force de contemplation, il arrive souvent au lecteur de sortir du récit. L'artiste brille particulièrement quand il s agit de représenter la mer tourmentée, le navire chahuté, la folie des hommes... soit précisément tous les sujets abordé par cette histoire. A suivre dans un dernier album qu'on prévoit particulièrement éprouvant... --http://www.planetebd.com/BD/bande-dessinee-Jeronimus-7504.html Graviphore.be, 16 avril 2009 Toujours aussi bonne impression après la lecture du deuxième volet. Les textes de Dabitch sont un modèle du genre. Aucun mot n'est inutile. Chaque information renforce la dramaturgie psychologique du huis clos. Tous les ressorts conduisent à Jeronimus. Pour mieux nous éclairer sur les circonstances qui peuvent faire qu'un homme ordinaire accède au pouvoir par la seule force de la politique. Les huiles de Pendanx nous guident au cours d'un voyage sans retour. Moi qui juge souvent ce traitement trop sucré lorsqu'il est adapté à la bande dessinée, je reste sous le charme des couleurs. Le fait que les plans soient souvent serrés et le nombre de cases par planche réduit ajoute à la lisibilité. Mais le plus fort reste la mutation presque imperceptible du visage de Jeronimus à mesure que le temps passe et que sa propre mutation psychologique opère. Du grand art ! --http://www.graphivore.be/critiques.php?critiqueid=4624 Sud Ouest, 22 avril 2009, par Jean-Marc Lernould Dabitch et Pendanx livrent le deuxième tome de « Jeronimus », inspiré d'événements réels qui se sont déroulés au XVIIème siècle. Apothicaire hollandais, Jeronimus s'exile pour fuir l'intolérance religieuse de ses concitoyens, et s'embarque à bord d'un navire de la puissante Compagnie des Indes, un état dans l'état. Le premier tome a planté le décor, le microcosme de ce navire, réplique en miniature des inégalités sociales, et cette insupportable promiscuité alimente des envies de mutinerie. Dans cette deuxième partie, les alliances se tissent afin de s'approprier la barre du bateau dont le capitaine est alité, malade. La tension monte, car malgré l'immensité des océans, dont on n'a d'ailleurs pas encore exploré tous les recoins, les mutins en puissance savent que le passage à l'acte équivaut à un point de non retour. On suit les tractations dans la pénombre du vaisseau, complots qui se précisent à mesure que grandit l'audace des frustrés, mais l'histoire va basculer littéralement avec le naufrage du bateau sur des récifs. La donne change : deux îlots, en fait de vulgaires bancs de sable, vont servir de refuge aux rescapés, tandis que le capitaine et le commandeur s échappent en chaloupe pour chercher du secours. A deux doigts de la noyade, Jeronimus atterrit sur l'une des îles, et ce simple adjoint du commandeur va faire figure de seule autorité, et bientôt exercer les pleins pouvoirs sur les survivants. On sent les prémices du drame, à savoir que cette puissance nouvelle va entraîner ce nouveau chef vers une utopie inhumaine, qui occupera les pages du troisième et dernier tome à venir. Le huis clos du bateau, ce « Batavia » qui n'est que le reflet d'une société inégalitaire, s'accompagne d'un texte, souvent en voix off, réduit au strict minimum. Les auteurs jouent sur les cadrages, les couleurs et les ombres, les échanges de regards pour traduire une ambiance qui suinte le complot. A l'inverse, les scènes de naufrage peintes par Jean-Denis Pendanx sont époustouflantes de violence et montrent un bateau ravagé par les lames, frêle coquille finalement, et théâtre surréaliste peuplé de marins ivres qui attendent joyeusement la mort. Bref, le graphisme de « Jeronimus » reste sublime. On devine que le huis clos inéluctable qui attend les naufragés sera tout autant implacable. --http://bd.blogsudouest.com/2009/04/22/%C2%AB-jeronimus-%C2%BB-deuxieme-partie-de-dabitch-et-pendanx-futuropolis/