share_book
Envoyer cet article par e-mail

Larlépem-vous louchébem ? : L'argot des bouchers

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Larlépem-vous louchébem ? : L'argot des bouchers

Larlépem-vous louchébem ? : L'argot des bouchers

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Larlépem-vous louchébem ? : L'argot des bouchers"

    L'argot des bouchers offre l'étrange particularité de mélanger deux formes de langage. Le premier, jargon professionnel datant du Moyen-Âge, définit les différents aspects du métier, comme les pièces de viande et la qualité des animaux. Le deuxième, le fameux louchébem ou " largonji des bouchers " qui, s'il n'est plus guère parlé que par les " vieux " bouchers coulant une paisible letraiteruche, reste nimbé de mystère. Depuis le XIXe siècle, il leur permet de se comprendre entre eux, souvent au détriment d'un lonquess (un con, un client grincheux) qui repartira avec un morceau avarié... Reste un langage original, parfois très explicite, truffé de chameaux à satisfaire, d'asticots à former, de belles-mères tranchantes à utiliser, et de crevards à refourguer...

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 91  pages
    • Dimensions :  1.2cmx14.8cmx15.6cm
    • Poids : 181.4g
    • Editeur :   Pierre Horay Paru le
    • Collection : Cabinet de curiosité
    • ISBN :  2705804684
    • EAN13 :  9782705804688
    • Langue : Français

    D'autres livres de David Alliot

    D'un Céline l'autre

    Les 200 témoignages que regroupe D'un Céline l'autre jalonnent l'itinéraire d'une vie entière : celle de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline (1894-1961), depuis sa jeunesse passage Choiseul jusqu'à sa mort à Meudon. Un portrait inédit de Céline émerge ainsi à travers le regard de [....]...

    Céline

    Passionné par la lecture de Voyage au bout de la nuit, David Alliot a publié plusieurs ouvrages sur Céline, ainsi que des articles dans des revues spécialisées. Amoureux de la langue française et argotique, il a également consacré un ouvrage à l argot des imprimeurs et typographes, ainsi...

    Céline à Meudon

    En 1951, l'amnistie de Céline lui a permis de revenir en France avec sa femme, après six années d'exil au Danemark. Le couple s'installe à Meudon, au 25 ter route des Gardes. Lucette ouvre un cours de danse et Céline un cabinet médical. Céline, alors boycotté par le monde littéraire, [.....

    L'affaire Louis-Ferdinand Céline

    Au Danemark où il s'est réfugié en mars 1945, Céline livre le combat de sa vie contre le gouvernement français qui le réclame pour le juger. À Paris, l'Épuration bat son plein. Drieu La Rochelle s'est suicidé, Robert Brasillach, André Surarès et Paul Chack ont été fusillés. D'autres...

    Voir tous les livres de David Alliot

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    L'argot des bouchers offre l'étrange particularité de mélanger deux formes de langage. Le premier, jargon professionnel datant du Moyen-Âge, définit les différents aspects du métier, comme les pièces de viande et la qualité des animaux. Le deuxième, le fameux louchébem ou " largonji des bouchers " qui, s'il n'est plus guère parlé que par les " vieux " bouchers coulant une paisible letraiteruche, reste nimbé de mystère. Depuis le XIXe siècle, il leur permet de se comprendre entre eux, souvent au détriment d'un lonquess (un con, un client grincheux) qui repartira avec un morceau avarié... Reste un langage original, parfois très explicite, truffé de chameaux à satisfaire, d'asticots à former, de belles-mères tranchantes à utiliser, et de crevards à refourguer...