share_book
Envoyer cet article par e-mail

Saint-Michel en Thierache (Histoire de). Tome II

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Saint-Michel en Thierache (Histoire de). Tome II

Saint-Michel en Thierache (Histoire de). Tome II

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Saint-Michel en Thierache (Histoire de). Tome II"

Extrait du quatrième de couverture En 1542, la guerre renouvelée entre Charles Quint et François Ier força les habitants de Saint-Michel et des villages alentour à abandonner le pays. L'abbaye et le bourg furent alors pillés et incendiés à tel point qu'il ne resta plus qu'une seule maison. Puis, dès 1587, tout le diocèse prit le parti de la Ligue contre les calvinistes et les guerres civiles firent encore un peu plus de tort à la contrée. Grâce à Jean-Baptiste de Mornat, l'abbaye put enfin renaître de ses cendres à partir de 1598. Exceptés quelques bois, elle était alors réduite à très peu, à cause des subventions, de l'injure des guerres et de la mauvaise gestion des abbés commendataires qui, comme Robert de Coucy, avaient dissipé les fonds et aliéné les plus beaux biens. Faisant de Saint-Michel sa résidence, le nouvel abbé racheta les baux emphytéotiques et fit de nouvelles acquisitions. Il remit le monastère à neuf, réparant le cloître, les lieux réguliers et l'église. Il posa la première pierre du château dit plus tard de Sailly et fit édifier une église paroissiale sous l'invocation de saint Martin pour que les moines ne soient plus distraits par l'affluence du peuple. La misère de la population demeurait cependant intacte, lui faisant subir les plus terribles épidémies et vivre dans la crainte constante du pillage des demeures construites sans goût, dans la mesure où elles allaient probablement être détruites au bout de quelques mois. Il fallut attendre le début du XVIIIe siècle pour que, le calme revenu, l'industrie du fil et la facilité d'établissement à... © Micberth

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • Editeur :   Livre Histoire Paru le
  • Collection : MVVF
  • ISBN :  2758604884
  • EAN13 :  9782758604884
  • Classe Dewey :  944

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Extrait du quatrième de couverture En 1542, la guerre renouvelée entre Charles Quint et François Ier força les habitants de Saint-Michel et des villages alentour à abandonner le pays. L'abbaye et le bourg furent alors pillés et incendiés à tel point qu'il ne resta plus qu'une seule maison. Puis, dès 1587, tout le diocèse prit le parti de la Ligue contre les calvinistes et les guerres civiles firent encore un peu plus de tort à la contrée. Grâce à Jean-Baptiste de Mornat, l'abbaye put enfin renaître de ses cendres à partir de 1598. Exceptés quelques bois, elle était alors réduite à très peu, à cause des subventions, de l'injure des guerres et de la mauvaise gestion des abbés commendataires qui, comme Robert de Coucy, avaient dissipé les fonds et aliéné les plus beaux biens. Faisant de Saint-Michel sa résidence, le nouvel abbé racheta les baux emphytéotiques et fit de nouvelles acquisitions. Il remit le monastère à neuf, réparant le cloître, les lieux réguliers et l'église. Il posa la première pierre du château dit plus tard de Sailly et fit édifier une église paroissiale sous l'invocation de saint Martin pour que les moines ne soient plus distraits par l'affluence du peuple. La misère de la population demeurait cependant intacte, lui faisant subir les plus terribles épidémies et vivre dans la crainte constante du pillage des demeures construites sans goût, dans la mesure où elles allaient probablement être détruites au bout de quelques mois. Il fallut attendre le début du XVIIIe siècle pour que, le calme revenu, l'industrie du fil et la facilité d'établissement à... © Micberth