share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le partisan espagnol : 1933-1945

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le partisan espagnol : 1933-1945

Le partisan espagnol : 1933-1945

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le partisan espagnol : 1933-1945"

Il est des hommes pour qui s'engager est une histoire d'honneur, Mariano Constante est de ceux-là. A 16 ans, il rejoint les troupes républicaines durant la guerre d'Espagne. Malgré son jeune âge, il est vite gradé et se retrouve lieutenant en 1939. Après un passage au camp d'" accueil " de Sepfonds, construit au fur et à mesure des arrivées, il s'engage dans l'Armée française. Fait prisonnier en Moselle par les Allemands, en pleine Débâcle, on lui propose de rejoindre ses parents dans les Deux-Sèvres (Thouars) à condition qu'il abandonne ses activités au sein du Parti communiste, mais il refuse. Par la suite, la solidarité envers ses camarades de combat l'empêche de saisir l'occasion de s'évader. Ses amis le lui reprocheront. Il ne saura que plus tard que cela lui aurait évité de vivre quatre années d'enfer concentrationnaire. Mais auparavant il se retrouve interné au stalag XVIIA parmi les " rouges espagnols " méprisés de tous, même des officiers français. Mais ces Républicains sauront se faire respecter grâce à leur grande loyauté. En avril 1941, ils sont transférés au camp de Mauthausen, que l'auteur ne quittera qu'en 1945. Homme de conviction, notre partisan espagnol a passé les épreuves les plus difficiles, avec la fierté de son peuple et la certitude qu'il était du côté des justes, celui de la liberté. Il avait en lui l'image de la France des droits de l'Homme. Même si tous les Français ne l'ont pas toujours bien accueilli, sa foi en la France est restée intacte et jamais ébranlée.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 263  pages
  • Dimensions :  1.8cmx16.0cmx23.8cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Tirésias Paru le
  • Collection : Ces Oubliés de l'Histoire
  • ISBN :  2915293082
  • EAN13 :  9782915293081
  • Classe Dewey :  940.547
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Il est des hommes pour qui s'engager est une histoire d'honneur, Mariano Constante est de ceux-là. A 16 ans, il rejoint les troupes républicaines durant la guerre d'Espagne. Malgré son jeune âge, il est vite gradé et se retrouve lieutenant en 1939. Après un passage au camp d'" accueil " de Sepfonds, construit au fur et à mesure des arrivées, il s'engage dans l'Armée française. Fait prisonnier en Moselle par les Allemands, en pleine Débâcle, on lui propose de rejoindre ses parents dans les Deux-Sèvres (Thouars) à condition qu'il abandonne ses activités au sein du Parti communiste, mais il refuse. Par la suite, la solidarité envers ses camarades de combat l'empêche de saisir l'occasion de s'évader. Ses amis le lui reprocheront. Il ne saura que plus tard que cela lui aurait évité de vivre quatre années d'enfer concentrationnaire. Mais auparavant il se retrouve interné au stalag XVIIA parmi les " rouges espagnols " méprisés de tous, même des officiers français. Mais ces Républicains sauront se faire respecter grâce à leur grande loyauté. En avril 1941, ils sont transférés au camp de Mauthausen, que l'auteur ne quittera qu'en 1945. Homme de conviction, notre partisan espagnol a passé les épreuves les plus difficiles, avec la fierté de son peuple et la certitude qu'il était du côté des justes, celui de la liberté. Il avait en lui l'image de la France des droits de l'Homme. Même si tous les Français ne l'ont pas toujours bien accueilli, sa foi en la France est restée intacte et jamais ébranlée.