share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ménon

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ménon

Ménon

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : 83,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ménon"

La première question de Socrate, "Comment devenir vertueux ?", cède la place à une autre question plus générale : "Comment apprendre ce qu'on ignore ?" En effet, l'homme ne peut ni apprendre ce qu'il sait, puisqu'il le sait déjà, ni apprendre ce qu'il ne sait pas, ignorant ce qu'il devrait apprendre. Aussi, tout apprentissage paraît impossible dans la mesure où il n'y a pas de transition entre le non-savoir absolu et le savoir. Socrate, dans Ménon, parvient à surmonter ce paradoxe en montrant que si l'homme est capable d'apprendre, c'est que toute éducation suppose la faculté innée de chercher ce que l'on ne sait pas. Ainsi, Socrate fait découvrir à un jeune esclave la notion de diagonale : tout se passe comme si celui-ci se ressouvenait de ce que pourtant il ne semblait pas connaître. L'esprit n'est pas un réceptacle vide où la vérité viendrait se déposer de l'extérieur, mais une puissance de connaître susceptible de s'actualiser par la réflexion. Le mythe de la réincarnation fournit ici une image permettant de saisir en quoi consiste l'acte de réfléchir : l'âme ayant contemplé dans une vie antérieure les Idées, les ayant oubliées lors de son incarnation, s'en ressouvient dans l'acte d'apprendre. Ainsi, "apprendre, c'est se ressouvenir". --Paul Klein

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 350 pages
  • Dimensions :  1.8cmx10.8cmx17.0cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Flammarion Paru le
  • Collection : Garnier Flammarion / Philosophie
  • ISBN :  2080704915
  • EAN13 :  9782080704917
  • Classe Dewey :  184
  • Langue : Français

D'autres livres de Platon

Le banquet

" On s'est donné beaucoup de peine pour traiter de pareils sujets, mais l'Amour, lui, n'a trouvé personne qui ait eu jusqu'à présent le courage de le chanter comme il le mérite ! ". Au banquet d'Agathon, chaque convive devra " prononcer un éloge [du dieu] Eros, le plus bel éloge dont il sera ...

Prix : 25 DH
Apologie de Socrate, Criton, Phédon

L'Apologie de Socrate - compte rendu du procès en impiété intenté à Socrate en 399 -, le Criton - présentation d'un entretien que le maître eut avec un de ses disciples qui avait tout préparé pour le faire évader peu avant son exécution -, le Phédon - analyse dramatique des derniers ...

Prix : 95 DH

Timée, suivi du "Critias"

Comment parler des origines ? Comment dire ce que furent la naissance de l'univers, celle de l'homme, celle de la société ? Du Timée au Critias, la réponse ne varie pas : c'est à un discours qui constitue son objet que revient la tâche explicative. D'un côté, la cosmologie du Timée qui cher...

Prix : 98 DH
Parménide

Lire Platon est un grand plaisir. C'est même une grande joie. Les textes admirables où une perfection unique de la forme se marie avec une profondeur unique de la pensée ont résisté à l'usure du temps. Ils n'ont pas vieilli. Ils sont toujours vivants. Vivants comme aux jours lointains où ils ...

Prix : 154 DH

Voir tous les livres de Platon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La première question de Socrate, "Comment devenir vertueux ?", cède la place à une autre question plus générale : "Comment apprendre ce qu'on ignore ?" En effet, l'homme ne peut ni apprendre ce qu'il sait, puisqu'il le sait déjà, ni apprendre ce qu'il ne sait pas, ignorant ce qu'il devrait apprendre. Aussi, tout apprentissage paraît impossible dans la mesure où il n'y a pas de transition entre le non-savoir absolu et le savoir. Socrate, dans Ménon, parvient à surmonter ce paradoxe en montrant que si l'homme est capable d'apprendre, c'est que toute éducation suppose la faculté innée de chercher ce que l'on ne sait pas. Ainsi, Socrate fait découvrir à un jeune esclave la notion de diagonale : tout se passe comme si celui-ci se ressouvenait de ce que pourtant il ne semblait pas connaître. L'esprit n'est pas un réceptacle vide où la vérité viendrait se déposer de l'extérieur, mais une puissance de connaître susceptible de s'actualiser par la réflexion. Le mythe de la réincarnation fournit ici une image permettant de saisir en quoi consiste l'acte de réfléchir : l'âme ayant contemplé dans une vie antérieure les Idées, les ayant oubliées lors de son incarnation, s'en ressouvient dans l'acte d'apprendre. Ainsi, "apprendre, c'est se ressouvenir". --Paul Klein