share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Esthétique du temps au Japon : Du zen au virtuel

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Esthétique du temps au Japon : Du zen au virtuel

L'Esthétique du temps au Japon : Du zen au virtuel

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'Esthétique du temps au Japon : Du zen au virtuel"

    Par un grand-écart intellectuel dont elle a le secret, C.Buci-Glucksmann parvient à interroger la notion de virtuel tant, depuis le continent du baroque, qu'à partir des travaux de Deleuze. C'est en effet à plus d'un titre que, dans la confusion flottant autour de la notion d'une éventuelle "esthétique du virtuel", la position adoptée par Christine Buci-Glucksmann dans son dernier ouvrage est proprement dessillante. Il fallait tout d'abord être, comme elle, une spécialiste du baroque, internationalement reconnue, pour parvenir à tisser des ponts entre ces deux continents que sont la pensée baroque et le virtuel. Avec C.Buci-Glucksmann, on comprend enfin que l'esthétique du virtuel ne naît pas de rien, et qu'elle résonne sur une certaine histoire du regard qui apparaît avec les stratégies baroques de l'image. En effet, la culture des flux, propre au virtuel, avec ses courbes irrégulières, sa passion des spirales, des fluctuations, et des inflexions n'est pas sans faire penser à l'esthétique du baroque. Esthétique de l'ambiguïté, du dedans-dehors, et de la complexité propre aux espaces fluides. Ce livre nous montre combien, pour penser cet objet trop proche, il nous est nécessaire de changer de rive, de le comprendre depuis l'étrangeté absolue japonaise. Et dans une dynamique du si loin-si proche, on comprend tout à coup que, voulant s'élargir, le monde s'est paradoxalement concentré, que le tout est dans la partie dans une logique toute fractale, que le Japon est dans le baroque, le baroque dans le virtuel, le passé dans le présent et l'avenir dans l'instant. Cet ouvrage a enfin le grand mérite d'inaugurer une analyse de ce que l'auteur nomme les "matrices du virtuel", sortes de catégories esthétiques qui nous permettent de cerner cet objet improbable. Après ce livre, il ne sera donc plus possible de jouer du flou théorique, parler du virtuel en art aura désormais un sens. --Stéphanie Katz --

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 209  pages
    • Dimensions :  2.0cmx15.6cmx23.4cm
    • Poids : 381.0g
    • Editeur :   Galilée Paru le
    • Collection : Débats
    • ISBN :  2718605553
    • EAN13 :  9782718605555

    D'autres livres de Christine Buci-Glucksmann

    Au-delà de la mélancolie

    En ces temps de crise marqués par le retour de la mélancolie propre à l'Occident, la recherche d'un au-delà de la mélancolie sonne comme un défi. Défi à la peinture, pensée ici à partir de son histoire florale et cosmique, entre figuration et abstraction, spirales et flux. Loin de toute fa...

    Esthétique de l'éphémère

    Que l'éphémère soit devenu une dimension de l'existence humaine à l'époque de la mondialisation, tel est le point de départ de cette esthétique qui prendra l'art comme symptôme et révélateur d'un temps passage et devenir. Car, depuis les Vanités du XVIIe siècle jusqu'au moderne d'un Mane...

    Voir tous les livres de Christine Buci-Glucksmann

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Par un grand-écart intellectuel dont elle a le secret, C.Buci-Glucksmann parvient à interroger la notion de virtuel tant, depuis le continent du baroque, qu'à partir des travaux de Deleuze. C'est en effet à plus d'un titre que, dans la confusion flottant autour de la notion d'une éventuelle "esthétique du virtuel", la position adoptée par Christine Buci-Glucksmann dans son dernier ouvrage est proprement dessillante. Il fallait tout d'abord être, comme elle, une spécialiste du baroque, internationalement reconnue, pour parvenir à tisser des ponts entre ces deux continents que sont la pensée baroque et le virtuel. Avec C.Buci-Glucksmann, on comprend enfin que l'esthétique du virtuel ne naît pas de rien, et qu'elle résonne sur une certaine histoire du regard qui apparaît avec les stratégies baroques de l'image. En effet, la culture des flux, propre au virtuel, avec ses courbes irrégulières, sa passion des spirales, des fluctuations, et des inflexions n'est pas sans faire penser à l'esthétique du baroque. Esthétique de l'ambiguïté, du dedans-dehors, et de la complexité propre aux espaces fluides. Ce livre nous montre combien, pour penser cet objet trop proche, il nous est nécessaire de changer de rive, de le comprendre depuis l'étrangeté absolue japonaise. Et dans une dynamique du si loin-si proche, on comprend tout à coup que, voulant s'élargir, le monde s'est paradoxalement concentré, que le tout est dans la partie dans une logique toute fractale, que le Japon est dans le baroque, le baroque dans le virtuel, le passé dans le présent et l'avenir dans l'instant. Cet ouvrage a enfin le grand mérite d'inaugurer une analyse de ce que l'auteur nomme les "matrices du virtuel", sortes de catégories esthétiques qui nous permettent de cerner cet objet improbable. Après ce livre, il ne sera donc plus possible de jouer du flou théorique, parler du virtuel en art aura désormais un sens. --Stéphanie Katz --