share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Ame poétique du Japon

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Ame poétique du Japon

L'Ame poétique du Japon

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'Ame poétique du Japon"

    Ce livre n'est pas au sens strict une anthologie de la littérature japonaise, mais plutôt un survol « impressionniste » de l'âme poétique du Japon. Aux temps anciens émergent des brumes de la première histoire les empereurs mythiques aux chronologies incertaines et les légendes des myriades de divinités du shinto, la Voie des Dieux dans un grand souffle épique que se transmettent oralement les bardes et les aèdes. Puis vint, tardivement, l'écriture, importée de Chine, qui permet la première diffusion des anciennes anthologies poétiques où se révèlent les amours nostalgiques de délicats poètes. Elle nous livre aussi les premiers écrits mystiques du bouddhisme japonais. Au Xe siècle, des contes: les Monogatari (ou Récits de choses) et des chroniques: les Soshi (ou Notes écrites au fil du pinceau) donnent à la prose poétique ses lettres de noblesse. Après une longue période de paix, le temps des guerres civiles n'empêche pas une nouvelle forme particulière de théâtre poétique d'apparaître, le No. Il unit avec une préciosité particulière la parole, le chant, la danse et la musique. Deux No célèbres sont ici présentés en totalité: La Robe de plumes et Le Vent dans les pins; plusieurs autres sont évoqués. Avec le X VIe siècle vient le temps des poèmes courts, les Haïku, notations furtives, évocations discrètes en trois vers de 7-5-7 syllabes qui suffisent à donner le sens de la vie. Enfin, à notre époque, l'auteur a eu la chance de se lier d'amitié avec deux grands poètes: une religieuse bouddhiste apparentée à la famille impériale et un célèbre potier de Kyoto. On retrouve dans leurs oeuvres toute l'âme poétique du Japon, qui continue à se manifester au delà des épreuves et de l'adversité. Ophtalmologiste, praticien et théoricien de la calligraphie chinoise et japonaise et de nombre d'arts martiaux traditionnels, Claude Durix est l'auteur dans la même collection du Potier de Kyoto et d'Écrire l'éternité.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 192  pages
    • Dimensions :  1.6cmx20.6cmx29.6cm
    • Poids : 557.9g
    • Editeur :   Les Belles Lettres Paru le
    • Collection : Architecture Verbe
    • ISBN :  2251490167
    • EAN13 :  9782251490168
    • Classe Dewey :  895.2

    D'autres livres de Claude Durix

    Le Maroc et le saint

    Prix : 178 DH
    Le Maître de zen : Parole et silence

    Claude Durix, chirurgien ophtalmologiste a exercé toute sa vie au Maroc. Passionné par le Japon depuis sa plus petite enfance grâce aux récits d'une grand-tante religieuse missionnaire dans ce pays, il apprend le japonais et pratique les arts martiaux dès 1944, pendant la guerre, dans le déser...

    Voir tous les livres de Claude Durix

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Ce livre n'est pas au sens strict une anthologie de la littérature japonaise, mais plutôt un survol « impressionniste » de l'âme poétique du Japon. Aux temps anciens émergent des brumes de la première histoire les empereurs mythiques aux chronologies incertaines et les légendes des myriades de divinités du shinto, la Voie des Dieux dans un grand souffle épique que se transmettent oralement les bardes et les aèdes. Puis vint, tardivement, l'écriture, importée de Chine, qui permet la première diffusion des anciennes anthologies poétiques où se révèlent les amours nostalgiques de délicats poètes. Elle nous livre aussi les premiers écrits mystiques du bouddhisme japonais. Au Xe siècle, des contes: les Monogatari (ou Récits de choses) et des chroniques: les Soshi (ou Notes écrites au fil du pinceau) donnent à la prose poétique ses lettres de noblesse. Après une longue période de paix, le temps des guerres civiles n'empêche pas une nouvelle forme particulière de théâtre poétique d'apparaître, le No. Il unit avec une préciosité particulière la parole, le chant, la danse et la musique. Deux No célèbres sont ici présentés en totalité: La Robe de plumes et Le Vent dans les pins; plusieurs autres sont évoqués. Avec le X VIe siècle vient le temps des poèmes courts, les Haïku, notations furtives, évocations discrètes en trois vers de 7-5-7 syllabes qui suffisent à donner le sens de la vie. Enfin, à notre époque, l'auteur a eu la chance de se lier d'amitié avec deux grands poètes: une religieuse bouddhiste apparentée à la famille impériale et un célèbre potier de Kyoto. On retrouve dans leurs oeuvres toute l'âme poétique du Japon, qui continue à se manifester au delà des épreuves et de l'adversité. Ophtalmologiste, praticien et théoricien de la calligraphie chinoise et japonaise et de nombre d'arts martiaux traditionnels, Claude Durix est l'auteur dans la même collection du Potier de Kyoto et d'Écrire l'éternité.