share_book
Envoyer cet article par e-mail

Critique, N° 762, Novembre 201 : Sous l'empire du Japon

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Critique, N° 762, Novembre 201 : Sous l'empire du Japon

Critique, N° 762, Novembre 201 : Sous l'empire du Japon

Collectif,   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Critique, N° 762, Novembre 201 : Sous l'empire du Japon"

Tout part d'une première question adressée à Bergson : comment se fait-il que dans sa conception de la durée, il soit si peu question des affects qui pourtant nous donnent accès au temps : l'attente, le regret, le deuil, la mélancolie ? Comment expliquer que le temps ne soit jamais évoqué dans ses aspects les plus destructeurs ? Et pourquoi nous invite-t-il toujours à épouser l'écoulement de la durée ? Est-ce justement pour ignorer ces aspects ? Mais il y a une deuxième question, inverse de la première, qui peut aussi lui être adressée : si, comme l'affirme Bergson, la durée est synonyme de mémoire, comment peut-on penser un authentique sens de l'avenir ? La liberté peut-elle être autre chose que la reprise de tout notre passé ? Un Bergson mélancolique ? Ce livre est une réponse du bergsonisme à ces questions.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 100  pages
  • Dimensions :  1.0cmx13.4cmx21.0cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Les Editions De Minuit Paru le
  • Collection : REVUE CRITIQ
  • ISBN :  2707321397
  • EAN13 :  9782707321398

D'autres livres de  Michel Wieviorka

Foi et savoir

Comment penser la religion aujourd'hui, sans rompre avec la tradition philosophique ? Et qu'est- ce que pardonner après la Shoa, si le seul pardon qui vaille consiste à pardonner l'impardonnable ? Foi et Savoir et Le Siècle et le Pardon (entretien avec Michel Wieviorka) sont deux jalons [......

Prix : 76 DH
Faut-il s'accommoder de la violence ?

Notre siècle, on le sait, s'est singularisé par ses cruautés et ses barbaries collectives. Triste constat mais aussi belle occasion d'approfondir notre réflexion sur l'inhumanité qui loge en l'homme : l'irréductible désir de nier l'autre. Mais aux discours généraux sur la nature agressive ...

Culture & Société : Un lien à recomposer

Cet ouvrage collectif placé sous la direction de Jean-Pierre Saez réunit dix-sept contributions sur les rapports complexes entre culture, société et politique. (...) Sous la plume d Edgar Morin, Olivier Donnat, Alain Touraine ou Bernard Stiegler, des sujets d actualité sont abordés avec tout l...

L'identité bretonne

Qu'est-ce que l'"identité bretonne"? Ou, plus précisément - comment dans notre société contemporaine - est-elle vécue ? Pour répondre à une telle question, il ne suffit pas de lire ou d'écouter les porte-parole de la Bretagne ou de la bretonnité. Il faut aussi aller sur le terrain, rencont...

Voir tous les livres de  Michel Wieviorka

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Tout part d'une première question adressée à Bergson : comment se fait-il que dans sa conception de la durée, il soit si peu question des affects qui pourtant nous donnent accès au temps : l'attente, le regret, le deuil, la mélancolie ? Comment expliquer que le temps ne soit jamais évoqué dans ses aspects les plus destructeurs ? Et pourquoi nous invite-t-il toujours à épouser l'écoulement de la durée ? Est-ce justement pour ignorer ces aspects ? Mais il y a une deuxième question, inverse de la première, qui peut aussi lui être adressée : si, comme l'affirme Bergson, la durée est synonyme de mémoire, comment peut-on penser un authentique sens de l'avenir ? La liberté peut-elle être autre chose que la reprise de tout notre passé ? Un Bergson mélancolique ? Ce livre est une réponse du bergsonisme à ces questions.