share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ensor

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ensor

Ensor

  (Auteur)


Prix : 100,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ensor "

Après des débuts très remarqués entre impressionnisme et symbolisme, James Ensor (1860-1949) vit d'autant plus mal les attaques de la critique dont il est l'objet à partir de 1885. Prenant de la distance avec les milieux artistique bruxellois, il regagne Ostende, sa ville natale. Au milieu des coquillages et autres curiosités du magasin familial, il invente un univers entre fantastique et grotesque, un monde de natures mortes aux masques omniprésents, d'intérieurs peuplés de squelettes. Autant de satires du monde bourgeois, de parodies de la condition humaine. Sa propre image n'échappant pas à l'immense carnaval qu'est pour lui la vie, Ensor l'excentrique se soumet à d'incessantes métamorphoses, s'identifiant tour à tour à Rubens, au Christ, à un hareng saur ! En toute liberté, et conscient tout à la fois de sa singularité, de son talent et de l'incompréhension qu'il provoque.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 14 pages
  • Dimensions :  1.2cmx12.2cmx17.2cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Découvertes Gallimard
  • ISBN :  2070399508
  • EAN13 :  9782070399505
  • Classe Dewey :  759.949 3
  • Langue : Français

D'autres livres de Laurence Madeline

L'ABCdaire de l'impressionnisme

Les artistes, les lieux, le vocabulaire..., de ce mouvement ...

Prix : 49 DH
Van Gogh Picasso

La mort de Van Gogh et la naissance du mythe du peintre maudit hantent Picasso dès ses débuts : un artiste doit-il, comme Van Gogh, mettre sa vie dans son œuvre jusqu'à la folie, jusqu'à la mort ? Picasso a choisi la vie. Mais le souvenir de Van Gogh, mis à mort par sa foi absolue dans son art...

Voir tous les livres de Laurence Madeline

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Après des débuts très remarqués entre impressionnisme et symbolisme, James Ensor (1860-1949) vit d'autant plus mal les attaques de la critique dont il est l'objet à partir de 1885. Prenant de la distance avec les milieux artistique bruxellois, il regagne Ostende, sa ville natale. Au milieu des coquillages et autres curiosités du magasin familial, il invente un univers entre fantastique et grotesque, un monde de natures mortes aux masques omniprésents, d'intérieurs peuplés de squelettes. Autant de satires du monde bourgeois, de parodies de la condition humaine. Sa propre image n'échappant pas à l'immense carnaval qu'est pour lui la vie, Ensor l'excentrique se soumet à d'incessantes métamorphoses, s'identifiant tour à tour à Rubens, au Christ, à un hareng saur ! En toute liberté, et conscient tout à la fois de sa singularité, de son talent et de l'incompréhension qu'il provoque.