share_book
Envoyer cet article par e-mail

La naissance du capitalisme au Moyen Age : Changeurs, usuriers et grands financiers

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La naissance du capitalisme au Moyen Age : Changeurs, usuriers et grands financiers

La naissance du capitalisme au Moyen Age : Changeurs, usuriers et grands financiers

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La naissance du capitalisme au Moyen Age : Changeurs, usuriers et grands financiers"

Contrairement à ce qui est généralement admis, le capitalisme naît au Moyen Age et se diffuse largement entre le XIIIe et le XVe siècle, sous des formes variées : prêts d'argent et spéculations - le mot " bourse ", nom d'une famille de Bruges, date de cette époque -, vitalité des compagnies marchandes et financières. Toutes les strates de la société y participent. Juifs et Lombards ne sont pas les seuls à le pratiquer, les bourgeois sont bien plus nombreux que les étrangers, et même les plus modestes y concourent par le biais des parts de société qu'ils peuvent acheter. A cet égard, parler d'un "capitalisme populaire" n'est pas exagéré. Que l'Eglise multiplie les interdits des prêts et de l'usure montre à quel point ils sont peu respectés. Quant aux vrais puissants, ce ne sont pas les grands marchands, mais les usuriers. Dans la cité, ils tiennent le haut du pavé et s'imposent en maîtres, les Médicis en étant la figure la plus emblématique. Avec son talent coutumier, Jacques Heers balaye une nouvelle fois les idées reçues pour nous offrir un regard neuf sur le Moyen Age.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 320  pages
  • Dimensions :  3.2cmx14.0cmx20.8cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Librairie Académique Perrin Paru le
  • Collection : Pour l'histoire
  • ISBN :  2262030898
  • EAN13 :  9782262030896

D'autres livres de Jacques Heers

L'histoire assassinée

Depuis Jules Ferry, l'histoire est la principale arme d'assaut de propagande d'Etat. Par les manuels et les leçons, l'école républicaine n'a cessé de truquer et de tronquer ce que l'honnête citoyen pouvait écrire. La mise en condition et le " formatage " du citoyen se poursuivent tout au [....

Le Moyen Age, une imposture

Saint Louis rendant la justice sous son chêne, féodal devenu symbole d'inégalité criarde, médiéval utilisé à toutes les sauces dès qu'il s'agit de caractériser un retard ou un blocage : le Moyen Age est encombré d'a priori, de légendes forgées afin d'accentuer un misérabilisme [.......

Les Barbaresques

Le terme " Barbaresques " est apparu au XVIe siècle pour désigner les corsaires, généralement des officiers du sultan de Constantinople lancés à la conquête du Maghreb et de la Méditerranée occidentale. Les plus célèbres furent les frères Barberousse, fils d'un Sicilien passé à [......

Prix : 119 DH

Voir tous les livres de Jacques Heers

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Contrairement à ce qui est généralement admis, le capitalisme naît au Moyen Age et se diffuse largement entre le XIIIe et le XVe siècle, sous des formes variées : prêts d'argent et spéculations - le mot " bourse ", nom d'une famille de Bruges, date de cette époque -, vitalité des compagnies marchandes et financières. Toutes les strates de la société y participent. Juifs et Lombards ne sont pas les seuls à le pratiquer, les bourgeois sont bien plus nombreux que les étrangers, et même les plus modestes y concourent par le biais des parts de société qu'ils peuvent acheter. A cet égard, parler d'un "capitalisme populaire" n'est pas exagéré. Que l'Eglise multiplie les interdits des prêts et de l'usure montre à quel point ils sont peu respectés. Quant aux vrais puissants, ce ne sont pas les grands marchands, mais les usuriers. Dans la cité, ils tiennent le haut du pavé et s'imposent en maîtres, les Médicis en étant la figure la plus emblématique. Avec son talent coutumier, Jacques Heers balaye une nouvelle fois les idées reçues pour nous offrir un regard neuf sur le Moyen Age.