share_book
Envoyer cet article par e-mail

De la foi

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
De la foi

De la foi

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "De la foi"

Dans la vie chrétienne plus qu'ailleurs, le "Je crois" et le "Je t'aime" sont inséparables. Dans ce traité philosophique sur la foi, Josef Pieper nous fait prêter une oreille plus attentive à la lettre du Credo. Nous ne disons pas : "Je crois que Dieu existe ", mais : "Je crois en Dieu - Credo in unum Deum". La tournure grammaticale en latin désigne un mouvement, un élan, en l'occurrence une tension amoureuse. Les articles de foi n'ont pas leur finalité en eux-mêmes : ils sont là pour articuler notre vie à ce Dieu dont les dogmes nous esquissent les linéaments, dont Jésus nous dévoile le visage. Comme le souligne Pieper : "Si l'on demandait à un véritable croyant : "Que crois-tu en fait ?"; celui-ci n'aurait pas tant à détailler un quelconque contenu qu'à désigner - faisant ainsi preuve d'une grande précision - celui qui se porte garant, et à répondre : "Je crois ce que dit celui-là" ". De par ce fondement, qui est relation à une personne plus que compréhension d'une thèse, la foi des simples peut rejoindre et même dépasser celle des plus subtils théologiens : ceux-ci savent mieux articuler le détail du contenu ; ceux-là empêchent que ce détail tourne à la planche d'anatomie. La foi des simples nous prévient contre la foi morte, qui préfère la dissection du cadavre à la proximité du Corps vivant. Elle nous rappelle que les idées sont au service des visages, et non l'inverse.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 96  pages
  • Dimensions :  1.4cmx13.2cmx21.0cm
  • Poids : 81.6g
  • Editeur :   Ad Solem Editions Paru le
  • Collection : JOSEF PIEPER
  • ISBN :  2940402728
  • EAN13 :  9782940402724
  • Langue : Français

D'autres livres de Josef Pieper

De l'amour

Si " Dieu est amour ", comme le révèle saint Jean, comment aimer un être en vérité ? Josef Pieper répond : en contemplant dans sa source divine l'existence d'un ami, du compagnon de toute une vie, mais aussi la nôtre. Nous devons devenir conscients qu'en aimant ainsi nous accueillons et prolo...

Voir tous les livres de Josef Pieper

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans la vie chrétienne plus qu'ailleurs, le "Je crois" et le "Je t'aime" sont inséparables. Dans ce traité philosophique sur la foi, Josef Pieper nous fait prêter une oreille plus attentive à la lettre du Credo. Nous ne disons pas : "Je crois que Dieu existe ", mais : "Je crois en Dieu - Credo in unum Deum". La tournure grammaticale en latin désigne un mouvement, un élan, en l'occurrence une tension amoureuse. Les articles de foi n'ont pas leur finalité en eux-mêmes : ils sont là pour articuler notre vie à ce Dieu dont les dogmes nous esquissent les linéaments, dont Jésus nous dévoile le visage. Comme le souligne Pieper : "Si l'on demandait à un véritable croyant : "Que crois-tu en fait ?"; celui-ci n'aurait pas tant à détailler un quelconque contenu qu'à désigner - faisant ainsi preuve d'une grande précision - celui qui se porte garant, et à répondre : "Je crois ce que dit celui-là" ". De par ce fondement, qui est relation à une personne plus que compréhension d'une thèse, la foi des simples peut rejoindre et même dépasser celle des plus subtils théologiens : ceux-ci savent mieux articuler le détail du contenu ; ceux-là empêchent que ce détail tourne à la planche d'anatomie. La foi des simples nous prévient contre la foi morte, qui préfère la dissection du cadavre à la proximité du Corps vivant. Elle nous rappelle que les idées sont au service des visages, et non l'inverse.