share_book
Envoyer cet article par e-mail

Une année à Treblinka

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Une année à Treblinka

Une année à Treblinka

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Une année à Treblinka"

Jankiel Wiernik, Juif polonais, est arrêté par les Allemands à Varsovie lors d'une rafle le 23 août 1942. Il est déporté à Treblinka, à 80 km au nord de Varsovie. Ce camp est le troisième centre d'extermination à entrer en fonction après Belzec et Sobibor, dans le cadre de l'Aktion Reinhard visant à l'extermination des Juifs de Pologne. Malgré son âge (il a alors plus de cinquante ans), Jankiel Wiernik échappe à la mort grâce à son métier de charpentier. Il est chargé de la fabrication de divers bâtiments et de nouvelles chambres à gaz. Il est ainsi le seul témoin des différentes étapes qui marquent la vie du camp : la désorganisation de l'été 1942 due à l'arrivée massive des déportés, l'accroissement des capacités meurtrières des chambres à gaz après la nomination de Franz Stangl à la tête du camp, la décision à partir d'avril 1943 de faire disparaître toute trace de l'extermination en brûlant des milliers de corps. Le témoignage de Wiernik est exceptionnel par sa précision mais aussi par le fait qu'il est l'un des rares prisonniers à avoir pu se déplacer parmi l'ensemble des installations de Treblinka, de la zone où logeaient les surveillants à la zone d'extermination. C'est d'ailleurs ce qui lui permet d'organiser la révolte de l'été 1943 au cours de laquelle une centaine de prisonniers s'échappèrent.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 192  pages
  • Dimensions :  2.0cmx14.0cmx18.0cm
  • Poids : 213.2g
  • Editeur :   Vendemiaire Paru le
  • Collection : VENDEMIAIRE (ED
  • ISBN :  2363580249
  • EAN13 :  9782363580245

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Jankiel Wiernik, Juif polonais, est arrêté par les Allemands à Varsovie lors d'une rafle le 23 août 1942. Il est déporté à Treblinka, à 80 km au nord de Varsovie. Ce camp est le troisième centre d'extermination à entrer en fonction après Belzec et Sobibor, dans le cadre de l'Aktion Reinhard visant à l'extermination des Juifs de Pologne. Malgré son âge (il a alors plus de cinquante ans), Jankiel Wiernik échappe à la mort grâce à son métier de charpentier. Il est chargé de la fabrication de divers bâtiments et de nouvelles chambres à gaz. Il est ainsi le seul témoin des différentes étapes qui marquent la vie du camp : la désorganisation de l'été 1942 due à l'arrivée massive des déportés, l'accroissement des capacités meurtrières des chambres à gaz après la nomination de Franz Stangl à la tête du camp, la décision à partir d'avril 1943 de faire disparaître toute trace de l'extermination en brûlant des milliers de corps. Le témoignage de Wiernik est exceptionnel par sa précision mais aussi par le fait qu'il est l'un des rares prisonniers à avoir pu se déplacer parmi l'ensemble des installations de Treblinka, de la zone où logeaient les surveillants à la zone d'extermination. C'est d'ailleurs ce qui lui permet d'organiser la révolte de l'été 1943 au cours de laquelle une centaine de prisonniers s'échappèrent.