share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le réseau Bombyce. 1, Papillons de nuit

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le réseau Bombyce. 1, Papillons de nuit

Le réseau Bombyce. 1, Papillons de nuit

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le réseau Bombyce. 1, Papillons de nuit"

Voilà un album extraordinaire qui évoque tour à tour les albums de François Schuiten et ses pages éblouissantes d'où surgissent de somptueux immeubles Art Nouveau et les ambiances glauques de Caro et Jeunet dans La Cité des enfants perdus. Pourtant les comparaisons s'arrêtent là. Au-delà de laideur des personnages principaux – un monte-en l'air dégingandé, artiste de la cambriole, et un nabot aux yeux exorbités à tête de Peter Lorre évoluant dans un Marseille imaginaire dont les plans d'urbanisation auraient été conçus par un Horta ou par un Van de Velde shootés à l'adrénaline, on ne peut qu'être séduit par l'originalité du dessin de Cecil dont les cadrages et la minutie monomaniaque construisent un climat particulier et fascinant. Le scénario de Corbeyran, lui, est plus conventionnel : il met en scène un baron corrompu réalisateur de snuff movies – ces films pornographiques dont la victime est assassinée devant les caméras – aux prises avec nos deux héros quelque peu à côté de leurs pompes. En vieux routier de l'écriture, Corbeyran installe son monde dans le début d'une saga qui paraît très prometteuse. --Didier Pasamonik

Détails sur le produit

  • Reliure : Cartonné
  • 47  pages
  • Dimensions :  1.0cmx23.6cmx31.2cm
  • Poids : 480.8g
  • Editeur :   Les Humanoïdes Associés Paru le
  • ISBN :  2731612940
  • EAN13 :  9782731612943
  • Classe Dewey :  741.5
  • Langue : Français

D'autres livres de Eric Corbeyran

Le chant des Stryges, Saison 3 Tome 13

Après la chute de l'empire Weltman... Les alliances se font et se défont, de nouveaux alliés s'imposent, de nouveaux dangers surgissent... Mais l'avenir reste dans les mains d'une seule ...

Metronom', Tome 1

Dans un futur proche, au sein d'une population broy�e par un r�gime liberticide o� m�me le suicide est interdit, une femme se bat pour la v�rit� et pour sa survie.Lynn n'a pas de nouvelles de son mari parti en mission de routine dans l'espace depuis 8 semaines. Outre son d�sir de [....

Le Maître de Jeu, Tome 6

Andréas Von Harbow ne renonce pas aux promesses de puissance du Grimoire de Vénoncius. Grâce à l'embryon, hybride d'humain et de Stryge, Kurt et lui sont sur le point de mettre en pratique la cérémonie d'invocation aux puissances de l'au-delà. Mais la fragilité du monstre les oblige à [....

Voir tous les livres de Eric Corbeyran

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Voilà un album extraordinaire qui évoque tour à tour les albums de François Schuiten et ses pages éblouissantes d'où surgissent de somptueux immeubles Art Nouveau et les ambiances glauques de Caro et Jeunet dans La Cité des enfants perdus. Pourtant les comparaisons s'arrêtent là. Au-delà de laideur des personnages principaux – un monte-en l'air dégingandé, artiste de la cambriole, et un nabot aux yeux exorbités à tête de Peter Lorre évoluant dans un Marseille imaginaire dont les plans d'urbanisation auraient été conçus par un Horta ou par un Van de Velde shootés à l'adrénaline, on ne peut qu'être séduit par l'originalité du dessin de Cecil dont les cadrages et la minutie monomaniaque construisent un climat particulier et fascinant. Le scénario de Corbeyran, lui, est plus conventionnel : il met en scène un baron corrompu réalisateur de snuff movies – ces films pornographiques dont la victime est assassinée devant les caméras – aux prises avec nos deux héros quelque peu à côté de leurs pompes. En vieux routier de l'écriture, Corbeyran installe son monde dans le début d'une saga qui paraît très prometteuse. --Didier Pasamonik