share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'éclipse du politique : Du gouvernement au management

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'éclipse du politique : Du gouvernement au management

L'éclipse du politique : Du gouvernement au management

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'éclipse du politique : Du gouvernement au management"

Dans le contexte des grands débats politiques de l'année 2012 en France, cet ouvrage s'adresse au public universitaire et chercheurs intéressés par la sociologie politique, mais bien au-delà aux citoyens, journalistes et politiques. Il prolonge sur le fond la réflexion engagée par l'auteur à partir des exemples français et italien, dans le sarkoberlusconisme en 2008, et Télépolitique (2009) (ouvrages publiés aux éd. de l'Aube). Mais il s'agit moins ici de traiter telle ou telle situation ou conjoncture nationale que d'engager une réflexion de fond sur les métamorphoses profondes du politique. Celles-ci sont trop vite identifiées à la victoire du néo-libéralisme, à l'effacement de la gauche depuis la chute du mur de Berlin (cf. Le Monstre doux de Rafaele Simone), aux « populismes », à la télécratie, etc. La crise de la représentation politique est profonde et résulte selon l'auteur, d'un processus de désymbolisation du politique : le symbolique étant entendu au sens d'Ernst Kantorowicz, de Louis Marin ou Lucien Sfez. Le symbolique soutient une structure sociale ternaire où le politique est une médiation (une « colle ») entre un Référent (la Patrie, la République, etc) et les citoyens (Pierre Legendre). Or, la désymbolisation contemporaine du politique valorise une relation binaire, de face-à-face entre le leader politique et le peuple. Exit la dimension symbolique, même sous la forme d'images symboliques. Seule demeure une prolifération de « petites fictions » (Georges Balandier). Cette « désintermédiation » bouleverse la nature du politique qui subit une triple métamorphose : la psychologisation des leaders, notamment celle du « chef » (le Président ou le chef du gouvernement), la technologisation des processus de décision et de leur légitimation, « l'économicisation » du politique soumis au management et aux critères d'efficacité et de compétitivité importés du monde de l'entreprise. La métamorphose du politique n'est-elle pas in fine, une crise des institutions publiques, à commencer par l'État, cédant à une nouvelle institution technico-économique, la firme mondiale productrice d'une hégémonie culturelle, voire d'une religion industrielle ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 160  pages
  • Editeur :   Manucius Paru le
  • ISBN :  2845781385
  • EAN13 :  9782845781382
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre Musso

Les télécommunications

L'explosion du téléphone mobile et d'Internet, l'accès au très haut débit, la convergence multimédia et la multiplication des services résultent de la rencontre entre les télé-communications et l'informatique. Cette révolution numérique provoque un big bang amplifié par les politiques de...

Prix : 125 DH
Fabriquer le futur 2

Comment inventer de nouveaux produits et services que les consommateurs adopteront durablement ? La conception traditionnelle de l'innovation, principalement fondée sur les développements technologiques, a montré ses limites. Face à ce constat, les auteurs proposent d'intégrer à la stratégie ...

Prix : 325 DH

Sarkoberlusconisme, la crise finale ?

" Le terme de sarkoberlusconisme est le coeur de l'analyse de Pierre Musso. Ce néologisme permettrait de définir une nouvelle droite bonapartiste, à la fois conservatrice par sa proximité avec le catholicisme et néolibérale sur la centralité sociale de l'entreprise. Ce sarkoberlusconisme [...

Critique des réseaux

Partout la figure du réseau s'impose pour "réenchanter" la vie quotidienne et réinterpréter le monde contemporain. Le réseau a remplacé l'arbre. Celui-ci symbolisait l'enracinement, la hiérarchie et la verticalité religieuse reliant terre et ciel, le réseau est l'objet fétiche pour le cult...

Voir tous les livres de Pierre Musso

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans le contexte des grands débats politiques de l'année 2012 en France, cet ouvrage s'adresse au public universitaire et chercheurs intéressés par la sociologie politique, mais bien au-delà aux citoyens, journalistes et politiques. Il prolonge sur le fond la réflexion engagée par l'auteur à partir des exemples français et italien, dans le sarkoberlusconisme en 2008, et Télépolitique (2009) (ouvrages publiés aux éd. de l'Aube). Mais il s'agit moins ici de traiter telle ou telle situation ou conjoncture nationale que d'engager une réflexion de fond sur les métamorphoses profondes du politique. Celles-ci sont trop vite identifiées à la victoire du néo-libéralisme, à l'effacement de la gauche depuis la chute du mur de Berlin (cf. Le Monstre doux de Rafaele Simone), aux « populismes », à la télécratie, etc. La crise de la représentation politique est profonde et résulte selon l'auteur, d'un processus de désymbolisation du politique : le symbolique étant entendu au sens d'Ernst Kantorowicz, de Louis Marin ou Lucien Sfez. Le symbolique soutient une structure sociale ternaire où le politique est une médiation (une « colle ») entre un Référent (la Patrie, la République, etc) et les citoyens (Pierre Legendre). Or, la désymbolisation contemporaine du politique valorise une relation binaire, de face-à-face entre le leader politique et le peuple. Exit la dimension symbolique, même sous la forme d'images symboliques. Seule demeure une prolifération de « petites fictions » (Georges Balandier). Cette « désintermédiation » bouleverse la nature du politique qui subit une triple métamorphose : la psychologisation des leaders, notamment celle du « chef » (le Président ou le chef du gouvernement), la technologisation des processus de décision et de leur légitimation, « l'économicisation » du politique soumis au management et aux critères d'efficacité et de compétitivité importés du monde de l'entreprise. La métamorphose du politique n'est-elle pas in fine, une crise des institutions publiques, à commencer par l'État, cédant à une nouvelle institution technico-économique, la firme mondiale productrice d'une hégémonie culturelle, voire d'une religion industrielle ?