share_book
Envoyer cet article par e-mail

Yves Klein - fin de représentation

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Yves Klein - fin de représentation

Yves Klein - fin de représentation

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Yves Klein - fin de représentation"

    Si l' importance de la rupture artistique apportée par Yves Klein (1928-1962) avec sa « révolution bleue », est largement reconnue, les interprétations de sa démarche se multiplient et se perdent bien souvent dans les méandres de la psychologie, de la religion voire de l' obscurantisme. Alors que le projet de l' artiste s éclaire si on veut bien analyser son oeuvre fulgurante et ses écrits multiples, et les inscrire dans leurs rapports à l' histoire de l'art. Cet ouvrage défend une thèse forte, à savoir que l' oeuvre de Yves Klein achève la déconstruction du dispositif de la représentation et de la perspective héritée du Quattrocento et dont la déconstruction avait commencé avec l' impressionnisme. Yves Klein clôture cette critique en abandonnant le tableau, cette « geôle » des couleurs et cette prison de la sensibilité. Du même coup, il abandonne la structure ternaire (modèle/toile/regard) qui soutient tout le dispositif de la représentation, au profit d une structure binaire, celle du Vide et de la Vie ou de la Nature et du Sujet ; ou encore celle du Vide de Klein et du Plein d Arman mis en scène en 1958 à Paris. En mettant fin de façon radicale à la représentation, Klein inaugure l' ère de l' a-représentation, de la post-représentation. Il invite à la construction d une nouvelle forme symbolique en art, voire au-delà, et en explore les multiples potentialités avec le théâtre du Vide, l'immatérialisation ou l' architecture de l' air et du feu. En clôturant l' ère de la représentation picturale inaugurée et théorisée par Brunelleschi, Yves Klein « remonte » en amont de la perspective, et se libère de cette boite à illusions et de ce grillage de lignes et de dessins qui avaient servi eux-mêmes à se défaire de l' art religieux du Moyen âge. Klein libère le spectateur de la relation spéculaire et spectaculaire établie entre le point de fuite et le point de vue. Klein y substitue d une part, l' infini, le Vide et l Immatériel et d une autre, la sensibilité, le Sujet et la Vie. Ces couples réordonnent l espace de l'art contemporain et sans doute de la civilisation d' Occident. Cet ouvrage sous titré « Fin de représentation », présente une analyse du dispositif de la représentation, le processus de sa liquidation chez Yves Klein et les possibles ouverts par cette « libération ». Représentation/ Dissolution/Libération, ce mouvement ternaire a été nécessaire au triomphe de la relation duelle Vie/Vide. Abandonner le « tableau-prison » (Klein) ou le « tableau-tombeau » (Louis Marin), c' est ouvrir la boîte de Pandore des espaces illimités de création dont se sont déjà emparés de nombreux artistes ou courants, tels le Body art, le Land art et bien d' autres, depuis la disparition prématurée de Yves Klein.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 90  pages
    • Dimensions :  1.2cmx12.0cmx15.2cm
    • Poids : 59.0g
    • Editeur :   Manucius Paru le
    • Collection : Le marteau sans maître
    • ISBN :  2845781091
    • EAN13 :  9782845781092
    • Classe Dewey :  750
    • Langue : Français

    D'autres livres de Pierre Musso

    Les télécommunications

    L'explosion du téléphone mobile et d'Internet, l'accès au très haut débit, la convergence multimédia et la multiplication des services résultent de la rencontre entre les télé-communications et l'informatique. Cette révolution numérique provoque un big bang amplifié par les politiques de...

    Prix : 125 DH
    Fabriquer le futur 2

    Comment inventer de nouveaux produits et services que les consommateurs adopteront durablement ? La conception traditionnelle de l'innovation, principalement fondée sur les développements technologiques, a montré ses limites. Face à ce constat, les auteurs proposent d'intégrer à la stratégie ...

    Prix : 325 DH

    Sarkoberlusconisme, la crise finale ?

    " Le terme de sarkoberlusconisme est le coeur de l'analyse de Pierre Musso. Ce néologisme permettrait de définir une nouvelle droite bonapartiste, à la fois conservatrice par sa proximité avec le catholicisme et néolibérale sur la centralité sociale de l'entreprise. Ce sarkoberlusconisme [...

    Critique des réseaux

    Partout la figure du réseau s'impose pour "réenchanter" la vie quotidienne et réinterpréter le monde contemporain. Le réseau a remplacé l'arbre. Celui-ci symbolisait l'enracinement, la hiérarchie et la verticalité religieuse reliant terre et ciel, le réseau est l'objet fétiche pour le cult...

    Voir tous les livres de Pierre Musso

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Si l' importance de la rupture artistique apportée par Yves Klein (1928-1962) avec sa « révolution bleue », est largement reconnue, les interprétations de sa démarche se multiplient et se perdent bien souvent dans les méandres de la psychologie, de la religion voire de l' obscurantisme. Alors que le projet de l' artiste s éclaire si on veut bien analyser son oeuvre fulgurante et ses écrits multiples, et les inscrire dans leurs rapports à l' histoire de l'art. Cet ouvrage défend une thèse forte, à savoir que l' oeuvre de Yves Klein achève la déconstruction du dispositif de la représentation et de la perspective héritée du Quattrocento et dont la déconstruction avait commencé avec l' impressionnisme. Yves Klein clôture cette critique en abandonnant le tableau, cette « geôle » des couleurs et cette prison de la sensibilité. Du même coup, il abandonne la structure ternaire (modèle/toile/regard) qui soutient tout le dispositif de la représentation, au profit d une structure binaire, celle du Vide et de la Vie ou de la Nature et du Sujet ; ou encore celle du Vide de Klein et du Plein d Arman mis en scène en 1958 à Paris. En mettant fin de façon radicale à la représentation, Klein inaugure l' ère de l' a-représentation, de la post-représentation. Il invite à la construction d une nouvelle forme symbolique en art, voire au-delà, et en explore les multiples potentialités avec le théâtre du Vide, l'immatérialisation ou l' architecture de l' air et du feu. En clôturant l' ère de la représentation picturale inaugurée et théorisée par Brunelleschi, Yves Klein « remonte » en amont de la perspective, et se libère de cette boite à illusions et de ce grillage de lignes et de dessins qui avaient servi eux-mêmes à se défaire de l' art religieux du Moyen âge. Klein libère le spectateur de la relation spéculaire et spectaculaire établie entre le point de fuite et le point de vue. Klein y substitue d une part, l' infini, le Vide et l Immatériel et d une autre, la sensibilité, le Sujet et la Vie. Ces couples réordonnent l espace de l'art contemporain et sans doute de la civilisation d' Occident. Cet ouvrage sous titré « Fin de représentation », présente une analyse du dispositif de la représentation, le processus de sa liquidation chez Yves Klein et les possibles ouverts par cette « libération ». Représentation/ Dissolution/Libération, ce mouvement ternaire a été nécessaire au triomphe de la relation duelle Vie/Vide. Abandonner le « tableau-prison » (Klein) ou le « tableau-tombeau » (Louis Marin), c' est ouvrir la boîte de Pandore des espaces illimités de création dont se sont déjà emparés de nombreux artistes ou courants, tels le Body art, le Land art et bien d' autres, depuis la disparition prématurée de Yves Klein.