share_book
Envoyer cet article par e-mail

Paris Review - Les entretiens : Anthologie Volume 1

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Paris Review - Les entretiens : Anthologie Volume 1

Paris Review - Les entretiens : Anthologie Volume 1

Collectif,   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Paris Review - Les entretiens : Anthologie Volume 1"

    Fondée à Paris par Harold L Humes, Peter Matthiessen et George Plimpton en 1953, The Paris Review s'est assignée une mission éditoriale simple : « Cher lecteur, écrit William Styron dans une lettre inaugurale, The Paris Review aspire à mettre en valeur le travail créatif, fiction et poésie, sans exclure la critique, mais dans le but de la mettre en retrait par rapport à la place dominante qu'elle occupe dans la plupart des revues littéraires en lui réattribuant l'espace qui lui convient, à savoir quelque part en fin d'ouvrage. Je pense que The Paris Review devrait accueillir différents types de personnes entre ses pages : les bons écrivains et les bons poètes, d'autres moins prononcés. Tant qu'ils sont bons ». Décennie après décennie, la revue a contribué à faire connaître les écrivains importants du moment : Adrienne Rich, de même que Philip Roth, VS Naipaul, T. Coraghessan Boyle, Mona Simpson, Edward P. Jones, et Rick Moody y ont publié leurs premiers textes. Des extraits de Molloy, l'un des premiers romans de Beckett écrit en anglais, ont paru dans la cinquième livraison de la revue. Ce magazine a également été l'un des premiers à remarquer et promouvoir le travail de Jack Kerouac en publiant en 1955 sa nouvelle intitulée La fille mexicaine. Parmi les piliers de la littérature contemporaine qui ont fait leur première apparition dan The Paris Review, on peut encore citer Le corbeau vient le dernier d'Italo Calvino, Goodbye Columbus de Philip Roth, Alice de Donald Barthelme, Basketball diaries de Jim Carroll, Far Tortuga de Peter Matthiessen, Virgin Suicides de Jeffrey Eugenides et Les corrections de Jonathan Franzen. En plus de mettre l'accent sur le processus créatif, les fondateurs de la revue ont trouvé une autre alternative à la critique, à savoir laisser les auteurs parler eux-mêmes de leur travail. La série d'interviews intitulées « écrivains au travail » leur offre un espace assez rare pour parler de leur vie et de leur art. Leurs réponses constituent certains des autoportraits les plus révélateurs de l'histoire littéraire.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 552  pages
    • Dimensions :  3.8cmx11.6cmx20.2cm
    • Poids : 480.8g
    • Editeur :   Christian Bourgois Editeur Paru le
    • Collection : LITT. ETR.
    • ISBN :  2267020963
    • EAN13 :  9782267020960
    • Langue : Français

    D'autres livres de James Baldwin

    La Chambre de Giovanni

    Les histoires d'amour tourmentées et douloureuses d'un jeune Américain à Paris dans les années 50. La sincérité et l'audace avec lesquelles James Baldwin décrit le trouble émotionnel de David, déchiré entre Giovanni et Hella, font de ce livre un classique. Nouvelle traduction d'un des prem...

    Harlem Quartet

    Dans le Harlem des années cinquante se nouent les destins de quatre adolescents : Julia, la jeune évangéliste qui enflamme les foules, Jimmy, son petit frère souffre-douleur, Arthur, qui manifeste déjà son talent de chanteur de gospel, et Hall, le frère aîné d'Arthur, qui s'apprête à part...

    La conversion

    Au soir de ses quatorze ans, dans une boutique désaffectée de Harlem, au milieu des prières et des trépignements cadencés de ses frères, au rythme hallucinant des tambourins, John Grimes traverse sa " nuit noire ". Tourmenté par l'idée de péché, après être allé jusqu'aux racines de sa c...

    Going to Meet the Man: Stories

    "There's no way not to suffer. But you try all kinds of ways to keep from drowning in it." The men and women in these eight short fictions grasp this truth on an elemental level, and their stories, as told by James Baldwin, detail the ingenious and often desperate ways in which they try to keep thei...

    Voir tous les livres de James Baldwin

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Fondée à Paris par Harold L Humes, Peter Matthiessen et George Plimpton en 1953, The Paris Review s'est assignée une mission éditoriale simple : « Cher lecteur, écrit William Styron dans une lettre inaugurale, The Paris Review aspire à mettre en valeur le travail créatif, fiction et poésie, sans exclure la critique, mais dans le but de la mettre en retrait par rapport à la place dominante qu'elle occupe dans la plupart des revues littéraires en lui réattribuant l'espace qui lui convient, à savoir quelque part en fin d'ouvrage. Je pense que The Paris Review devrait accueillir différents types de personnes entre ses pages : les bons écrivains et les bons poètes, d'autres moins prononcés. Tant qu'ils sont bons ». Décennie après décennie, la revue a contribué à faire connaître les écrivains importants du moment : Adrienne Rich, de même que Philip Roth, VS Naipaul, T. Coraghessan Boyle, Mona Simpson, Edward P. Jones, et Rick Moody y ont publié leurs premiers textes. Des extraits de Molloy, l'un des premiers romans de Beckett écrit en anglais, ont paru dans la cinquième livraison de la revue. Ce magazine a également été l'un des premiers à remarquer et promouvoir le travail de Jack Kerouac en publiant en 1955 sa nouvelle intitulée La fille mexicaine. Parmi les piliers de la littérature contemporaine qui ont fait leur première apparition dan The Paris Review, on peut encore citer Le corbeau vient le dernier d'Italo Calvino, Goodbye Columbus de Philip Roth, Alice de Donald Barthelme, Basketball diaries de Jim Carroll, Far Tortuga de Peter Matthiessen, Virgin Suicides de Jeffrey Eugenides et Les corrections de Jonathan Franzen. En plus de mettre l'accent sur le processus créatif, les fondateurs de la revue ont trouvé une autre alternative à la critique, à savoir laisser les auteurs parler eux-mêmes de leur travail. La série d'interviews intitulées « écrivains au travail » leur offre un espace assez rare pour parler de leur vie et de leur art. Leurs réponses constituent certains des autoportraits les plus révélateurs de l'histoire littéraire.