share_book
Envoyer cet article par e-mail

Max Ingrand : Du verre à la lumière

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Max Ingrand : Du verre à la lumière

Max Ingrand : Du verre à la lumière

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Max Ingrand : Du verre à la lumière"

Fasciné par le reflet magique de la lumière à travers les vitraux de Chartres, qu'il découvre enfant, Max Ingrand (1908-1969) ne cesse durant près de quarante ans d'explorer les champs multiples du verre. matériau millénaire. sur le plan stylistique et formel. du vitrail au design, du décor à l'architecture. Dans tous ces domaines. artisanaux ou industriels. le maître verrier développe une technique remarquable. Ses décors à l'antique gravés à l'acide ou au sable en font une figure majeure de l'Art déco. Il collabore au chantier du paquebot Normandie, travaille pour les plus grands décorateurs. Jules Leleu. Marc du Plantier. André Artus, pour des architectes comme Pierre Patout. auteur du pavillon du Collectionneur à l'Exposition internationale de 1925, ou Charles Siclis. promoteur de lieux à la mode dans le paris des Années folles. Au sortir de la guerre, l'usage du verre gravé se vulgarise. les matériaux composites apparaissent_ Max Ingrand revient mi Travail du vitrail. Sou u'uvre dans ce domaine. d'un expressionnisme inspiré de l'imagerie moyenâgeuse. est l'une des plus prolifiques élu siècle. en France. où il intervient sur des édifices majeurs de l'art gothique. mais aussi en Allemagne. aux Etats-Unis, au Canada, au Brésil. Après avoir exploité les jeux de la lumière naturelle. son interrogation se porte sur le luminaire. Faisant du verre la matière même de la lumière, il dessine des lampes et des appliques incandescentes. dalles polies et abrasée. blocs de pâte de verre taillée au burin. Lue démarche qui conduit ce tenant du classicisme français au design où son nom s'inscrit aux côtés (le ceux de Serge Mouille et de Gin() Sarfatti. Certains de ses luminaires sont. cinquante ans après leur création. devenus des classiques. comme la lampe de table en opaline blanche de 1951. Durant treize ans. il assure la direction artistique de Fontana Arte créée par l'architecte Gio Ponti. Fondateur de la société Verre Lumière à la fin de sa vie, il favorise l'émergence (l'une nouvelle génération de designers et expérimente les technologies les plus avancées en matière d'éclairage qu'il mettra au service du verre industriel chez Saint-Cubain et surtout d'une architecture qu'il veut transparente. Cet ouvrage de l'historien d'art Pierre-Emmanuel Martin-Vivier révèle, à travers documents d'archives et photographies contemporaines réunis par la galerie Jacques Lacoste, la richesse et la diversité d'une ouvre que le cloisonnement des disciplines artistiques. les querelles entre tenants de la tradition et de la modernité ont jusque-là empêché de considérer dans son intégralité.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 255  pages
  • Dimensions :  2.6cmx23.4cmx31.0cm
  • Poids : 1759.9g
  • Editeur :   Norma Paru le
  • ISBN :  2915542244
  • EAN13 :  9782915542240
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre-Emmanuel Martin-Vivier

Jean-Michel Frank : L'étrange luxe du rien

Jean-Michel Frank (1895-1941) est une figure mythique des arts décoratifs. Cousin d'Anne Frank, sa biographie fait de lui un personnage de roman noir, d'une guerre mondiale à l'autre, du suicide de son père à Paris au sien à New York en mars 1941. Son style qualifié de " luxe pauvre " est tout...

Jean Royère

L'oeuvre du décorateur français Jean Royère est si dense que les éditions Norma publient un deuxième livre sur son oeuvre signé Pierre-Emmanuel Martin-Vivier. De 1931 à 1972, le décorateur a lancé plus de 1000 projets : cité d'ouvrière d'Aplemont dans le Nord, palais du Shah d'Iran ou sal...

Jean-Michel Frank : Un décorateur dans le Paris des années 30

Jean-Michel Frank (1895-1941) et une figure mythique des arts décoratifs. Cousin d'Anne Frank, auteur du célèbre journal, ce décorateur est un personnage de roman noir, d'une guerre mondiale à l'autre, du suicide de son père à Paris au sien à New York en 1941. Son style qualifié de " Mixe p...

Voir tous les livres de Pierre-Emmanuel Martin-Vivier

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Fasciné par le reflet magique de la lumière à travers les vitraux de Chartres, qu'il découvre enfant, Max Ingrand (1908-1969) ne cesse durant près de quarante ans d'explorer les champs multiples du verre. matériau millénaire. sur le plan stylistique et formel. du vitrail au design, du décor à l'architecture. Dans tous ces domaines. artisanaux ou industriels. le maître verrier développe une technique remarquable. Ses décors à l'antique gravés à l'acide ou au sable en font une figure majeure de l'Art déco. Il collabore au chantier du paquebot Normandie, travaille pour les plus grands décorateurs. Jules Leleu. Marc du Plantier. André Artus, pour des architectes comme Pierre Patout. auteur du pavillon du Collectionneur à l'Exposition internationale de 1925, ou Charles Siclis. promoteur de lieux à la mode dans le paris des Années folles. Au sortir de la guerre, l'usage du verre gravé se vulgarise. les matériaux composites apparaissent_ Max Ingrand revient mi Travail du vitrail. Sou u'uvre dans ce domaine. d'un expressionnisme inspiré de l'imagerie moyenâgeuse. est l'une des plus prolifiques élu siècle. en France. où il intervient sur des édifices majeurs de l'art gothique. mais aussi en Allemagne. aux Etats-Unis, au Canada, au Brésil. Après avoir exploité les jeux de la lumière naturelle. son interrogation se porte sur le luminaire. Faisant du verre la matière même de la lumière, il dessine des lampes et des appliques incandescentes. dalles polies et abrasée. blocs de pâte de verre taillée au burin. Lue démarche qui conduit ce tenant du classicisme français au design où son nom s'inscrit aux côtés (le ceux de Serge Mouille et de Gin() Sarfatti. Certains de ses luminaires sont. cinquante ans après leur création. devenus des classiques. comme la lampe de table en opaline blanche de 1951. Durant treize ans. il assure la direction artistique de Fontana Arte créée par l'architecte Gio Ponti. Fondateur de la société Verre Lumière à la fin de sa vie, il favorise l'émergence (l'une nouvelle génération de designers et expérimente les technologies les plus avancées en matière d'éclairage qu'il mettra au service du verre industriel chez Saint-Cubain et surtout d'une architecture qu'il veut transparente. Cet ouvrage de l'historien d'art Pierre-Emmanuel Martin-Vivier révèle, à travers documents d'archives et photographies contemporaines réunis par la galerie Jacques Lacoste, la richesse et la diversité d'une ouvre que le cloisonnement des disciplines artistiques. les querelles entre tenants de la tradition et de la modernité ont jusque-là empêché de considérer dans son intégralité.