share_book
Envoyer cet article par e-mail

Du bon usage des commemorations: Histoire, mémoire, identité, XVIe-XXIe siècles

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Du bon usage des commemorations: Histoire, mémoire, identité, XVIe-XXIe siècles

Du bon usage des commemorations: Histoire, mémoire, identité, XVIe-XXIe siècles

Collectif,   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Du bon usage des commemorations: Histoire, mémoire, identité, XVIe-XXIe siècles"

Le phénomène commémoratif occupe une place de plus en plus importante dans l'espace politique, médiatique et intellectuel. Cette inflation, sinon cette omniprésence, entraînent-elle une perte de sens ? En d'autres termes, trop de commémoration tue-t-il la commémoration ? La commémoration n'est pas l'histoire. La mise en scène de la mémoire entraîne une part d'inclusion et d'exclusion, donc d'oubli. La commémoration sert la " vérité officielle ou à l'inverse des causes dissidentes, minoritaires, et contestataires. La commémoration a occupé une place stratégique dans la construction des Etats-nations, à la suite de l'implosion de la chrétienté médiévale. On constate depuis quelque temps une fragmentation : les dimensions communautaire, voire communautariste, d'une part, et supranationale, d'autre part, vont-elles l'emporter au détriment de la dimension nationale traditionnelle ? Cet ouvrage, associant spécialistes des langues et cultures étrangères, historiens, politologues et littéraires, a pour ambition de croiser les regards et de créer des échos du bicentenaire de 1789 à Hiroshima, de Québec à Austerlitz, et de Luther à l'indépendance américaine, les auteurs s'interrogent sur l'évolution du phénomène, depuis l'Âge des Réformes jusqu'à nos jours.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 250  pages
  • Dimensions :  1.8cmx15.0cmx23.2cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Presses Universitaires Rennes Paru le
  • Collection : Histoire
  • ISBN :  275351013X
  • EAN13 :  9782753510135
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le phénomène commémoratif occupe une place de plus en plus importante dans l'espace politique, médiatique et intellectuel. Cette inflation, sinon cette omniprésence, entraînent-elle une perte de sens ? En d'autres termes, trop de commémoration tue-t-il la commémoration ? La commémoration n'est pas l'histoire. La mise en scène de la mémoire entraîne une part d'inclusion et d'exclusion, donc d'oubli. La commémoration sert la " vérité officielle ou à l'inverse des causes dissidentes, minoritaires, et contestataires. La commémoration a occupé une place stratégique dans la construction des Etats-nations, à la suite de l'implosion de la chrétienté médiévale. On constate depuis quelque temps une fragmentation : les dimensions communautaire, voire communautariste, d'une part, et supranationale, d'autre part, vont-elles l'emporter au détriment de la dimension nationale traditionnelle ? Cet ouvrage, associant spécialistes des langues et cultures étrangères, historiens, politologues et littéraires, a pour ambition de croiser les regards et de créer des échos du bicentenaire de 1789 à Hiroshima, de Québec à Austerlitz, et de Luther à l'indépendance américaine, les auteurs s'interrogent sur l'évolution du phénomène, depuis l'Âge des Réformes jusqu'à nos jours.