share_book
Envoyer cet article par e-mail

Jean-Michel Frank : Un décorateur dans le Paris des années 30

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Jean-Michel Frank : Un décorateur dans le Paris des années 30

Jean-Michel Frank : Un décorateur dans le Paris des années 30

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Jean-Michel Frank : Un décorateur dans le Paris des années 30"

Jean-Michel Frank (1895-1941) et une figure mythique des arts décoratifs. Cousin d'Anne Frank, auteur du célèbre journal, ce décorateur est un personnage de roman noir, d'une guerre mondiale à l'autre, du suicide de son père à Paris au sien à New York en 1941. Son style qualifié de " Mixe pauvre " est tout aussi paradoxal que sa vie qui s'est déroulée dans une apparente futilité et un certain mystère, entre fêtes et solitude, avec des amitiés fidèles pour des poètes comme René Crevel, des artistes comme Giacometti, Dali ou Bérard, mais aussi des clients, gens du monde, de la mode ou intellectuels. Contraignant ses commanditaires à se défaire de leurs meubles et tableaux, Frank a inventé pour eux des lieux propices à la méditation et au rêve. Dans ces décors irréels, le mobilier n'a plus de place assignée. D'une simplicité parfaite, il présente des affinités avec le néoclassicisme du XVIIIe siècle, le mobilier Ming ou encore les arts premiers. Des analogies qu'il réinterprète avec subtilité et mélange avec des matières sophistiquées, du cuir de chez Hermès, du parchemin ou du galuchat, du chêne qu'il sable ou arrache à la gouge et qu'il n'hésite pas à mêler à du plâtre, de la paille ou de la toile à sac. Indifférent aux grands débats de la première moitié d'un XXe siècle, déchiré entre les aspirations sociales du mouvement moderne et les tenants de la tradition, Jean-Michel Frank n'a cherché ni à construire un nouveau monde ni à s'accrocher à un passé nostalgique. Avec élégance, il a cassé les conventions, nettoyé les lieux de leur histoire. Peut-être est-ce ce mélange de légèreté et de rigueur, de rêve et de poésie, ce détournement très actuel des objets et des matériaux qui ont amené tant de décorateurs et de designers à se réclamer de lui, sans comprendre souvent qu'une telle oeuvre est indissociable de l'être. Publié à l'occasion d'une exposition organisée par la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent où seront rassemblées les oeuvres les plus significatives du décorateur et des artistes ayant travaillé avec lui, ce catalogue retrace le parcours de l'artiste, évoque ses liens avec les surréalistes, ses amitiés avec Louis Aragon, René Crevel, Drieu La Rochelle ou François Mauriac, le rôle que jouèrent pour lui les Noailles dont le fumoir, décoré en 1925, s'impose comme l'un des symboles esthétiques du Paris de l'entre-deux-guerres. Ce catalogue et aussi l'occasion de confronter le style minimalisfe du décorateur aux grands débats artistiques suscités par le mouvement moderne, d'appréhender la dimension surréaliste de ses décors au regard de ses collaborations avec Salvador Dali, Emilio Terry, Christian Bérard et surtout Alberto Giacometti avec qui il travailla pendant près de dix ans.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 138  pages
  • Dimensions :  1.2cmx20.8cmx25.4cm
  • Poids : 598.7g
  • Editeur :   Norma Paru le
  • ISBN :  2915542236
  • EAN13 :  9782915542233
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre-Emmanuel Martin-Vivier

Jean-Michel Frank : L'étrange luxe du rien

Jean-Michel Frank (1895-1941) est une figure mythique des arts décoratifs. Cousin d'Anne Frank, sa biographie fait de lui un personnage de roman noir, d'une guerre mondiale à l'autre, du suicide de son père à Paris au sien à New York en mars 1941. Son style qualifié de " luxe pauvre " est tout...

Max Ingrand : Du verre à la lumière

Fasciné par le reflet magique de la lumière à travers les vitraux de Chartres, qu'il découvre enfant, Max Ingrand (1908-1969) ne cesse durant près de quarante ans d'explorer les champs multiples du verre. matériau millénaire. sur le plan stylistique et formel. du vitrail au design, du décor ...

Jean Royère

L'oeuvre du décorateur français Jean Royère est si dense que les éditions Norma publient un deuxième livre sur son oeuvre signé Pierre-Emmanuel Martin-Vivier. De 1931 à 1972, le décorateur a lancé plus de 1000 projets : cité d'ouvrière d'Aplemont dans le Nord, palais du Shah d'Iran ou sal...

Voir tous les livres de Pierre-Emmanuel Martin-Vivier

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Jean-Michel Frank (1895-1941) et une figure mythique des arts décoratifs. Cousin d'Anne Frank, auteur du célèbre journal, ce décorateur est un personnage de roman noir, d'une guerre mondiale à l'autre, du suicide de son père à Paris au sien à New York en 1941. Son style qualifié de " Mixe pauvre " est tout aussi paradoxal que sa vie qui s'est déroulée dans une apparente futilité et un certain mystère, entre fêtes et solitude, avec des amitiés fidèles pour des poètes comme René Crevel, des artistes comme Giacometti, Dali ou Bérard, mais aussi des clients, gens du monde, de la mode ou intellectuels. Contraignant ses commanditaires à se défaire de leurs meubles et tableaux, Frank a inventé pour eux des lieux propices à la méditation et au rêve. Dans ces décors irréels, le mobilier n'a plus de place assignée. D'une simplicité parfaite, il présente des affinités avec le néoclassicisme du XVIIIe siècle, le mobilier Ming ou encore les arts premiers. Des analogies qu'il réinterprète avec subtilité et mélange avec des matières sophistiquées, du cuir de chez Hermès, du parchemin ou du galuchat, du chêne qu'il sable ou arrache à la gouge et qu'il n'hésite pas à mêler à du plâtre, de la paille ou de la toile à sac. Indifférent aux grands débats de la première moitié d'un XXe siècle, déchiré entre les aspirations sociales du mouvement moderne et les tenants de la tradition, Jean-Michel Frank n'a cherché ni à construire un nouveau monde ni à s'accrocher à un passé nostalgique. Avec élégance, il a cassé les conventions, nettoyé les lieux de leur histoire. Peut-être est-ce ce mélange de légèreté et de rigueur, de rêve et de poésie, ce détournement très actuel des objets et des matériaux qui ont amené tant de décorateurs et de designers à se réclamer de lui, sans comprendre souvent qu'une telle oeuvre est indissociable de l'être. Publié à l'occasion d'une exposition organisée par la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent où seront rassemblées les oeuvres les plus significatives du décorateur et des artistes ayant travaillé avec lui, ce catalogue retrace le parcours de l'artiste, évoque ses liens avec les surréalistes, ses amitiés avec Louis Aragon, René Crevel, Drieu La Rochelle ou François Mauriac, le rôle que jouèrent pour lui les Noailles dont le fumoir, décoré en 1925, s'impose comme l'un des symboles esthétiques du Paris de l'entre-deux-guerres. Ce catalogue et aussi l'occasion de confronter le style minimalisfe du décorateur aux grands débats artistiques suscités par le mouvement moderne, d'appréhender la dimension surréaliste de ses décors au regard de ses collaborations avec Salvador Dali, Emilio Terry, Christian Bérard et surtout Alberto Giacometti avec qui il travailla pendant près de dix ans.