share_book
Envoyer cet article par e-mail

Zao Wou-Ki

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Zao Wou-Ki

Zao Wou-Ki

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Zao Wou-Ki"

"Picasso, dit Zao Wou-Ki, m'avait appris à dessiner comme Picasso, mais Cézanne m'apprit à regarder la nature chinoise. J'avais admiré Modigliani, Renoir, Matisse. Mais c'est Cézanne qui m'aida à me trouver moi-même, à me retrouver peintre chinois." Parti de Shanghai le 26 février 1948, Zao Wou-Ki débarque à Marseille après trente-six jours de bateau. Le 1er Avril au matin il est à Paris, et l'après-midi même se rend au Musée du Louvre. Il s'installe dans le quartier de Montparnasse, non loin de l'atelier d'Alberto Giacometti. Dès son arrivée, il est saisi par la beauté de Paris et sa qualité d'accueil : "Jamais, reconnait-il, je n'ai ressenti pour une grande ville une telle soudaine affection. Vos camarades de travail deviennent instantanément des amis de toujours." Dominant de mieux en mieux le médium occidental tout en gardant dans l'emploi du pinceau la maîtrise chinoise, Zao Wou-Ki remplacera très vite les pinceaux ronds dont il usait jusqu'alors pour ses tracés délicats et sa fine pellicule chromatique par des pinceaux rectangulaires et plats aux flexions élargies sur une couche picturale plus épaisse et plus fluide. Aujourd'hui, tous les grands musées du monde exposent des tableaux de Zao Wou-Ki, peintre dont l'oeuvre forme une "passerelle" entre la culture de l'Orient et la nôtre. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 63  pages
  • Dimensions :  1.4cmx24.6cmx30.8cm
  • Poids : 1478.7g
  • Editeur :   Editions Cercle D'art Paru le
  • Collection : Découvrons l'art
  • ISBN :  2702206220
  • EAN13 :  9782702206225
  • Langue : Français

D'autres livres de Wou-Ki Zao

Zao Wou-Ki : Carnets de voyage 1948-1952

"Dans ces pages se prépare l'oeuvre de Zao Wou-Ki avec ces espaces vierges qui laissent, respirer l'attente, ces aplats de couleurs qui glissent d'une impression à l'autre, ces tremblements, ces fulgurances, ce tangage des formes et des matières qui nous plongent chaque fois dans la joie et le do...

Autoportrait

Né à Pékin en 1921, dans une famille de grands lettrés chinois, Zao Wou-Ki passe son enfance à étudier la calligraphie, puis la peinture chinoise et occidentale à l'école des Beaux-Arts de Hang-Tcheou. Il vient à Paris en 1948 et s'installe à Montparnasse où il habite aujourd'hui, la Fran...

Voir tous les livres de Wou-Ki Zao

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

"Picasso, dit Zao Wou-Ki, m'avait appris à dessiner comme Picasso, mais Cézanne m'apprit à regarder la nature chinoise. J'avais admiré Modigliani, Renoir, Matisse. Mais c'est Cézanne qui m'aida à me trouver moi-même, à me retrouver peintre chinois." Parti de Shanghai le 26 février 1948, Zao Wou-Ki débarque à Marseille après trente-six jours de bateau. Le 1er Avril au matin il est à Paris, et l'après-midi même se rend au Musée du Louvre. Il s'installe dans le quartier de Montparnasse, non loin de l'atelier d'Alberto Giacometti. Dès son arrivée, il est saisi par la beauté de Paris et sa qualité d'accueil : "Jamais, reconnait-il, je n'ai ressenti pour une grande ville une telle soudaine affection. Vos camarades de travail deviennent instantanément des amis de toujours." Dominant de mieux en mieux le médium occidental tout en gardant dans l'emploi du pinceau la maîtrise chinoise, Zao Wou-Ki remplacera très vite les pinceaux ronds dont il usait jusqu'alors pour ses tracés délicats et sa fine pellicule chromatique par des pinceaux rectangulaires et plats aux flexions élargies sur une couche picturale plus épaisse et plus fluide. Aujourd'hui, tous les grands musées du monde exposent des tableaux de Zao Wou-Ki, peintre dont l'oeuvre forme une "passerelle" entre la culture de l'Orient et la nôtre. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.