share_book
Envoyer cet article par e-mail

Enfances rêvées : Alice, Peter Pan... Nos nostalgies et nos tabous

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Enfances rêvées : Alice, Peter Pan... Nos nostalgies et nos tabous

Enfances rêvées : Alice, Peter Pan... Nos nostalgies et nos tabous

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Enfances rêvées : Alice, Peter Pan... Nos nostalgies et nos tabous"

Alice, Peter Pan, Winnie l'Ourson... histoires douces d'enfants qui ne veulent pas grandir, d'ours bavards et de jardins secrets, histoires troubles d'auteurs inspirés, piètres pédagogues aux sentiments ambigus. Ce livre de Jackie Wullschläger est consacré aux grands auteurs, "mythiques", de littérature enfantine dans l'Angleterre fin XIXe - début XXe siècle : Lewis Carroll, Edward Lear, J.M. Barrie, Kenneth Grahame et A.A. Milne. Ces biographies croisées illustrent l'importance littéraire de cette tradition du "pays des merveilles", la place centrale du regard adulte sur l'enfant dans l'imaginaire européen. Il montre que ce mythe de la pureté et de l'innocence enfantines prend des formes différentes selon les périodes - "la petite fille" chez les Victoriens, "l'adolescent" chez les Édouardiens - et c'est pourquoi il résiste à l'usure du temps et continue d'habiter notre imaginaire aujourd'hui. Car, derrière sa face joyeuse et tendre, ce mythe a une face trouble dans laquelle notre modernité se reconnaît plus facilement. Cet éden contient un serpent. Toutes ces histoires, dont le ton est ambigu et la morale hypocrite, jouent avec le feu, c'est-à-dire avec les tabous, et l'affect convoqué ne peut être qu'érotique. Il s'agit donc aussi d'un mythe tragique, d'exclusion, de séparation, de violence latente. C'est d'ailleurs ce mélange de bons sentiments et de cynisme qui fait vivre et perdurer le mythe. Adultes, nous sommes toujours aussi partagés, toujours aussi nostalgiques, prêts à apprécier dans cette enfance de rêve les qualités que nous avons refoulées - la fantaisie, l'imagination, l'irresponsabilité -, mais également toujours aussi réalistes et cyniques. Le contenu de notre regard sur l'enfant a changé - Freud est passé par là... - mais non sa forme ni sa fonction. Ce livre ne parle pas seulement d'une tradition littéraire glorieuse, il parle de nous.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 219  pages
  • Dimensions :  1.8cmx16.6cmx24.0cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Autrement Paru le
  • Collection : Mutations
  • ISBN :  286260688X
  • EAN13 :  9782862606880
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Alice, Peter Pan, Winnie l'Ourson... histoires douces d'enfants qui ne veulent pas grandir, d'ours bavards et de jardins secrets, histoires troubles d'auteurs inspirés, piètres pédagogues aux sentiments ambigus. Ce livre de Jackie Wullschläger est consacré aux grands auteurs, "mythiques", de littérature enfantine dans l'Angleterre fin XIXe - début XXe siècle : Lewis Carroll, Edward Lear, J.M. Barrie, Kenneth Grahame et A.A. Milne. Ces biographies croisées illustrent l'importance littéraire de cette tradition du "pays des merveilles", la place centrale du regard adulte sur l'enfant dans l'imaginaire européen. Il montre que ce mythe de la pureté et de l'innocence enfantines prend des formes différentes selon les périodes - "la petite fille" chez les Victoriens, "l'adolescent" chez les Édouardiens - et c'est pourquoi il résiste à l'usure du temps et continue d'habiter notre imaginaire aujourd'hui. Car, derrière sa face joyeuse et tendre, ce mythe a une face trouble dans laquelle notre modernité se reconnaît plus facilement. Cet éden contient un serpent. Toutes ces histoires, dont le ton est ambigu et la morale hypocrite, jouent avec le feu, c'est-à-dire avec les tabous, et l'affect convoqué ne peut être qu'érotique. Il s'agit donc aussi d'un mythe tragique, d'exclusion, de séparation, de violence latente. C'est d'ailleurs ce mélange de bons sentiments et de cynisme qui fait vivre et perdurer le mythe. Adultes, nous sommes toujours aussi partagés, toujours aussi nostalgiques, prêts à apprécier dans cette enfance de rêve les qualités que nous avons refoulées - la fantaisie, l'imagination, l'irresponsabilité -, mais également toujours aussi réalistes et cyniques. Le contenu de notre regard sur l'enfant a changé - Freud est passé par là... - mais non sa forme ni sa fonction. Ce livre ne parle pas seulement d'une tradition littéraire glorieuse, il parle de nous.