share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'OAS - La peur et la violence

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'OAS - La peur et la violence

L'OAS - La peur et la violence

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'OAS - La peur et la violence"

Septembre 1959 : de Gaulle affirme le droit de l'Algérie à l'autodétermination. A Alger, la colère des partisans de l'Algérie française se manifeste, en janvier 1960, par la Semaine des Barricades. A partir de ce moment, des activistes Pieds noirs vont multiplier les violences jusqu'à attaquer les forces de l'ordre. Quelques mois plus tard, la peur, la haine, la rancoeur devant la progression du pays vers l'indépendance amènent les ultras à créer l'OAS dans le but de renverser la situation, par tous les moyens, y compris par l'assassinat de De Gaulle. La spécificité du temps de l'OAS tient à sa situation dans la phase terminale d'une guerre de décolonisation très dure dont il constitue l'épisode le plus violent. A partir de sources aussi variées que possible, l'auteur s'efforce de retrouver le sens et les modalités du combat dans lequel des civils et des militaires s'engagèrent, afin de défendre l'Algérie française contre un gouvernement accusé d'abandon. Elle interroge également les convictions des militants qui se mobilisèrent contre le retour du danger fasciste. Entre ces deux pôles, elle met en évidence une zone d'indécision propre à favoriser la mise en oeuvre de liens inattendus dont l'Organisation secrète se prévaut, quoique l'opinion métropolitaine ait finalement tranché contre elle et pour de Gaulle. Si respectueux qu'il soit de la progression chronologique, ce livre se veut donc moins une histoire que la restitution du climat des quelques mois pendant lesquels les deux rives de la Méditerranée s'embrasèrent, ambition favorisée par l'ouverture progressive des archives. Aucun des acteurs ne retrouvera pleinement le souvenir qu'il garde de la période ; c'est la rançon d'une démarche qui associe des imaginaires et des pratiques restées inconciliables après plus de cinquante ans, sans avoir rien perdu de leur charge émotionnelle.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 192  pages
  • Dimensions :  1.8cmx15.4cmx23.8cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   Andre Versaille Paru le
  • Collection : Histoire
  • ISBN :  2874951749
  • EAN13 :  9782874951749

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Septembre 1959 : de Gaulle affirme le droit de l'Algérie à l'autodétermination. A Alger, la colère des partisans de l'Algérie française se manifeste, en janvier 1960, par la Semaine des Barricades. A partir de ce moment, des activistes Pieds noirs vont multiplier les violences jusqu'à attaquer les forces de l'ordre. Quelques mois plus tard, la peur, la haine, la rancoeur devant la progression du pays vers l'indépendance amènent les ultras à créer l'OAS dans le but de renverser la situation, par tous les moyens, y compris par l'assassinat de De Gaulle. La spécificité du temps de l'OAS tient à sa situation dans la phase terminale d'une guerre de décolonisation très dure dont il constitue l'épisode le plus violent. A partir de sources aussi variées que possible, l'auteur s'efforce de retrouver le sens et les modalités du combat dans lequel des civils et des militaires s'engagèrent, afin de défendre l'Algérie française contre un gouvernement accusé d'abandon. Elle interroge également les convictions des militants qui se mobilisèrent contre le retour du danger fasciste. Entre ces deux pôles, elle met en évidence une zone d'indécision propre à favoriser la mise en oeuvre de liens inattendus dont l'Organisation secrète se prévaut, quoique l'opinion métropolitaine ait finalement tranché contre elle et pour de Gaulle. Si respectueux qu'il soit de la progression chronologique, ce livre se veut donc moins une histoire que la restitution du climat des quelques mois pendant lesquels les deux rives de la Méditerranée s'embrasèrent, ambition favorisée par l'ouverture progressive des archives. Aucun des acteurs ne retrouvera pleinement le souvenir qu'il garde de la période ; c'est la rançon d'une démarche qui associe des imaginaires et des pratiques restées inconciliables après plus de cinquante ans, sans avoir rien perdu de leur charge émotionnelle.