share_book
Envoyer cet article par e-mail

Je n'aime pas les riches : Enquête sur Hollande, la gauche et l'argent

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Je n'aime pas les riches : Enquête sur Hollande, la gauche et l'argent

Je n'aime pas les riches : Enquête sur Hollande, la gauche et l'argent

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Je n'aime pas les riches : Enquête sur Hollande, la gauche et l'argent"

En France, la gauche n'a jamais été a l'aise avec l'argent. Ni collectivement, ni individuellement. Au pouvoir, elle a souvent louvoyé entre un idéal de classe (taxer les riches !) et un impératif de pragmatisme dans la gestion des affaires de l'Etat. Une ambivalence que le Premier ministre Lionel Jospin a un jour traduite par cette formule restée célèbre : " Oui à l 'économie de marché , non à la société de marché. " Quant à François Hollande, qui se targue de vivre " normalement " et à qui l'on ne prête aucun goût de luxe, il s'est aventuré un jour à déclarer en direct, à la télévision : " Je n 'aime pas les riches, j'en conviens ." Que cache cet aveu qu'il traîne depuis près de six ans ? Quel rapport entretient-il vraiment avec l'argent ? Et les socialistes autour de lui ? A quoi doivent s'attendre les Français si le candidat du PS est élu en mai 2012 ? Au terme d'une enquête fouillée, nourrie d'entretiens avec l'intéressé lui-même et ceux qui le connaissent le mieux, les auteurs répondent à ces questions devenues essentielles : tout semble en effet opposer " le président des riches ", Nicolas Sarkozy, à l'homme politique qui désigne " la Finance " comme son principal adversaire, François Hollande.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 200  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.0cmx20.8cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Editions Du Moment Paru le
  • ISBN :  2354171471
  • EAN13 :  9782354171476
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En France, la gauche n'a jamais été a l'aise avec l'argent. Ni collectivement, ni individuellement. Au pouvoir, elle a souvent louvoyé entre un idéal de classe (taxer les riches !) et un impératif de pragmatisme dans la gestion des affaires de l'Etat. Une ambivalence que le Premier ministre Lionel Jospin a un jour traduite par cette formule restée célèbre : " Oui à l 'économie de marché , non à la société de marché. " Quant à François Hollande, qui se targue de vivre " normalement " et à qui l'on ne prête aucun goût de luxe, il s'est aventuré un jour à déclarer en direct, à la télévision : " Je n 'aime pas les riches, j'en conviens ." Que cache cet aveu qu'il traîne depuis près de six ans ? Quel rapport entretient-il vraiment avec l'argent ? Et les socialistes autour de lui ? A quoi doivent s'attendre les Français si le candidat du PS est élu en mai 2012 ? Au terme d'une enquête fouillée, nourrie d'entretiens avec l'intéressé lui-même et ceux qui le connaissent le mieux, les auteurs répondent à ces questions devenues essentielles : tout semble en effet opposer " le président des riches ", Nicolas Sarkozy, à l'homme politique qui désigne " la Finance " comme son principal adversaire, François Hollande.