share_book
Envoyer cet article par e-mail

La peinture effarée : Rembrandt et l'autoportrait

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La peinture effarée : Rembrandt et l'autoportrait

La peinture effarée : Rembrandt et l'autoportrait

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La peinture effarée : Rembrandt et l'autoportrait"

    La peinture effarée n'est pas d'abord celle qui peint l'effarement, mais celle dont la touche atteste l'ébranlement révélateur, sachant qu'il tourne court pour poindre dans un autre coup de brosse. Elle rend ainsi coup pour coup. Elle touche autant qu'elle est touchée. Il est tentant de dramatiser et d'imaginer une sorte de contrepoint entre stigmates du sort et coups de brosse. C'est une facilité, qui emporte un peu de vérité, mais suscite un pathos malvenu. Car il ne s'agit pas de rétablir le sujet après l'avoir humilié. L'art de Rembrandt est scandé, ponctué par ses autoportraits. Ils portent à incandescence la brûlure du regard, à ce point de fusion où la réalité et l'image ne se distinguent plus, où personne ne sait qui regarde qui et quoi, car il ne reste plus, après décantation, qu'un regard définitivement domicilié et (ré)concilié en peinture.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 76  pages
    • Dimensions :  1.0cmx13.6cmx18.6cm
    • Poids : 117.9g
    • Editeur :   Editions De La Transparence Paru le
    • Collection : Cf
    • ISBN :  2350510611
    • EAN13 :  9782350510613
    • Classe Dewey :  750
    • Langue : Français

    D'autres livres de Michel Guérin

    Philosophie du geste

    L'auteur a retenu quatre gestes faire (la technique et le travail), donner (le social et les échanges), écrire (le geste renversé, révolté) et danser(le geste pur). C'est qu'on ne peut philosopher sur le geste sans assumer la dimension du fragment, de l'esquisse... L'idée de fond, c'est que le...

    La transparence comme paradigme

    Le monde de la transparence n'est pas celui où l'on voit clair enfin, après avoir dissipé des poches d'opacité; c'est celui qui, ayant usé tous ses substituts et décidé de se passer désormais de, "lieutenance" (de symbolicité, d'analogie), se voit forcé à la situation inédite de voir la ...

    Les lieux mythiques du vélo

    L Envalira, le Turchino, le Carrefour de l Arbre, le Mur de Huy, le Ventoux, le Stelvio, le Ballon d Alsace, le Puy-de-Dôme, le Galibier, la Côte de Doullens, le Mur de Gramont, l Alpe d Huez, etc. De nombreux lieux mythiques ont forgé la légende du vélo. C est avec le regard d un passionné qu...

    Voir tous les livres de Michel Guérin

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    La peinture effarée n'est pas d'abord celle qui peint l'effarement, mais celle dont la touche atteste l'ébranlement révélateur, sachant qu'il tourne court pour poindre dans un autre coup de brosse. Elle rend ainsi coup pour coup. Elle touche autant qu'elle est touchée. Il est tentant de dramatiser et d'imaginer une sorte de contrepoint entre stigmates du sort et coups de brosse. C'est une facilité, qui emporte un peu de vérité, mais suscite un pathos malvenu. Car il ne s'agit pas de rétablir le sujet après l'avoir humilié. L'art de Rembrandt est scandé, ponctué par ses autoportraits. Ils portent à incandescence la brûlure du regard, à ce point de fusion où la réalité et l'image ne se distinguent plus, où personne ne sait qui regarde qui et quoi, car il ne reste plus, après décantation, qu'un regard définitivement domicilié et (ré)concilié en peinture.