share_book
Envoyer cet article par e-mail

De la bêtise

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
De la bêtise

De la bêtise

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "De la bêtise"

Qu'est-ce que la bêtise ? Cette interrogation soulève bien des difficultés pour celui qui la pose. Robert Musil s'y est essayé à ses risques et périls, car définir la bêtise implique inversement de savoir ce qu'est l'intelligence et postule que celui qui en parle soit suffisamment intelligent pour discerner les deux. L'auteur - à qui nous accorderons le bénéfice du doute - passe en revue certains types de bêtise dans le but de trouver un classement intellectuellement confortable. Il propose ainsi de distinguer la bêtise constitutionnelle, c'est-à-dire le débile mental, celui qui souffre d'un déficit d'intelligence; et la bêtise fonctionnelle, la plus honnête, qui se rapprocherait de l'erreur. Force est de constater qu'avec une telle définition beaucoup de personnes intelligentes seront jugées bêtes dans la mesure où l'intelligence commande souvent de procéder de façon empirique, c'est-à-dire par erreurs. Musil, conscient de ces faiblesses, propose d'autres analyses qui loin d'être contradictoires s'avèrent complémentaires. Ainsi reconnaît-il que chaque intelligence a sa bêtise. Dans une perspective utilitariste, l'intelligence se rapprocherait du concept de capacité. Il cite à l'appui de sa démonstration l'exemple des anciens Germains qui mettaient les concepts intellectuels en rapport avec la guerre, tout homme incapable au combat pouvant être qualifié de bête. En conclusion, Robert Musil est obligé de reconnaître que son exposé ne peut être au mieux qu'une étude préliminaire et que sa poursuite déboucherait inexorablement sur la recherche de la définition de la sagesse. Mais ceci est une autre histoire...--Olivier Meyer--

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 58  pages
  • Dimensions :  0.8cmx9.6cmx16.0cm
  • Poids : 59.0g
  • Editeur :   Allia Paru le
  • Collection : Petite
  • ISBN :  2844850235
  • EAN13 :  9782844850232
  • Langue : Français

D'autres livres de Robert Musil

L'Homme sans qualités, tome 1

Rien moins qu'un livre-monument, conçu à la manière d'une cathédrale. D'abord publié entre 1931 et 1933, du vivant de Robert Musil, L'Homme sans qualités est resté inachevé. L'écrivain autrichien meurt en 1942, laissant derrière lui un vaste chantier de plusieurs milliers de pages [....

L'homme sans qualités

Rien moins qu'un livre-monument, conçu à la manière d'une cathédrale. D'abord publié entre 1931 et 1933, du vivant de Robert Musil, L'Homme sans qualités est resté inachevé. L'écrivain autrichien meurt en 1942, laissant derrière lui un vaste chantier de plusieurs milliers de pages [....

De la bétise

Qu'est-ce que la bêtise ? Cette interrogation soulève bien des difficultés pour celui qui la pose. Robert Musil s'y est essayé à ses risques et périls, car définir la bêtise implique inversement de savoir ce qu'est l'intelligence et postule que celui qui en parle soit suffisamment [....]...

L'Homme sans qualités, tome 2

Rien moins qu'un livre-monument, conçu à la manière d'une cathédrale. D'abord publié entre 1931 et 1933, du vivant de Robert Musil, L'Homme sans qualités est resté inachevé. L'écrivain autrichien meurt en 1942, laissant derrière lui un vaste chantier de plusieurs milliers de pages [....

Voir tous les livres de Robert Musil

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Qu'est-ce que la bêtise ? Cette interrogation soulève bien des difficultés pour celui qui la pose. Robert Musil s'y est essayé à ses risques et périls, car définir la bêtise implique inversement de savoir ce qu'est l'intelligence et postule que celui qui en parle soit suffisamment intelligent pour discerner les deux. L'auteur - à qui nous accorderons le bénéfice du doute - passe en revue certains types de bêtise dans le but de trouver un classement intellectuellement confortable. Il propose ainsi de distinguer la bêtise constitutionnelle, c'est-à-dire le débile mental, celui qui souffre d'un déficit d'intelligence; et la bêtise fonctionnelle, la plus honnête, qui se rapprocherait de l'erreur. Force est de constater qu'avec une telle définition beaucoup de personnes intelligentes seront jugées bêtes dans la mesure où l'intelligence commande souvent de procéder de façon empirique, c'est-à-dire par erreurs. Musil, conscient de ces faiblesses, propose d'autres analyses qui loin d'être contradictoires s'avèrent complémentaires. Ainsi reconnaît-il que chaque intelligence a sa bêtise. Dans une perspective utilitariste, l'intelligence se rapprocherait du concept de capacité. Il cite à l'appui de sa démonstration l'exemple des anciens Germains qui mettaient les concepts intellectuels en rapport avec la guerre, tout homme incapable au combat pouvant être qualifié de bête. En conclusion, Robert Musil est obligé de reconnaître que son exposé ne peut être au mieux qu'une étude préliminaire et que sa poursuite déboucherait inexorablement sur la recherche de la définition de la sagesse. Mais ceci est une autre histoire...--Olivier Meyer--