share_book
Envoyer cet article par e-mail

Besny et la Seigneurie du Mont-Fendu (877-1951)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Besny et la Seigneurie du Mont-Fendu (877-1951)

Besny et la Seigneurie du Mont-Fendu (877-1951)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Besny et la Seigneurie du Mont-Fendu (877-1951)"

Extrait du quatrième de couverture Lors de la conquête franque, la petite métairie de Bisniacum tomba dans le domaine royal, puis, en juillet 877, à la prière de la reine Richilde, Charles le Chauve la donna au monastère de Sainte-Gertrude de Nivelles en Brabant. Cette métairie fut à l'origine du village, dont l'aspect était alors bien différent. Les habitations, couvertes de chaume, étaient espacées les unes des autres, celle du fournier chargé du four banal et de la cuisson du pain se trouvant à l'extrémité de l'agglomération pour éviter tout risque d'incendie. Les guerres, les ravages, les destructions empêchant les s?urs de Sainte-Gertrude d'assurer l'exploitation de leur ferme, elles la confièrent, en 1046, dans le cadre d'un échange, à l'évêque Gérard de Cambrai qui la donna aux moines de l'abbaye du Cateau. Devenus les seigneurs de Besny, les moines de Saint-André construisirent une maison forte, sorte de manoir fortifié, appelé château et habité par un moine responsable de la gestion de la ferme et de son personnel. La cure cependant relevait de l'autorité de l'abbaye de Saint-Vincent de Laon, qui gagna en influence, fit cultiver des vignes et des terres et éleva une seconde métairie. La population du village se composait alors du représentant du seigneur, des officiers ruraux, des serfs, des hôtes, des artisans et des hommes libres. Les travaux de défrichement furent entrepris avec discernement car la forêt jouait un rôle considérable : elle servait à bâtir les églises et les villages et on y faisait paître d'immenses troupeaux, les forêts de chênes permettant de nourrir les porcs, notamment. Au... © Micberth

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • Editeur :   Livre Histoire Paru le
  • Collection : MVVF
  • ISBN :  2758605023
  • EAN13 :  9782758605027
  • Classe Dewey :  944

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Extrait du quatrième de couverture Lors de la conquête franque, la petite métairie de Bisniacum tomba dans le domaine royal, puis, en juillet 877, à la prière de la reine Richilde, Charles le Chauve la donna au monastère de Sainte-Gertrude de Nivelles en Brabant. Cette métairie fut à l'origine du village, dont l'aspect était alors bien différent. Les habitations, couvertes de chaume, étaient espacées les unes des autres, celle du fournier chargé du four banal et de la cuisson du pain se trouvant à l'extrémité de l'agglomération pour éviter tout risque d'incendie. Les guerres, les ravages, les destructions empêchant les s?urs de Sainte-Gertrude d'assurer l'exploitation de leur ferme, elles la confièrent, en 1046, dans le cadre d'un échange, à l'évêque Gérard de Cambrai qui la donna aux moines de l'abbaye du Cateau. Devenus les seigneurs de Besny, les moines de Saint-André construisirent une maison forte, sorte de manoir fortifié, appelé château et habité par un moine responsable de la gestion de la ferme et de son personnel. La cure cependant relevait de l'autorité de l'abbaye de Saint-Vincent de Laon, qui gagna en influence, fit cultiver des vignes et des terres et éleva une seconde métairie. La population du village se composait alors du représentant du seigneur, des officiers ruraux, des serfs, des hôtes, des artisans et des hommes libres. Les travaux de défrichement furent entrepris avec discernement car la forêt jouait un rôle considérable : elle servait à bâtir les églises et les villages et on y faisait paître d'immenses troupeaux, les forêts de chênes permettant de nourrir les porcs, notamment. Au... © Micberth