share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mes missions en Sibérie suivi de Confession d'un prêtre devant l'Eglise

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mes missions en Sibérie suivi de Confession d'un prêtre devant l'Eglise

Mes missions en Sibérie suivi de Confession d'un prêtre devant l'Eglise

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Mes missions en Sibérie suivi de Confession d'un prêtre devant l'Eglise"

En 1950 paraissaient, aux Editions du Cerf, "Mes missions en Sibérie", de l'archimandrite Spiridon, un livre qui " enchanta " le grand slavisant Pierre Pascal. La traduction qu'il en fit eut un grand retentissement. Aujourd'hui, cette traduction est complétée par la Confession d'un prêtre devant l'Eglise, qui n'a été que tout récemment tirée de l'oubli. L'oeuvre, profondément humaine, imprégnée d'esprit évangélique, se lit comme un roman. Elle décrit la trajectoire d'un homme pétri de bonté et d'amour, évoluant au sortir de l'enfance dans le monde pittoresque de bagnards, de criminels, que sa douceur amène peu à peu au repentir. En toile de fond, une Histoire qui balbutie. Les mouvements prérévolutionnaires de 1905 laissent pressentir les derniers feux de l'empire et l'éclatement de la Première Guerre mondiale devient la source des tourments intérieurs et de la révolte du moine Spiridon contre les puissants de ce monde en politique comme dans l'Eglise. Ces événements marquent la rupture avec le monde ancien, qui n'a pas su mettre en pratique le Sermon sur la Montagne et répandre son message de paix et d'amour. L'auteur de cette Confession ne se départ jamais de son humilité et sait se reconnaître pécheur. A l'instar d'un saint François d'Assise et de bien d'autres saints qui ont eu maille à partir avec des autorités peu favorables à leur souffle prophétique, authentiquement chrétien, qui bousculait les habitudes acquises, il garde un amour indéfectible pour l'Eglise, malgré ses turpitudes. Même si cette voix n'échappe pas au reproche de tenir insuffisamment compte de la lourdeur de la pâte humaine, des pesanteurs de l'histoire, du poids du péché qui accable les âmes, elle est aujourd'hui indispensable dans son rappel de " l'unique nécessaire ". Le saint patriarche Tikhon prit connaissance de cette Confession adressée au " Très Saint Concile local de toutes les Russies " (1917) mais, dans sa sagesse, jugea préférable de ne pas la rendre publique. Le brûlot était trop fort, les esprits n'étaient pas préparés à l'apprécier à sa juste valeur.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 255  pages
  • Dimensions :  2.2cmx13.4cmx20.8cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Cerf Paru le
  • Collection : L'histoire à vif
  • ISBN :  2204093734
  • EAN13 :  9782204093736
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

En 1950 paraissaient, aux Editions du Cerf, "Mes missions en Sibérie", de l'archimandrite Spiridon, un livre qui " enchanta " le grand slavisant Pierre Pascal. La traduction qu'il en fit eut un grand retentissement. Aujourd'hui, cette traduction est complétée par la Confession d'un prêtre devant l'Eglise, qui n'a été que tout récemment tirée de l'oubli. L'oeuvre, profondément humaine, imprégnée d'esprit évangélique, se lit comme un roman. Elle décrit la trajectoire d'un homme pétri de bonté et d'amour, évoluant au sortir de l'enfance dans le monde pittoresque de bagnards, de criminels, que sa douceur amène peu à peu au repentir. En toile de fond, une Histoire qui balbutie. Les mouvements prérévolutionnaires de 1905 laissent pressentir les derniers feux de l'empire et l'éclatement de la Première Guerre mondiale devient la source des tourments intérieurs et de la révolte du moine Spiridon contre les puissants de ce monde en politique comme dans l'Eglise. Ces événements marquent la rupture avec le monde ancien, qui n'a pas su mettre en pratique le Sermon sur la Montagne et répandre son message de paix et d'amour. L'auteur de cette Confession ne se départ jamais de son humilité et sait se reconnaître pécheur. A l'instar d'un saint François d'Assise et de bien d'autres saints qui ont eu maille à partir avec des autorités peu favorables à leur souffle prophétique, authentiquement chrétien, qui bousculait les habitudes acquises, il garde un amour indéfectible pour l'Eglise, malgré ses turpitudes. Même si cette voix n'échappe pas au reproche de tenir insuffisamment compte de la lourdeur de la pâte humaine, des pesanteurs de l'histoire, du poids du péché qui accable les âmes, elle est aujourd'hui indispensable dans son rappel de " l'unique nécessaire ". Le saint patriarche Tikhon prit connaissance de cette Confession adressée au " Très Saint Concile local de toutes les Russies " (1917) mais, dans sa sagesse, jugea préférable de ne pas la rendre publique. Le brûlot était trop fort, les esprits n'étaient pas préparés à l'apprécier à sa juste valeur.