share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Terre sans mal

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Terre sans mal

La Terre sans mal

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La Terre sans mal"

    Certains albums de BD nous sont d'emblée sympathiques. C'est le cas de La terre sans mal, récit ethnologique, politique et onirique. Eliane Goldschmidt retourne pour la troisième fois, en 1939, étudier la tribu des indiens Mbyas. Mais lorsque le dernier Karaï décide d'emmener son peuple vers la Terre sans mal, Eliane, surnommée Napagnouma " La femme blanche qui fait pleurer son bâton ", menace de craquer. Elle ignore alors que la guerre ravage l'Europe. Le plus souvent, les cases se cantonnent dans la stricte délimitation de la planche, mais jouent de leur format pour souligner ou accentuer les émotions. Cependant, de temps en temps, un paysage envahit l'intégralité de la page, laissant ainsi les cases suspendues comme des nacelles, bribes rêveuses dans un univers brumeux, instants tragiques où les personnages menacent d'être engloutis par les racines gigantesques des arbres... Chaque page tournée donne naissance à une association de couleurs qui conserve l'empreinte des pages précédentes tout en jouant sur le symbolisme d'une nouvelle tonalité. L'ensemble évoque l'univers de Loisel, en nettement plus édulcoré et adouci. L'histoire s'adapte parfaitement aux jeux du dessinateur. Scénario et images trouvent ensemble leur complicité et leur complémentarité sans jamais " s'autonomiser " suffisamment pour que le lecteur lise mais ne regarde pas, ou regarde mais ne lise pas. --Sylvaine Jeminet--

    Détails sur le produit

    • Reliure : Cartonné
    • 64  pages
    • Editeur :   Dupuis Paru le
    • Collection : Aire Libre
    • ISBN :  280012802X
    • EAN13 :  9782800128023
    • Classe Dewey :  800

    D'autres livres de  Sibran

    Ma vie en l'air

    Le vol ou l'art du vide ; le vertige ou l'art de l'abîme ; le fil ou l'art de l'équilibre : une symphonie en trois mouvements, ou comment le principe de gravité rappelle à leur destin les âmes brisées par une enfance meurtrie. --Ce texte fait référence à l'édition Broché ....

    Voir tous les livres de  Sibran

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Certains albums de BD nous sont d'emblée sympathiques. C'est le cas de La terre sans mal, récit ethnologique, politique et onirique. Eliane Goldschmidt retourne pour la troisième fois, en 1939, étudier la tribu des indiens Mbyas. Mais lorsque le dernier Karaï décide d'emmener son peuple vers la Terre sans mal, Eliane, surnommée Napagnouma " La femme blanche qui fait pleurer son bâton ", menace de craquer. Elle ignore alors que la guerre ravage l'Europe. Le plus souvent, les cases se cantonnent dans la stricte délimitation de la planche, mais jouent de leur format pour souligner ou accentuer les émotions. Cependant, de temps en temps, un paysage envahit l'intégralité de la page, laissant ainsi les cases suspendues comme des nacelles, bribes rêveuses dans un univers brumeux, instants tragiques où les personnages menacent d'être engloutis par les racines gigantesques des arbres... Chaque page tournée donne naissance à une association de couleurs qui conserve l'empreinte des pages précédentes tout en jouant sur le symbolisme d'une nouvelle tonalité. L'ensemble évoque l'univers de Loisel, en nettement plus édulcoré et adouci. L'histoire s'adapte parfaitement aux jeux du dessinateur. Scénario et images trouvent ensemble leur complicité et leur complémentarité sans jamais " s'autonomiser " suffisamment pour que le lecteur lise mais ne regarde pas, ou regarde mais ne lise pas. --Sylvaine Jeminet--