share_book
Envoyer cet article par e-mail

Déloger l'animal

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Déloger l'animal

Déloger l'animal

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Déloger l'animal"

Je la regardais s'effondrer dans son fauteuil. Elle avait l'oeil vague, fixé sur l'écran de télé. Elle n'arrivait pas à s'intéresser à ces menus appareils électroménagers que l'on tentait de la convaincre d'acquérir au prix de sacrifices (serrons-nous la ceinture), et au prix d'abandons (oublions nos âmes que nous voulions élevées). Je suis sûre qu'elle ne faisait qu'épier son propre reflet dans l'écran, stupéfaite de son immobilité, agitant par moments les doigts de sa main droite pour vérifier qu'elle pouvait encore bouger. Elle restait là, les chevilles croisées sur le coussin – celui avec une multitude de miroirs cousus ramené par Monsieur Loyal, souvenir d'aéroport plié en douze dans sa valise à roulettes, efforts suants et jurants pour le rendre microscopique, pour ramener à sa femme un cadeau, une attention, un presque rien, un “j'ai pensé à toi le dernier jour avant de poster les cartes”.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 166  pages
  • Dimensions :  1.4cmx11.6cmx21.0cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Actes Sud Paru le
  • Collection : Domaine Français
  • ISBN :  2742756337
  • EAN13 :  9782742756339
  • Classe Dewey :  843.92
  • Langue : Français

D'autres livres de Véronique Ovaldé

Ce que je sais de Vera Candida

Quelque part dans une Amérique du Sud imaginaire, trois femmes d'une même lignée semblent promises au même destin : enfanter une fille et ne pouvoir jamais révéler le nom du père. Elles se nomment Rose, Violette et Vera Candida. Elles sont toutes éprises de liberté mais enclines à la ...

Prix : 165 DH
Des vies d'oiseaux

« On peut considérer que ce fut grâce à son mari que madame Izarra rencontra le lieutenant Taïbo ». Car c'est lui, Gustavo Izzara, qui, revenant de vacances un soir d'octobre 1997, appelle la police pour qu'elle vienne constater que sa somptueuse villa de Villanueva avait été [....]...

Ce que je sais de Vera Candida

"Rose Bustamente, la grand-mère maternelle de Vera Candida, avant de devenir la meilleure pêcheuse de poissons volants de ce bout de mer, avait été la plus jolie pute de Vatapuna." Sur une île imaginaire, trois générations de femmes semblent vouées à enfanter des filles sans père. [.......

Prix : 86 DH
Les hommes en général me plaisent beaucoup

Le barrissement de l'éléphant, les criailleries aiguës des singes, les hurlements des coyotes, des froufrous affolés de plumes, des terreurs et des cauchemars de bêtes, une girafe au long cou, une vieille dame gorille, des loups pelés encore... Tel est l'univers qui s'agite au-delà de la [...

Voir tous les livres de Véronique Ovaldé

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Je la regardais s'effondrer dans son fauteuil. Elle avait l'oeil vague, fixé sur l'écran de télé. Elle n'arrivait pas à s'intéresser à ces menus appareils électroménagers que l'on tentait de la convaincre d'acquérir au prix de sacrifices (serrons-nous la ceinture), et au prix d'abandons (oublions nos âmes que nous voulions élevées). Je suis sûre qu'elle ne faisait qu'épier son propre reflet dans l'écran, stupéfaite de son immobilité, agitant par moments les doigts de sa main droite pour vérifier qu'elle pouvait encore bouger. Elle restait là, les chevilles croisées sur le coussin – celui avec une multitude de miroirs cousus ramené par Monsieur Loyal, souvenir d'aéroport plié en douze dans sa valise à roulettes, efforts suants et jurants pour le rendre microscopique, pour ramener à sa femme un cadeau, une attention, un presque rien, un “j'ai pensé à toi le dernier jour avant de poster les cartes”.