share_book
Envoyer cet article par e-mail

Giuseppe Castiglione dit Lang Shining (1688-1766)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Giuseppe Castiglione dit Lang Shining (1688-1766)

Giuseppe Castiglione dit Lang Shining (1688-1766)

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Giuseppe Castiglione dit Lang Shining (1688-1766)"

A la fin du XVIIe siècle, la Chine est dirigée par un empereur, Kangxi (K'ang-hi), qu'on a parfois appelé le "Louis XIV chinois" principalement parce qu'il était, comme le Roi-Soleil, un "protecteur des arts et des lettres". Il entretenait à sa Cour nombre de savants, architectes, décorateurs, jardiniers. Parmi eux, un personnage extraordinaire, un italien : Giuseppe Castiglione. Né à Milan en 1688, novice de la Compagnie de Jésus en 1707, il est envoyé au Portugal (1710), puis en Chine (1715), où il est très vite admis dans l'entourage de l'Empereur. Car le jeune homme a, entre autres talents, celui d'être un artiste habile et délicat. Conformément à la tradition jésuite, il s'intègre totalement à son milieu, prend un nom chinois, Lang Shining. Et devient, petit à petit, le peintre préféré du souverain, puis (à partir de 1735) de son successeur Qianlong (K'ien-long). Par atavisme, sans doute, ce dernier aime les chevaux (il est d'origine mandchoue). Le sachant, ses courtisans se décarcassent pour lui trouver, et lui offrir, les plus beaux chevaux qu'on puisse voir à l'époque, dans le royaume, et au-delà. Ce sont ces animaux magnifiques que Qianlong charge Castiglione-Lang Shining d'immortaliser en les portraiturant - souvent grandeur nature - sur des rouleaux de soie. L'un d'eux, le plus célèbre, mesure sept mètres 76, et s'intitule Cent Coursiers - parce qu'il représente, en effet, cent chevaux, tous dans des positions, des postures, des allures différentes. Ce rouleau, comme l'essentiel de l'oeuvre hippologique du jésuite hippophile, est conservé au Musée National du Palais, à Taipei (Taiwan), grâce à la coopération duquel le présent ouvrage a pu voir le jour. Jamais à notre connaissance, les rouleaux de Castiglione n'ont été présentés dans de telles dimensions (le rouleau des Cent Coursiers est reproduit au coeur de ce volume sur un dépliant de deux mètres 40 de long !) ; et jamais aucun livre en français n'a été consacré à ce grand artiste, trop longtemps boudé en Europe parce que son oeuvre passait pour de la chinoiserie, et un peu méprisé par certains lettrés chinois parce que, bien que fortement sinisé, Lang Shining n'est pas un vrai Chinois. Grâce aux meilleurs spécialistes - chinois et européens - réunis ici, voici donc Giuseppe Castiglione réhabilité. (Jean-Louis Gouraud)

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 146  pages
  • Dimensions :  2.0cmx23.8cmx29.0cm
  • Poids : 1238.3g
  • Editeur :   Favre Sa Paru le
  • Collection : Grande écurie de Versailles
  • ISBN :  2828908070
  • EAN13 :  9782828908072
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Louis Gouraud

Chevaux

Si la photographie aérienne a fait sa renommée internationale, Yann Arthus-Bertrand s'est toujours passionné pour les animaux : des grands fauves d'Afrique qui furent les héros de son premier livre Lions, en passant par les bestiaux qui peuplent nos étables, jusqu'à nos compagnons les [.......

Le cheval, animal politique

Pourquoi Sarkozy croit-il nécessaire de s'exhiber à cheval dès qu'il en a la possibilité, en Camargue ou au pied des Pyramides (par référence à Bonaparte ?). Pour les mêmes raisons, probablement, que celles qui ont motivé, avant lui, Poutine. Et, avant eux, Reagan, Saddam, Kadhafi. Ou, plus...

La Terre vue de ma selle : Un tour du monde (du cheval)

À chacun son point de vue. Pour les cosmonautes, la Terre est une jolie planète bleue. Photographié par Arthus-Bertrand, le bel astre paraît courir au désastre. Vue par Jean-Louis Gouraud, la Terre n'est rien d'autre qu'un vaste pâturage, une sorte de gigantesque haras, un espace entièrement ...

L'Afrique, par monts et par chevaux

Evoquer la place, le rôle, l'importance du cheval en Amérique n'étonne personne. L'Amérique, c'est bien connu, grouille de ponies tachetés et de mustangs indomptables que des chuchoteurs surdoués parviennent tout de même à dompter. L'Amérique, on a tous vu ça, est peuplée de cowboys et d'...

Voir tous les livres de Jean-Louis Gouraud

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

A la fin du XVIIe siècle, la Chine est dirigée par un empereur, Kangxi (K'ang-hi), qu'on a parfois appelé le "Louis XIV chinois" principalement parce qu'il était, comme le Roi-Soleil, un "protecteur des arts et des lettres". Il entretenait à sa Cour nombre de savants, architectes, décorateurs, jardiniers. Parmi eux, un personnage extraordinaire, un italien : Giuseppe Castiglione. Né à Milan en 1688, novice de la Compagnie de Jésus en 1707, il est envoyé au Portugal (1710), puis en Chine (1715), où il est très vite admis dans l'entourage de l'Empereur. Car le jeune homme a, entre autres talents, celui d'être un artiste habile et délicat. Conformément à la tradition jésuite, il s'intègre totalement à son milieu, prend un nom chinois, Lang Shining. Et devient, petit à petit, le peintre préféré du souverain, puis (à partir de 1735) de son successeur Qianlong (K'ien-long). Par atavisme, sans doute, ce dernier aime les chevaux (il est d'origine mandchoue). Le sachant, ses courtisans se décarcassent pour lui trouver, et lui offrir, les plus beaux chevaux qu'on puisse voir à l'époque, dans le royaume, et au-delà. Ce sont ces animaux magnifiques que Qianlong charge Castiglione-Lang Shining d'immortaliser en les portraiturant - souvent grandeur nature - sur des rouleaux de soie. L'un d'eux, le plus célèbre, mesure sept mètres 76, et s'intitule Cent Coursiers - parce qu'il représente, en effet, cent chevaux, tous dans des positions, des postures, des allures différentes. Ce rouleau, comme l'essentiel de l'oeuvre hippologique du jésuite hippophile, est conservé au Musée National du Palais, à Taipei (Taiwan), grâce à la coopération duquel le présent ouvrage a pu voir le jour. Jamais à notre connaissance, les rouleaux de Castiglione n'ont été présentés dans de telles dimensions (le rouleau des Cent Coursiers est reproduit au coeur de ce volume sur un dépliant de deux mètres 40 de long !) ; et jamais aucun livre en français n'a été consacré à ce grand artiste, trop longtemps boudé en Europe parce que son oeuvre passait pour de la chinoiserie, et un peu méprisé par certains lettrés chinois parce que, bien que fortement sinisé, Lang Shining n'est pas un vrai Chinois. Grâce aux meilleurs spécialistes - chinois et européens - réunis ici, voici donc Giuseppe Castiglione réhabilité. (Jean-Louis Gouraud)