share_book
Envoyer cet article par e-mail

Sociologie comparée du cannibalisme - Gibiers et captifs en Afrique.

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Sociologie comparée du cannibalisme - Gibiers et captifs en Afrique.

Sociologie comparée du cannibalisme - Gibiers et captifs en Afrique.

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Sociologie comparée du cannibalisme - Gibiers et captifs en Afrique."

    L'idée d'une société assumant le fait que ses membres se nourrissent de corps humains constitue une source intarissable de répulsion au sein de la civilisation. Surtout si l'absorption succède à un acte de violence et trouble la frontière qui sépare la guerre de la chasse. Longtemps évitée par une anthropologie désireuse de rompre avec l'époque coloniale où elle avait elle-même entretenu les ragots et la répulsion, la question est donc demeurée, scientifiquement parlant, dans un état de friche, avec l'antagonisme de deux causes primaires : les cannibales mangeraient leurs pareils sous la pression de la faim, ou bien pour des motifs religieux. Un défi s'ensuit pour les sciences sociales : disposent-elles aujourd'hui des moyens qui leur permettraient de ne plus subir la phobie issue de leur culture native et d'attaquer le plus féroce des préjugés pesant sur des modes de vie exotiques ? L'auteur, docteur en biologie et en ethnologie, est chercheur au CNRS (Centre Norbert Elias, Marseille). Il utilise sa double formation pour préciser méthodologiquement les relations nécessaires entre écologie et sciences sociales sur des démarcations troubles : nature/culture, évolution/histoire, etc. Il a publié plusieurs essais dont Les sociétés et leurs natures, Le décalage humain : le fait social dans l'évolution et L'anthropologie à quoi bon ?

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 368  pages
    • Dimensions :  2.4cmx14.8cmx21.6cm
    • Poids : 499.0g
    • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
    • ISBN :  2130583660
    • EAN13 :  9782130583660
    • Langue : Français

    D'autres livres de Georges Guille-Escuret

    L'anthropologie, à quoi bon?

    Une science qui désire ne servir à rien se met déjà au service de l'inertie et de la résignation. Et une science qui souhaite seulement préserver ce qu'elle observe ne peut manquer de devenir conservatrice. Cependant, peut-on demander, à une anthropologie irrésistiblement attirée par le tra...

    Sociologie comparée du cannibalisme II - La consommation d'autrui en Asie et en Océanie

    Un poncif persistant voudrait que le cannibalisme résulte avant tout d'un « manque » de contrôle social. Mais chaque culture pense à sa manière les débordements admissibles et les transgressions intolérables. Et elle anticipe des réponses qui lui paraissent appropriées à des crises prévi...

    Les mangeurs d'autres : Civilisation et canibalisme

    Georges Guille-Escuret bouscule un des tabous de la civilisation: le cannibalisme. II soumet au crible d'une analyse incisive le regard porté par les sciences sociales sur l'anthropophagie. Entre les récits d'explorateurs, les témoignages de missionnaires et les commentaires de savants, se dessin...

    Voir tous les livres de Georges Guille-Escuret

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    L'idée d'une société assumant le fait que ses membres se nourrissent de corps humains constitue une source intarissable de répulsion au sein de la civilisation. Surtout si l'absorption succède à un acte de violence et trouble la frontière qui sépare la guerre de la chasse. Longtemps évitée par une anthropologie désireuse de rompre avec l'époque coloniale où elle avait elle-même entretenu les ragots et la répulsion, la question est donc demeurée, scientifiquement parlant, dans un état de friche, avec l'antagonisme de deux causes primaires : les cannibales mangeraient leurs pareils sous la pression de la faim, ou bien pour des motifs religieux. Un défi s'ensuit pour les sciences sociales : disposent-elles aujourd'hui des moyens qui leur permettraient de ne plus subir la phobie issue de leur culture native et d'attaquer le plus féroce des préjugés pesant sur des modes de vie exotiques ? L'auteur, docteur en biologie et en ethnologie, est chercheur au CNRS (Centre Norbert Elias, Marseille). Il utilise sa double formation pour préciser méthodologiquement les relations nécessaires entre écologie et sciences sociales sur des démarcations troubles : nature/culture, évolution/histoire, etc. Il a publié plusieurs essais dont Les sociétés et leurs natures, Le décalage humain : le fait social dans l'évolution et L'anthropologie à quoi bon ?