share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les esquimaux vus par Matisse - Georges Duthuit Une fête en Cimmérie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les esquimaux vus par Matisse - Georges Duthuit Une fête en Cimmérie

Les esquimaux vus par Matisse - Georges Duthuit Une fête en Cimmérie

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les esquimaux vus par Matisse - Georges Duthuit Une fête en Cimmérie"

En 1945, après un long exil à New York, Georges Duthuit, écrivain et historien de l'art, revient en France avec un texte poétique sur l'univers magique du monde des Inuit. Matisse est sollicité par sa fille Marguerite, épouse de Georges Duthuit, pour illustrer ce texte, trouvant qu'il y a de nombreuses correspondances entre l'art des Esquimaux et celui du peintre. Matisse, passionné par le portrait, accepte et dessine alors des "types d'esquimaux" d'après des photographies prises par des explorateurs polaires et, surtout, après avoir vu l'exceptionnelle collection de masques inuit de son gendre, acquise pendant la guerre, en compagnie de Breton, Lévi-Strauss, Max Ernst, entre autres, et provenant du Musée national indien (collection George Heye) de New York. Matisse va interroger cet art. Il dessine des portraits qu'il appelle "masque". Il diversifie les expressions dans des dessins impressionnants et une magistrale série de 31 gravures. "Ce qui m'intéresse le plus, écrivait Matisse dès 1908, ce n'est ni la nature morte, ni le paysage, c'est la figure. C'est elle qui me permet le mieux d'exprimer le sentiment pour ainsi dire religieux que je possède de la vie."

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 136  pages
  • Dimensions :  1.2cmx24.2cmx27.6cm
  • Poids : 798.3g
  • Editeur :   Hazan Paru le
  • Collection : Beaux Arts
  • ISBN :  2754105271
  • EAN13 :  9782754105279
  • Langue : Français

D'autres livres de  Marie-Thérèse Pulvenis de Seligny

Matisse Genesis : Les papiers gouachés découpés

24 x 32,5 cm, relié sous jaquette 232 pages avec 2 dépliants doubles et 5 dépliants simples, 165 ill. couleur. C est à partir de la collection des gouaches découpées « le ciel découpé », disait Aragon , du musée Matisse de Nice, que se développe la réflexion des auteurs. Cet ensemble re...

Voir tous les livres de  Marie-Thérèse Pulvenis de Seligny

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En 1945, après un long exil à New York, Georges Duthuit, écrivain et historien de l'art, revient en France avec un texte poétique sur l'univers magique du monde des Inuit. Matisse est sollicité par sa fille Marguerite, épouse de Georges Duthuit, pour illustrer ce texte, trouvant qu'il y a de nombreuses correspondances entre l'art des Esquimaux et celui du peintre. Matisse, passionné par le portrait, accepte et dessine alors des "types d'esquimaux" d'après des photographies prises par des explorateurs polaires et, surtout, après avoir vu l'exceptionnelle collection de masques inuit de son gendre, acquise pendant la guerre, en compagnie de Breton, Lévi-Strauss, Max Ernst, entre autres, et provenant du Musée national indien (collection George Heye) de New York. Matisse va interroger cet art. Il dessine des portraits qu'il appelle "masque". Il diversifie les expressions dans des dessins impressionnants et une magistrale série de 31 gravures. "Ce qui m'intéresse le plus, écrivait Matisse dès 1908, ce n'est ni la nature morte, ni le paysage, c'est la figure. C'est elle qui me permet le mieux d'exprimer le sentiment pour ainsi dire religieux que je possède de la vie."