share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le vampire en France des origines à nos jours

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le vampire en France des origines à nos jours

Le vampire en France des origines à nos jours

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le vampire en France des origines à nos jours"

Il n'a jamais été reproché aux vampires d'avoir même osé penser se nourrir de chair morte. Mais à l'aube du XIe siècle, le chroniqueur Raoul Glaber, moine clunisien, décrit avec une précision quasi chirurgicale les désordres spirituels et temporels qui assaillent la France à un moment crucial de son histoire. Entre 987 et 1059 il y eut quarante huit ans de disettes, de famine et autres épidémies. Les habitants se livraient à l'anthropophagie, mangeaient leurs parents et même leurs enfants. On déterrait les cadavres pour se repaître de chair pourrie. Dans les auberges on servait de la viande fraîche de voyageurs occis ! On était obligé de se contenter de peu. Alors il n'est pas très étrange que la croyance aux vampires soit apparue en même temps. Le prédateur nocturne n'est pas même un concurrent puisqu'il ne ne se nourrit pas de viande mais uniquement de sang et qu'il ne peut se fournir auprès de cadavres, puisqu'il est difficile voire impossible de boire du sang coagulé ...

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 190  pages
  • Dimensions :  1.2cmx14.6cmx20.8cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Juste Pour Lire Editions Paru le
  • Collection : ENIGMES HISTORI
  • ISBN :  2361510022
  • EAN13 :  9782361510022
  • Classe Dewey :  390
  • Langue : Français

D'autres livres de Jacques Sirgent

ERZSEBETH BATHORY Le sang des innocentes

Au XVIIe siècle, la Hongrie fut le théâtre de la disparition mystérieuse de dizaines de jeunes filles. Elles avaient toutes un point commun : elles avaient fréquenté le château d'une mystérieuse comtesse dont la rumeur, s'amplifiant au fil des disparitions, en faisait un être maléfique,...

Les voleurs d'âme(s)

Dans ce roman autobiographique, Jacques Sirgent nous entraîne dans un cauchemar digne de la littérature fantastique des XIXe et XXe siècles. Dans les pas de Hanns Heinz Ewers et d'Arthur Machen, il nous entraîne dans une enquête qui le mène au coeur du cimetière du Père-Lachaise, à la renco...

Anges vampires démons

Il est des créatures lumineuses au point d'en être aveuglantes à force de vouloir nous éclairer, et d'autres qui cherchent à dissiper les ténèbres qu'elles hantent cependant. Certaines nous veulent du bien et s'y prennent bien mal, et alors il est presque impossible de distinguer les bons des...

Le livre des vampires

Non-mort et non-vivant, immortel, nécromancien, maîtres des éléments dévastateurs et des créatures inférieures, capable d'apparaître et de disparaître à sa guise, assoiffé de sang humain, invisible dans les miroirs, allergique à tout lieu saint et à tout objet sacré, le vampire concent...

Voir tous les livres de Jacques Sirgent

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Il n'a jamais été reproché aux vampires d'avoir même osé penser se nourrir de chair morte. Mais à l'aube du XIe siècle, le chroniqueur Raoul Glaber, moine clunisien, décrit avec une précision quasi chirurgicale les désordres spirituels et temporels qui assaillent la France à un moment crucial de son histoire. Entre 987 et 1059 il y eut quarante huit ans de disettes, de famine et autres épidémies. Les habitants se livraient à l'anthropophagie, mangeaient leurs parents et même leurs enfants. On déterrait les cadavres pour se repaître de chair pourrie. Dans les auberges on servait de la viande fraîche de voyageurs occis ! On était obligé de se contenter de peu. Alors il n'est pas très étrange que la croyance aux vampires soit apparue en même temps. Le prédateur nocturne n'est pas même un concurrent puisqu'il ne ne se nourrit pas de viande mais uniquement de sang et qu'il ne peut se fournir auprès de cadavres, puisqu'il est difficile voire impossible de boire du sang coagulé ...