share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les internés du ghetto : Ethnographie des confrontations violentes dans une cité impopulaire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les internés du ghetto : Ethnographie des confrontations violentes dans une cité impopulaire

Les internés du ghetto : Ethnographie des confrontations violentes dans une cité impopulaire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Les internés du ghetto : Ethnographie des confrontations violentes dans une cité impopulaire"

    Sans nier la réalité des phénomènes de décomposition sociale, politique et culturelle en oeuvre dans des zones urbaines périphériques en voie de ghettoïsation sociale et ethnique, ce livre rompt avec le traitement médiatique des quartiers populaires, oscillant sans cesse entre une description dramatisante des " banlieues " et de leurs habitants, sous l'emprise de " lois propres aux ghettos ", et une présentation " moralement correcte ", radicalement optimiste. Grâce à la réalisation d'une enquête ethnographique et à la mobilisation d'une " sociologie des turbulences ", Manuel Boucher tente de comprendre la production et la régulation des phénomènes de violences dans une " cité ghetto " (la Cité des enfants perdus). Il analyse l'expérience sociale d'habitants qui font peur, notamment des jeunes considérés comme des " figures de désordre ". II nous montre comment ces jeunes développent des interactions frictionnelles, entretiennent des rapports paroxystiques et complexes avec des " forces de sécurisation " et des " pacificateurs indigènes ", c'est-à-dire, des acteurs institués et émergents d'encadrement des classes populaires. En définitive, ce livre montre que les " internés du ghetto ", qu'ils soient " pacificateurs" ou " rebelles ", vivent tous de nouvelles épreuves de la domination mais réagissent et déploient également des stratégies individuelles et collectives pour sortir d'un processus de " réification réciproque "

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 422  pages
    • Dimensions :  3.2cmx15.6cmx23.6cm
    • Poids : 721.2g
    • Editeur :   L'harmattan Paru le
    • Collection : Recherche et transformation sociale
    • ISBN :  2296120237
    • EAN13 :  9782296120235
    • Classe Dewey :  307.76
    • Langue : Français

    D'autres livres de Manuel Boucher

    Rap, expression des lascars: Significations et enjeux du rap dans la société française

    S'il est d'abord un genre musical, le RAP est aussi un ensemble d'expressions artistiques et culturelles (vêtements, danses urbaines, expressions graphiques : tag et graffiti ainsi que des attitudes et des valeurs). Centré sur la signification de ce mode d'expression dans toutes ses dimensions...

    Turbulences, contrôle et régulation sociale. Les logiques des acteurs sociaux dans les quartiers populaires

    Face aux " peurs de la jeunesse " et aux turbulences sociales au sein des quartiers défavorisés, dans un contexte de décentralisation, de politique de la ville et de lutte contre le sentiment d'insécurité, l'espace de la régulation sociale est en recomposition. Nous assistons à la multiplicat...

    Repolitiser l'insécurité : Sociographie d'une ville ouvrière en recomposition

    Face aux incertitudes d'un monde hyper-moderne, face à la globalisation, à l'accroissement du processus d'individuation et à l'affirmation des valeurs individualistes, le thème de l'insécurité intéresse l'ensemble de la population et au premier chef les responsables politiques chargés de coo...

    Penser les questions sociales et culturelles contemporaines : Quels enjeux pour l'intervention sociale ?

    Les transformations sociale et économique d'inspiration néolibérale et le traitement sécuritaire des inégalités sociales réinterrogent les modèles de protection et d'action sociales développés durant le vingtième siècle. Aux avant-postes de ces métamorphoses, les acteurs sociaux courent...

    Voir tous les livres de Manuel Boucher

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Sans nier la réalité des phénomènes de décomposition sociale, politique et culturelle en oeuvre dans des zones urbaines périphériques en voie de ghettoïsation sociale et ethnique, ce livre rompt avec le traitement médiatique des quartiers populaires, oscillant sans cesse entre une description dramatisante des " banlieues " et de leurs habitants, sous l'emprise de " lois propres aux ghettos ", et une présentation " moralement correcte ", radicalement optimiste. Grâce à la réalisation d'une enquête ethnographique et à la mobilisation d'une " sociologie des turbulences ", Manuel Boucher tente de comprendre la production et la régulation des phénomènes de violences dans une " cité ghetto " (la Cité des enfants perdus). Il analyse l'expérience sociale d'habitants qui font peur, notamment des jeunes considérés comme des " figures de désordre ". II nous montre comment ces jeunes développent des interactions frictionnelles, entretiennent des rapports paroxystiques et complexes avec des " forces de sécurisation " et des " pacificateurs indigènes ", c'est-à-dire, des acteurs institués et émergents d'encadrement des classes populaires. En définitive, ce livre montre que les " internés du ghetto ", qu'ils soient " pacificateurs" ou " rebelles ", vivent tous de nouvelles épreuves de la domination mais réagissent et déploient également des stratégies individuelles et collectives pour sortir d'un processus de " réification réciproque "