share_book
Envoyer cet article par e-mail

Marie Stuart : Sainte ou putain ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Marie Stuart : Sainte ou putain ?

Marie Stuart : Sainte ou putain ?

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Marie Stuart : Sainte ou putain ?"

    Sublime pour les uns, scandaleuse pour les autres, martyre de sa foi ou comploteuse frénétique, complice de l'assassinat du roi son époux ou victime d'abominables machinations, créature aveuglée par la passion ou femme assumant sa liberté, Mary Stuart ne saurait laisser indifférent. Sa fin tragique, qu'elle a su affronter avec dignité et panache, pare sa mémoire d'une aura romantique qui a sans doute fortement contribué à masquer les ombres d'un parcours erratique et d'une personnalité aussi complexe que déroutante. Son destin est indissociable de celui d'une autre icône du XVIe siècle, Elisabeth lre d'Angleterre. Entre Marie, plus femme que reine, et Elisabeth, plus reine que femme, s'établit une étrange relation sur fond de fascination/répulsion, de conflit d'ambition, d'oppositions confessionnelles qui, dans le droit fil de la tragédie grecque, ne peut se clore que par l'élimination de l'une d'elles. Ce sera Marie... parce qu'elle est la plus faible? Ou la plus fautive ? Après sa très remarquée contre- enquête sur le procès des Templiers, l'auteur livre ici un travail rigoureux d'investigation et d'analyse uniquement basé sur les faits avérés, les actes authentifiés des protagonistes et les seuls documents validés par les meilleurs historiens. Cet essai, qui se lit comme un roman, apporte des réponses objectives et argumentées aux questions que la destinée de Marie Stuart ne cesse de susciter depuis cinq siècles.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 157  pages
    • Dimensions :  1.6cmx15.0cmx20.8cm
    • Poids : 222.3g
    • Editeur :   Pascal Galodé Editions Paru le
    • Collection : DOCUMENT
    • ISBN :  2355932034
    • EAN13 :  9782355932038
    • Langue : Français

    D'autres livres de Dominique Labarrière

    L'affaire Jacques Viguier : L'Engrenage infernal

    27 février 2000. Suzanne Viguier, mère de 3 enfants, épouse de Jacques Viguier, professeur de droit public à la faculté de Toulouse, disparaît. La piste du mari meurtrier est la seule suivie bien qu'elle ne repose sur aucune preuve, aucun indice matériel probant. Après neuf années d'un hall...

    Contre enquête : L'Affaire Viguier

    Décidément, Toulouse est pleine d'ombres et de mystères. Une enquête policière pour le moins bâclée. Une instruction qui traîne en longueur. Un coupable sans mobile. Un crime sans cadavre. Trois ans après la disparition de son épouse, Jacques Viguier continue d'attendre, après avoir vaine...

    Voir tous les livres de Dominique Labarrière

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Sublime pour les uns, scandaleuse pour les autres, martyre de sa foi ou comploteuse frénétique, complice de l'assassinat du roi son époux ou victime d'abominables machinations, créature aveuglée par la passion ou femme assumant sa liberté, Mary Stuart ne saurait laisser indifférent. Sa fin tragique, qu'elle a su affronter avec dignité et panache, pare sa mémoire d'une aura romantique qui a sans doute fortement contribué à masquer les ombres d'un parcours erratique et d'une personnalité aussi complexe que déroutante. Son destin est indissociable de celui d'une autre icône du XVIe siècle, Elisabeth lre d'Angleterre. Entre Marie, plus femme que reine, et Elisabeth, plus reine que femme, s'établit une étrange relation sur fond de fascination/répulsion, de conflit d'ambition, d'oppositions confessionnelles qui, dans le droit fil de la tragédie grecque, ne peut se clore que par l'élimination de l'une d'elles. Ce sera Marie... parce qu'elle est la plus faible? Ou la plus fautive ? Après sa très remarquée contre- enquête sur le procès des Templiers, l'auteur livre ici un travail rigoureux d'investigation et d'analyse uniquement basé sur les faits avérés, les actes authentifiés des protagonistes et les seuls documents validés par les meilleurs historiens. Cet essai, qui se lit comme un roman, apporte des réponses objectives et argumentées aux questions que la destinée de Marie Stuart ne cesse de susciter depuis cinq siècles.