share_book
Envoyer cet article par e-mail

En compagnie d'Antonin Artaud

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
En compagnie d'Antonin Artaud

En compagnie d'Antonin Artaud

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "En compagnie d'Antonin Artaud"

    Venu du Havre, Jacques Prevel (1915-1951) arrive à Paris durant l'occupation. Autour de Saint-Germain-des-Prés, il connaît l'isolement et la misère car il renonce à toute situation pour écrire. Il ne trouve pas d'éditeur et doit publier à ses frais trois recueils : Poèmes mortels, Poèmes pour toute mémoire, De colère et de haine. En 1946, la rencontre d'Antonin Artaud est son illumination. De ce jour jusqu'à la mort d'Artaud, à Ivry, le 4 mars 1948, Jacques Prevel écrit le roman de sa vie, la quête quotidienne de la nourriture, de la drogue, de la poésie, recueillant les paroles d'Artaud, les textes qu'il lui dicte, les lettres qu'il lui lit. " L'intensité de sa vie me faisait entrer dans un absolu, le sien. J'étais pris dans son tourbillon. Je le suivais comme un somnambule. Et quand je le quittais à Jussieu ou quelque part dans la nuit, je revenais ivre, étrangement obsédé par ses paroles, par les chants qu'il psalmodiait, par son visage unique, par son regard poignant. Je marchais dans Paris sans penser ou plutôt je ne pensais qu'à lui. Ma vie était transformée, illuminée. Il y avait Antonin Artaud. Je vivais. " Epuisé par la tuberculose, Jacques Prevel meurt cinq ans jour pour jour après sa première rencontre avec Artaud, laissant un journal qui ne sera publié à titre posthume qu'en 1974.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 484  pages
    • Dimensions :  3.4cmx13.6cmx21.2cm
    • Poids : 440.0g
    • Editeur :   Flammarion Paru le
    • Collection : Fiction Francaise
    • ISBN :  2080670174
    • EAN13 :  9782080670175
    • Langue : Français

    D'autres livres de  GERARD MORDILLAT

    L'attraction universelle

    Ppa, Mman et Bijou quittent le Nord pour s'exiler dans un pays inconnu, à la recherche du travail et du bonheur. C'est un regard d'enfant sur le monde des adultes, un monde déchiré par l'amour et l'angoisse, guetté par la folie et l'obsession du crime. C'est aussi le désir d'une vie légère et...

    Prix : 74 DH
    Jésus-Christ, de quoi est-on sûr ?

    De quoi est-on sûr au sujet de Jésus-Christ ? Quel crédit accorder à ce que relatent les Evangiles quand des émissions et des livres, tel le Da Vinci Code, sèment le doute sur leur authenticité ? Et si on nous avait caché la vérité ? Pourquoi, par exemple, Jésus ne serait-il pas seulement...

    Voir tous les livres de  GERARD MORDILLAT

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Venu du Havre, Jacques Prevel (1915-1951) arrive à Paris durant l'occupation. Autour de Saint-Germain-des-Prés, il connaît l'isolement et la misère car il renonce à toute situation pour écrire. Il ne trouve pas d'éditeur et doit publier à ses frais trois recueils : Poèmes mortels, Poèmes pour toute mémoire, De colère et de haine. En 1946, la rencontre d'Antonin Artaud est son illumination. De ce jour jusqu'à la mort d'Artaud, à Ivry, le 4 mars 1948, Jacques Prevel écrit le roman de sa vie, la quête quotidienne de la nourriture, de la drogue, de la poésie, recueillant les paroles d'Artaud, les textes qu'il lui dicte, les lettres qu'il lui lit. " L'intensité de sa vie me faisait entrer dans un absolu, le sien. J'étais pris dans son tourbillon. Je le suivais comme un somnambule. Et quand je le quittais à Jussieu ou quelque part dans la nuit, je revenais ivre, étrangement obsédé par ses paroles, par les chants qu'il psalmodiait, par son visage unique, par son regard poignant. Je marchais dans Paris sans penser ou plutôt je ne pensais qu'à lui. Ma vie était transformée, illuminée. Il y avait Antonin Artaud. Je vivais. " Epuisé par la tuberculose, Jacques Prevel meurt cinq ans jour pour jour après sa première rencontre avec Artaud, laissant un journal qui ne sera publié à titre posthume qu'en 1974.