share_book
Envoyer cet article par e-mail

Et les violents s'en emparent

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Et les violents s'en emparent

Et les violents s'en emparent

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Et les violents s'en emparent"

« Dès la première phrase une voix s'impose, ironique, corrosive, térébrante, passionnée, intempestive, ainsi que la certitude d'avoir affaire à un texte d'exception. Qui, fors M. Fabrice Hadjadj, pourrait se pencher sur la violence évangélique avec autant de sensibilité et de pénétration, d'humour et de talent ? L'incongruité de Fabrice Hadjadj tient à son goût pour l'incarnation. Au lieu d'épiloguer sèchement sur des idées et des concepts, il préfère montrer de nouveaux apôtres, hommes et femmes, aux prises avec les démons du siècle. Par leur intercession, les savantes digressions de l'auteur sur la réversibilité des souffrances, la violence du pardon, le mystère du dogme, la nature agonique de la foi, les références à saint Paul et à Origène, à Grégoire le Grand et à saint Jean Chrysostome, se lisent avec une délectation à laquelle le style souverain de Fabrice Hadjadj, à la fois somptueux et gouailleur, brassant les envolées de Bossuet et les invectives de Céline, les fureurs de Bloy et les douceurs de Fénelon, n'est pas étranger.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 200  pages
  • Dimensions :  1.3cmx15.0cmx20.0cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Les Provinciales Paru le
  • ISBN :  2912833027
  • EAN13 :  9782912833020
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Fabrice Hadjadj

La profondeur des sexes

Quel est le sens profond du sexe ? Atteindre le septième ciel ? Sans doute, et très littéralement.Religion du Dieu fait chair, le christianisme est aussi celle de la chair divinisée. La libido est désormais un secret de polichinelle. Rien n'est moins inconscient, rien ne s'affiche [....]...

L'agneau mystique

Le Retable de Gand, connu aussi sous l'appellation d'Agneau mystique, est l'un des plus grands chefs d'œuvre de la peinture européenne. Ayant mis leur génie artistique au service du génie du christianisme, les frères Van Eyck ont atteint au sommet du sublime. Le souffle de l'Esprit anime [.....

La foi des démons ou l'athéisme dépassé

L'athéisme qui nie l'existence de Dieu n'est pas le pire refus de Dieu possible. Certains croyants ont trouvé Dieu et pourtant ne Le servent pas ; on pourrait même avancer qu'ils Le servent d'autant moins. Ils se perdent précisément dans la mesure où ils L'ont trouvé. Ceux-là ne sont pas ...

Réussir sa mort

Réussir sa mort. De nombreux ouvrages proposent de réussir sa vie, ses cocktails, son divorce... Mais à quoi bon cette réussite si la mort doit tout réduire à rien ? D'ailleurs, prétendre avoir une maîtrise totale de son existence, n'est-ce pas se fermer à l'existence dans sa [....]...

Voir tous les livres de Fabrice Hadjadj

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

« Dès la première phrase une voix s'impose, ironique, corrosive, térébrante, passionnée, intempestive, ainsi que la certitude d'avoir affaire à un texte d'exception. Qui, fors M. Fabrice Hadjadj, pourrait se pencher sur la violence évangélique avec autant de sensibilité et de pénétration, d'humour et de talent ? L'incongruité de Fabrice Hadjadj tient à son goût pour l'incarnation. Au lieu d'épiloguer sèchement sur des idées et des concepts, il préfère montrer de nouveaux apôtres, hommes et femmes, aux prises avec les démons du siècle. Par leur intercession, les savantes digressions de l'auteur sur la réversibilité des souffrances, la violence du pardon, le mystère du dogme, la nature agonique de la foi, les références à saint Paul et à Origène, à Grégoire le Grand et à saint Jean Chrysostome, se lisent avec une délectation à laquelle le style souverain de Fabrice Hadjadj, à la fois somptueux et gouailleur, brassant les envolées de Bossuet et les invectives de Céline, les fureurs de Bloy et les douceurs de Fénelon, n'est pas étranger.