share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Paradigme Dans la Dialectique Platonicienne

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Paradigme Dans la Dialectique Platonicienne

Le Paradigme Dans la Dialectique Platonicienne

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le Paradigme Dans la Dialectique Platonicienne"

    Cet ouvrage, désormais classique, de Victor Goldschmidt, est le seul consacré à une notion centrale de la philosophie platonicienne, le paradigme, à la fois exemple, comparaison et modèle. En prenant comme fil conducteur la définition donnée dans le Politique, l'auteur commence par étudier le rôle joué par " ce procédé privilégié " dans la méthode dialectique des derniers Dialogues. S'exercer sur une réalité banale et observable, la pêche à la ligne ou le tissage, permet de découvrir le genre et la structure d'un " grand sujet ", plus difficile à définir, comme le sophiste ou l'art politique. Cependant, la réussite d'une démarche n'en saurait fonder la légitimité. En s'interrogeant sur son fondement, Goldschmidt montre que l'usage d'un paradigme " obéit à un mouvement profond de la pensée platonicienne, il nous mène du visible à l'invisible ". Car les choses visibles ne sont pas seulement les images déficientes, imparfaitement ressemblantes, de ces modèles parfaits que sont les Formes : l'ordre du sensible correspond trait pour trait à l'ordre intelligible. Les ressemblances peuvent être trompeuses et conduire à de faux paradigmes, l'analogie entre les deux ordres est rigoureuse et fonde ces " notions frontières " du paradigme que sont le mythe et la métaphore. Qu'il y ait là une contradiction, ou plutôt une tension, ne doit pas être dissimulé : les divers usages platoniciens du paradigme en sont la preuve, et forcent à dépasser la tradition tenace et paresseuse d'un univers platonicien irrémédiablement scindé. " Le paradigme témoigne que nous sommes des êtres incarnés ", ayant besoin, pour accéder à l'invisible, de nous appuyer sur des réalités sensibles et familières ; cela n'est légitime que parce qu'il existe des correspondances secrètes et réglées qui " lient ensemble ciel et terre, dieux et hommes " (Gorgias, 508 a). --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • Dimensions :  1.2cmx11.0cmx17.6cm
    • Poids : 117.9g
    • Editeur :   Vrin Paru le
    • Collection : BHP POCHE
    • ISBN :  2711615979
    • EAN13 :  9782711615971
    • Classe Dewey :  184.1

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Cet ouvrage, désormais classique, de Victor Goldschmidt, est le seul consacré à une notion centrale de la philosophie platonicienne, le paradigme, à la fois exemple, comparaison et modèle. En prenant comme fil conducteur la définition donnée dans le Politique, l'auteur commence par étudier le rôle joué par " ce procédé privilégié " dans la méthode dialectique des derniers Dialogues. S'exercer sur une réalité banale et observable, la pêche à la ligne ou le tissage, permet de découvrir le genre et la structure d'un " grand sujet ", plus difficile à définir, comme le sophiste ou l'art politique. Cependant, la réussite d'une démarche n'en saurait fonder la légitimité. En s'interrogeant sur son fondement, Goldschmidt montre que l'usage d'un paradigme " obéit à un mouvement profond de la pensée platonicienne, il nous mène du visible à l'invisible ". Car les choses visibles ne sont pas seulement les images déficientes, imparfaitement ressemblantes, de ces modèles parfaits que sont les Formes : l'ordre du sensible correspond trait pour trait à l'ordre intelligible. Les ressemblances peuvent être trompeuses et conduire à de faux paradigmes, l'analogie entre les deux ordres est rigoureuse et fonde ces " notions frontières " du paradigme que sont le mythe et la métaphore. Qu'il y ait là une contradiction, ou plutôt une tension, ne doit pas être dissimulé : les divers usages platoniciens du paradigme en sont la preuve, et forcent à dépasser la tradition tenace et paresseuse d'un univers platonicien irrémédiablement scindé. " Le paradigme témoigne que nous sommes des êtres incarnés ", ayant besoin, pour accéder à l'invisible, de nous appuyer sur des réalités sensibles et familières ; cela n'est légitime que parce qu'il existe des correspondances secrètes et réglées qui " lient ensemble ciel et terre, dieux et hommes " (Gorgias, 508 a). --Ce texte fait référence à l'édition Poche .