share_book
Envoyer cet article par e-mail

Novare (1513)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Novare (1513)

Novare (1513)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Novare (1513)"

Dernière victoire des Suisses dans une bataille d'envergure, celle de Novare en 1513 a vu une armée cosmopolite au service de la France s'affronter, pour la domination du Milanais, aux Suisses alliés au duc de Milan. Cette défaite de Louis XII s'inscrit dans une guerre généralisée entre la France, Venise et l'Écosse d'une part et l'Angleterre, l'Empire, les Suisses, l'Espagne sous l'incitation du pape de l'autre. 1513 a vu en effet une invasion de l'Angleterre par l'Ecosse stoppée à Flodden où périt le roi Jacques IV, une invasion anglo-impériale au nord de la France et la défaite humiliante de Guinegatte où les cavaliers lourds français tournent bride presque sans combattre, enfin des troubles sociaux qui ont ébranlé la Confédération suisse. Novare marque l'apogée de la puissance militaire des Suisses, le dernier moment où leur système militaire basé sur le choc d'une masse d'infanterie a pu l'emporter face à des armées véritablement interarmes. Elle permet d'expliquer pourquoi les "orgueilleux faiseurs de roi" n'ont pas été à même d'influencer la politique européenne malgré leurs succès retentissants dans les guerres de Bourgogne. Olivier Bangerter met en lumière les évolutions de l'art militaire ; il nous éclaire sur l'armement, l'organisation et les motivations des chefs et des soldats. Il tente de reconstituer les événements ; nous nous retrouvons ainsi face aux charges des gendarmes ou exposés au choc des formations de piquiers. Il nous familiarise avec le contexte de Marignan, qui a été bien plus complexe que ce que l'on a appris à nos écoliers, et tellement plus intéressant.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 144  pages
  • Dimensions :  1.8cmx15.6cmx24.0cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Economica Paru le
  • Collection : Campagnes & stratégies
  • ISBN :  271786119X
  • EAN13 :  9782717861198
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dernière victoire des Suisses dans une bataille d'envergure, celle de Novare en 1513 a vu une armée cosmopolite au service de la France s'affronter, pour la domination du Milanais, aux Suisses alliés au duc de Milan. Cette défaite de Louis XII s'inscrit dans une guerre généralisée entre la France, Venise et l'Écosse d'une part et l'Angleterre, l'Empire, les Suisses, l'Espagne sous l'incitation du pape de l'autre. 1513 a vu en effet une invasion de l'Angleterre par l'Ecosse stoppée à Flodden où périt le roi Jacques IV, une invasion anglo-impériale au nord de la France et la défaite humiliante de Guinegatte où les cavaliers lourds français tournent bride presque sans combattre, enfin des troubles sociaux qui ont ébranlé la Confédération suisse. Novare marque l'apogée de la puissance militaire des Suisses, le dernier moment où leur système militaire basé sur le choc d'une masse d'infanterie a pu l'emporter face à des armées véritablement interarmes. Elle permet d'expliquer pourquoi les "orgueilleux faiseurs de roi" n'ont pas été à même d'influencer la politique européenne malgré leurs succès retentissants dans les guerres de Bourgogne. Olivier Bangerter met en lumière les évolutions de l'art militaire ; il nous éclaire sur l'armement, l'organisation et les motivations des chefs et des soldats. Il tente de reconstituer les événements ; nous nous retrouvons ainsi face aux charges des gendarmes ou exposés au choc des formations de piquiers. Il nous familiarise avec le contexte de Marignan, qui a été bien plus complexe que ce que l'on a appris à nos écoliers, et tellement plus intéressant.