share_book
Envoyer cet article par e-mail

Claude : L'empereur inattendu

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Claude : L'empereur inattendu

Claude : L'empereur inattendu

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Claude : L'empereur inattendu"

    Eclipsé par ses prédécesseurs et successeurs, maltraité par les historiens anciens, Claude est sans doute le moins connu des cinq empereurs julio-claudiens. Ainsi, après un Tibère sadique et vicieux, un Caligula fou et monstrueux, et avant un Néron qui sera tout cela à la fois, les sources nous présentent Claude le crétin. Or, le successeur négligé de Caligula se révéla un grand homme d'Etat et un politique talentueux, qui n'hésita pas à s'aliéner la classe politique traditionnelle en confiant de hauts postes administratifs à d'anciens esclaves, en intégrant des provinciaux et des fils d'affranchis au Sénat, en promouvant une législation favorable aux femmes et aux esclaves. A sa mort en 54, il laisse un empire, agrandi de la Bretagne, pacifié et opulent, doté d'une administration plus efficace et d'une justice performante. Son drame aura été d'avoir épousé deux femmes à l'ambition dévorante et qui ne cessèrent de se mêler des affaires de l'Etat : Messaline et, surtout, Agrippine, dont il y a tout lieu de penser qu'elle l'assassina.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 384  pages
    • Dimensions :  3.0cmx14.2cmx20.8cm
    • Poids : 381.0g
    • Editeur :   Librairie Académique Perrin Paru le
    • ISBN :  2262037795
    • EAN13 :  9782262037796
    • Langue : Français

    D'autres livres de Pierre Renucci

    Caligula

    Peu de personnages ont laissé une image aussi sulfureuse que Caligula. Loufoque, cruel, lubrique, il serait un monstre fou dont quelques meurtriers courageux ont débarrassé le monde. C'est oublier que son histoire fut écrite à l'origine par ses ennemis et que leurs témoignages, toujours à ...

    Auguste le révolutionnaire

    Le génie d'Auguste fut avant tout politique, en ce sens qu'il se trouve à l'origine d'une formule capable de faire vivre ensemble des hommes de cultures, de langues, de religions diverses en paix, sans détruire leurs particularismes, mais en leur donnant le sentiment d'appartenir à une même fam...

    Voir tous les livres de Pierre Renucci

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Eclipsé par ses prédécesseurs et successeurs, maltraité par les historiens anciens, Claude est sans doute le moins connu des cinq empereurs julio-claudiens. Ainsi, après un Tibère sadique et vicieux, un Caligula fou et monstrueux, et avant un Néron qui sera tout cela à la fois, les sources nous présentent Claude le crétin. Or, le successeur négligé de Caligula se révéla un grand homme d'Etat et un politique talentueux, qui n'hésita pas à s'aliéner la classe politique traditionnelle en confiant de hauts postes administratifs à d'anciens esclaves, en intégrant des provinciaux et des fils d'affranchis au Sénat, en promouvant une législation favorable aux femmes et aux esclaves. A sa mort en 54, il laisse un empire, agrandi de la Bretagne, pacifié et opulent, doté d'une administration plus efficace et d'une justice performante. Son drame aura été d'avoir épousé deux femmes à l'ambition dévorante et qui ne cessèrent de se mêler des affaires de l'Etat : Messaline et, surtout, Agrippine, dont il y a tout lieu de penser qu'elle l'assassina.