share_book
Envoyer cet article par e-mail

Catherine la Grande

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Catherine la Grande

Catherine la Grande

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Catherine la Grande"

En apprenant la mort de l'impératrice, le prince de Ligne s'écrie : " Catherine le Grand (j'espère que l'Europe confirmera ce nom que je lui ai donné), Catherine le Grand n'est plus. Ces mots sont affreux à prononcer ! L'astre le plus brillant qui éclaira notre hémisphère vient de s'éteindre ! " Cette oraison funèbre n'ajoute rien au prestige de la disparue. Tout au long de son existence, elle a travaillé à sa propre gloire. Au vrai, de guerre en guerre, de conquête en conquête, c'est elle qui s'est agrandie. Ce roc de volonté est d'une structure complexe. Ses nobles idées libérales ne l'ont pas empêchée d'aggraver le servage par la distribution de terres et de paysans aux serviteurs de son trône ou de son lit. Dans ses rapports amoureux, elle s'est montrée pudibonde en paroles et effrénée en actes. Les hommes ont été à ses yeux des instruments de plaisir. Elle les a choisis jeunes, beaux, forts et, si possible, point trop sots. La vie, pour elle, s'est toujours ramenée à un rapport de forces entre les individus. Les faibles doivent périr. L'avenir est aux ambitieux, aux fougueux, aux têtus, aux mâles. Ces mâles, d'ailleurs, peuvent avoir l'aspect extérieur séduisant d'une femelle. N'en est-elle pas la preuve Que n'a-t-elle pas apprécié dans le monde ? Le rire, les livres, les hommes, les bêtes, les arbres, les enfants ! Mais rien de tout cela ne l'a jamais détournée de la politique. Une travailleuse acharnée. Et, en même temps, une enjôleuse. Petite princesse allemande, elle a voulu incarner la Russie, elle qui n'avait pas une goutte de sang russe dans les veines. Et ce tour de force demeure peut-être sa plus extraordinaire réussite. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 544  pages
  • Dimensions :  4.8cmx15.8cmx21.6cm
  • Poids : 821.0g
  • Editeur :   Flammarion Paru le
  • Collection : Vieux Fonds
  • ISBN :  2080640119
  • EAN13 :  9782286042561
  • Classe Dewey :  947.0630924

D'autres livres de Henri Troyat

La neige en deuil

" Comment était-ce arrivé ? Quelles puissances obscures avaient conduit ces destins jusqu'à l'endroit prévu de toute éternité pour leur naufrage ? Pourquoi Dieu avait-il voulu que ces hommes et ces femmes, partis des Indes, périssent sur la plus haute cime d'un pays qui leur était étranger ...

Prix : 23 DH
Viou

A huit ans, Viou - de son vrai nom Sylvie - fait déjà l'apprentissage de la vie. Elle voudrait tout aimer, tout partager, mais le monde des adultes est si étrange, si effrayant, parfois. Dans cette silencieuse maison du Puy, elle grandit entre des grands-parents qui l'aiment, mais répondent mal ...

Prix : 23 DH

Aliocha

Fils d'immigrés russes blancs, Aliocha souffre de se sentir différent des autres élèves de son école. C'est tout ce que représentent ses parents qu'il stigmatise : leur gêne financière, leur attachement viscéral à une lointaine Russie. Le pays, la culture ou la langue, Aliocha les a [....

Babouchka

Une légende russe racontée par Henri Troyat, illustrée par Olivier Tallec. ...

Voir tous les livres de Henri Troyat

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En apprenant la mort de l'impératrice, le prince de Ligne s'écrie : " Catherine le Grand (j'espère que l'Europe confirmera ce nom que je lui ai donné), Catherine le Grand n'est plus. Ces mots sont affreux à prononcer ! L'astre le plus brillant qui éclaira notre hémisphère vient de s'éteindre ! " Cette oraison funèbre n'ajoute rien au prestige de la disparue. Tout au long de son existence, elle a travaillé à sa propre gloire. Au vrai, de guerre en guerre, de conquête en conquête, c'est elle qui s'est agrandie. Ce roc de volonté est d'une structure complexe. Ses nobles idées libérales ne l'ont pas empêchée d'aggraver le servage par la distribution de terres et de paysans aux serviteurs de son trône ou de son lit. Dans ses rapports amoureux, elle s'est montrée pudibonde en paroles et effrénée en actes. Les hommes ont été à ses yeux des instruments de plaisir. Elle les a choisis jeunes, beaux, forts et, si possible, point trop sots. La vie, pour elle, s'est toujours ramenée à un rapport de forces entre les individus. Les faibles doivent périr. L'avenir est aux ambitieux, aux fougueux, aux têtus, aux mâles. Ces mâles, d'ailleurs, peuvent avoir l'aspect extérieur séduisant d'une femelle. N'en est-elle pas la preuve Que n'a-t-elle pas apprécié dans le monde ? Le rire, les livres, les hommes, les bêtes, les arbres, les enfants ! Mais rien de tout cela ne l'a jamais détournée de la politique. Une travailleuse acharnée. Et, en même temps, une enjôleuse. Petite princesse allemande, elle a voulu incarner la Russie, elle qui n'avait pas une goutte de sang russe dans les veines. Et ce tour de force demeure peut-être sa plus extraordinaire réussite. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .